Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

EURO 1980 : tout savoir

Horst Hrubesch a été le héros de l'Allemagne de l'Ouest qui a remporté sa deuxième finale à l'EURO en 1980.

Bernd Schuster (Allemagne de l'Ouest, à gauche) face à Willy van de Kerkhof (Pays-Bas, à droite)
Bernd Schuster (Allemagne de l'Ouest, à gauche) face à Willy van de Kerkhof (Pays-Bas, à droite) Popperfoto via Getty Images

L'équipe vainqueur

Avec huit équipes en compétition au lieu de quatre, les participants étaient divisés en deux groupes. Les vainqueurs de ces deux groupes se qualifiaient directement pour la finale. Autre changement de procédure, l'une de ces places revenait automatiquement à l'équipe de Vincenzo Bearzot, pays organisateur. Mais sans son attaquant Paolo Rossi, suspendu, l'Italie n'avait pas la tâche facile, dans un groupe comptant également l'Angleterre, la Belgique et l'Espagne.

Si on n'attendait pas beaucoup de l'Espagne, l'Angleterre avait survolé ses éliminatoires et pouvait compter sur son attaquant Kevin Keegan, Ballon d'Or 1978 et 1979. Le joueur de l'Hamburger SV ne trouvait cependant pas le chemin des filets, et après un match nul 1-1 face à la Belgique, les ambitions de l'Angleterre s'envolaient en fumée à la suite d'une défaite 1-0 face à l'Italie. Les Transalpins avaient ouvert le tournoi par un match nul 0-0 face à l'Espagne, et étaient éliminés après un nouveau 0-0 face à la Belgique, qui se qualifiait pour sa première finale d'un tournoi majeur grâce à une belle équipe menée de main de maître par Guy Thys.

Dans l'autre moitié de tableau, la RFA arrivait en Italie avec une équipe revitalisée menée par Karl-Heinz Rummenigge et le jeune Bernd Schuster, 20 ans. Meneur de jeu dans le moule de Günter Netzer, Schuster avait peu de joueurs à son niveau à cette époque. "Je ne pense pas avoir déjà vu un joueur aussi parfait", s'était enthousiasmé son coéquipier Horst Hrubesch. "Bernd était le talent de l'équipe. C'est lui qui faisait le lien entre tous."

Les Allemands commençaient par prendre leur revanche sur la Tchécoslovaquie qui les avait battus en finale de l'édition 1976. L'Allemagne obtenait son billet pour la finale lors d'un succès 3-2 face aux Pays-Bas. Deux buts inscrits en fin de match par les Néerlandais étaient tout près d'annuler le triplé de Klaus Allofs, mais les hommes de Jupp Derwall tenaient bon avant de faire match nul 0-0 avec la Grèce.

Ce nouveau format ne prévoyant pas de demi-finales, Italiens et Tchèques se disputaient la troisième place. Les tenants du titre s'imposaient aux tirs au but après un match nul 1-1 décevant. C'est la dernière fois que le match pour la troisième place se tenait.

Heureusement, la finale offrait un bien meilleur spectacle. Les Allemands prenaient l'avantage grâce à Hrubesch après 10 minutes. En seconde période, le pressing des Belges était récompensé par un penalty que René Vandereycken transformait. Mais comme en 1976, l'Allemagne marquait à nouveau en fin de rencontre. Hrubesch, qui n'était dans l'équipe qu'à cause de la blessure de Klaus Fischer, était le héros. Il marquait de la tête sur un corner de Rummenigge et offrait à son pays un nouveau titre de champion d'Europe.

Meilleurs buteurs de l'EURO 1980

Allemagne de l'Ouest 2-1 Belgique
Allemagne de l'Ouest 2-1 Belgique

Klaus Allofs a marqué trois buts pour devenir le troisième Allemand en trois éditions à terminer meilleur buteur, après (1972) et Dieter Müller (1976). Le joueur d'1,74m, francophile et francophone depuis ses passages à Bordeaux et Marseille, s'est aussi illustré en club, aux dépens d'une formation française cette fois, Monaco, en remportant la Coupe des coupes avec le Werder Brême (2-0 en finale).

