Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

EURO 1984 : tout savoir

Dans le sillage de Michel Platini, la France triomphe à domicile et remporte son premier titre majeur.

Jean-Francois Domergue et ses coéquipiers lors de la demi-finale contre le Portugal
Jean-Francois Domergue et ses coéquipiers lors de la demi-finale contre le Portugal Icon Sport via Getty Images

L'équipe vainqueur

Le Championnat d'Europe de l'UEFA était l'invention du Français Henri Delaunay, secrétaire de la Fédération française de football (FFF), il était donc normal que le trophée qui porte son nom soit finalement brandi par l'un de ses compatriotes en ce doux mercredi soir dans la capitale. Il était encore plus normal que le premier homme à mettre la main sur ce trophée fut le capitaine Michel Platini, talisman de l'équipe de France tout au long de la compétition.

1984, France 3-2 Portugal
1984, France 3-2 Portugal

Le futur Président de l'UEFA avait ouvert le compteur but des Bleus à l'occasion de la victoire 1-0 contre le Danemark. Un but qui allait faire office d'amuse-bouche, Platini inscrivant ensuite des triplés contre la Belgique (5-0) et la Yougoslavie (3-2) pour propulser les siens dans le dernier carré, le vent en poupe.

"Nous devions l'emporter, nous étions favoris et la France entière espérait voir l'équipe nationale devenir la première à remporter un grand trophée international", se souvient le milieu de terrain Luis Fernandez, un quart du "Carré Magique" également composé de Platini, Alain Giresse et Jean Tigana. "L'un des grands mérites de Michel Hidalgo est d'avoir su aligner plusieurs n°10 au milieu de terrain", explique Platini.

Et c'était une nouvelle fois le n°10 des Bleus qui allait voler la vedette en demi-finales, Platini trouvant le chemin des filets en fin de prolongation pour offrir aux hommes de Michel Hidalgo un succès 3-2 contre le Portugal. "Il restait sept minutes de jeu en prolongation et nous voulions tous absolument l'emporter ; surtout vu que Jean Tigana nous avait confié n'avoir jamais gagné aux tirs au but ! Nous savions que nous devions éviter ce sort."

La finale face à l'Espagne ressemblait par comparaison à une simple formalité, des buts signés Platini et Bruno Bellone offrant une victoire 2-0 sous les yeux du Président de la République François Mitterrand. "Vous pouvez sentir l'âme de cette équipe", déclarait ce dernier après la rencontre disputée au Parc des Princes.

En marquant sur coup franc en finale, Platini inscrivait son neuvième but de la phase finale, un record encore d'actualité à ce jour. À la remise du trophée de meilleur buteur, il promettait d'en offrir une copie à chacun de ses coéquipiers. "L'équipe de France m'a surpris dans les moments les plus difficiles", confiait le milieu de terrain de la Juventus. "Nous étions solides mentalement et cette équipe n'était pas composée d'un ou de quelques joueurs, mais de 20 hommes."

Favorite d'entrée et intenable durant la majorité de la compétition, la France avait pourtant bien fait attention de ne pas tenter le diable. "Il n'y a absolument rien de prévu", expliquait Hidalgo après la finale. "Nous allons rassembler les joueurs, épouses et familles pour un simple dîner au siège de la Fédération. Après cela, tout le monde rentrera à la maison ou avec leur club."

Les scènes de liesse populaire au cœur de la capitale étaient encore plus chaotiques, les supporters rassemblés en centre-ville ne portant souvent pas plus qu'un simple Tricolore sur eux sous la chaleur estivale, scandant "On a gagné !" jusqu'au tout petit matin. L'Équipe se montrait tout aussi bref le matin suivant : "Ils l'ont fait", faisait la une du quotidien sportif. "L'EURO '84 a connu le dénouement que tout un peuple attendait" suivait. "Les Bleus n'ont pas volé leur couronne."

Deux jours plus tard, le 29 juillet, le prologue du Tour de France devait avoir lieu à Montreuil, en banlieue parisienne. Mais pour l'instant, il était quasi impossible de trouver le moindre maillot jaune. L'Équipe avait vu juste : l'Europe était en habit bleu.