Les stades de l'EURO 1980

L'Italie a été choisie pour accueillir le premier EURO à huit équipes et quatre stades ont été utilisés : le Stadio Olimpico de Rome, le San Siro de Milan, le Stadio San Paolo de Naples et le Stadio Comunale de Turin. Rome a accueilli la finale tandis que Naples a abrité le match pour la troisième place, la Tchécoslovaquie a battu les Italiens 9-8 aux tirs au but après un nul 1-1.

Le sélectionneur vainqueur de l'EURO 1980

Highlights: The best goals of EURO 1980
Highlights: The best goals of EURO 1980

Jupp Derwall a succédé au légendaire Helmut Schön au poste de sélectionneur de l'équipe nationale d'Allemagne de l'Ouest après la Coupe du Monde de la FIFA 1978 et il est resté en place pendant six ans au cours desquels son équipe est restée invaincue pendant 23 matches, un record qui tient toujours. Durant son mandat, l'Allemagne de l'Ouest a remporté 45 de ses 67 matches, pour seulement 11 défaites. Son plus beau triomphe, Derwall l'a obtenu deux ans après sa prise de fonction lorsqu'il a remporté le Championnat d'Europe de l'UEFA 1980 avec l'Allemagne de l'Ouest. Après la non qualification de son équipe pour le deuxième tour du Championnat d'Europe de l'UEFA 1984 en France, Derwall avait remis sa démission pour prendre les rênes du Galatasaray SK, avec lequel il a été sacré champion de Turquie en 1987 avant de se retirer deux ans plus tard. Il est décédé en juin 2007.

Le capitaine vainqueur de l'EURO 1980

L'arrière gauche Bernard Dietz, capitaine de l'équipe d'Allemagne de l'Ouest vainqueur de l'euro en 1980, était un leader discret et solide, rouage essentiel dans la machine à gagner de Derwall. Il a passé la majeure partie de sa carrière à Duisbourg et il reste le meilleur buteur du championnat allemand au poste de défenseur avec 70 réalisations. Il compte 53 sélections et il a joué l'EURO 1976 et la Coupe du Monde 1978.

L'équipe du tournoi

G : Dino Zoff (Italie)
D : Claudio Gentile (Italie)
D : Gaetano Scirea (Italie)
D : Karlheinz Förster (Allemagne de l'Ouest)
D : Hans-Peter Briegel (Allemagne de l'Ouest)
M : Marco Tardelli (Italie)
M : Jan Ceulemans (Belgique)
M : Bernd Schuster (Allemagne de l'Ouest)
M : Hansi Müller (Allemagne de l'Ouest)
A : Karl-Heinze Rummenigge (Allemagne de l'Ouest)
A : Horst Hrubesch (Allemagne de l'Ouest)

Enzo Bearzot a mené l'Italie à la troisième place de la compétition
Enzo Bearzot a mené l'Italie à la troisième place de la compétition Popperfoto via Getty Images

Les stats de l'EURO 1980

• Karl-Heinz Rummenigge a terminé Ballon d'Or en 1980 devant Bernd Schuster, deux joueurs ayant remporté l'EURO.

• Les trois finales consécutives atteintes par l'Allemagne à l'EURO restent un record à battre. L'Allemagne a réédité cet exploit mais cette fois en Coupe du Monde entre 1982 et 1990.

• Dans le dernier match pour la troisième place de l'histoire de la compétition, Fulvio Collovati a été le premier à craquer dans une séance de 17 tirs au but consécutifs réussis.

• Maître du jeu de tête, Horst Hrubesch a dû sa chance de jouer l'EURO a la grave blessure de Klaus Fischer.

Autres contenus

Haut