Meilleur buteur à l'EURO 1984

Platini a dépassé toutes les attentes en emmenant les Bleus à leur premier titre international en 1984, brassard au bras : il marque dans chacun des cinq matches, dont deux coups du chapeau en phase de groupes contre la Belgique et la Yougoslavie. Ses trois autres buts ont aussi été décisifs, en demi-finale contre le Portugal et en finale contre l'Espagne. Il a ensuite été sélectionneur de l'équipe de France de 1988 à 1992 et est président de l'UEFA depuis janvier 2007.

Les stades de l'EURO 1984

Regarder les neuf buts marqués par Michel Platini à l'EURO 84
Regarder les neuf buts marqués par Michel Platini à l'EURO 84

Le premier tour final à huit équipes s'est déroulé sur sept sites. Le Parc des Princes de Paris a été le lieu du match d'ouverture et de la finale, avec d'autres matches au stade Vélodrome de Marseille, au stade de Gerland de Lyon, au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne, au stade Félix-Bollaert de Lens et à deux arènes rénovées ou reconstruites : stade de la Beaujoire de Nantes et Stade de la Meinau de Strasbourg.

Le sélectionneur vainqueur de l'EURO 1984

Joueur de très haut niveau avec le Stade de Reims Champagne et l'AS Monaco FC, Michel Hidalgo s'est illustré pour la France en façonnant une équipe nationale de classe mondiale pendant les huit ans qu'il a passées au poste de sélectionneur national, de 1976 à 1984. Échouant de très peu pour une place en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1982, après une demi-finale d'anthologie contre l'Allemagne de l'Ouest, son équipe pleine de brio et menée par l'inégalable Michel Platini, concrétisait en remportant le Championnat d'Europe des nations de l'UEFA à domicile deux ans plus tard. Après avoir guidé la France vers son plus grand titre, il était nommé directeur technique national et Henri Michel lui succédait. Après des passages à l'Olympique de Marseille et dans les médias, il retournait à un poste de sélectionneur avec le Congo en 2004. Il nous a quittés en 2020.

Capitaine vainqueur de l'EURO Who was the winning captain at the 1984 EURO?

Michel Platini était buteur et capitaine à l'EURO 1984 (9 des 14 buts marqués). Meilleur buteur de Serie A avec la Juventus avant le tournoi, Platini s'empare naturellement du Ballon d'Or et deviendra le seul joueur à le remporter trois années de suite. Auteur de belles performances aux Coupes du Monde de la FIFA 1982 et 1986, il inscrit 41 buts en 71 sélections. Il fut aussi source d'inspiration de grands joueurs. Zinédine Zidane : "Quand j'étais petit et que je jouais avec mes amis, j'étais toujours Platini".

L'équipe du tournoi à l'EURO 1984

G : Harald Schumacher (Allemagne de l'Ouest)
D : Morten Olsen (Danemark)
D : João Pinto (Portugal)
D : Andreas Brehme (Allemagne de l'Ouest)
D : Karlheinz Förster (Allemagne de l'Ouest)
M : Frank Arnesen (Danemark)
M: Alain Giresse (France)
M : Jean Tigana (France)
M : Michel Platini (France)
M : Fernando Chalana (Portugal)
A : Rudi Völler (Allemagne de l'Ouest)

Le gardien ouest-allemand Harald Schumacher figure dans l'équipe du tournoi
Le gardien ouest-allemand Harald Schumacher figure dans l'équipe du tournoiIcon Sport via Getty Images

Les stats de l'EURO 1984

• La France reste la seule nation organisatrice vainqueur du tournoi depuis l'expansion de la phase finale en 1980. Cinq autres pays on atteint les demi-finales et le Portugal la finale en 2004, comme la France en 2016.

• La France a été en grande forme l'année de l'EURO, gagnant aussi ses 12 matches amicaux.

• Le finaliste espagnol a affiché la couleur dès les qualifications devenant la première équipe à marquer plus de 10 points dans cet exercice. Au passage, l'Espagne a battu Malte 12-1 et a devancé les Pays-Bas pour réserver sa place en phase finale.

• Péno était la mascotte officielle de la compétition. Certains lui voient un lien de parenté avec Footix, qui lui succéda pour la Coupe du Monde 1998. Au final, le résultat fut le même: une victoire à domicile de la France.

Autres contenus

Haut