Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

La Pologne et l'Ukraine misent sur leurs jeunes

À un an du coup d'envoi de l'UEFA EURO 2012, les deux pays organisateurs pensent déjà à l'impact des joueurs qui pourraient briller d'ici-là.

Les Espoirs ukrainiens félicitent Yaroslav Rakitskiy (n°8) après l'un de ses buts
Les Espoirs ukrainiens félicitent Yaroslav Rakitskiy (n°8) après l'un de ses buts ©Pavel Kubanov/FFU

À un an du début de l'UEFA EURO 2012, la Pologne et l'Ukraine, pays organisateurs, sont déjà tournés vers la compétition et sur les jeunes joueurs qui sont susceptibles d'y briller.

La préparation de l'Ukraine passera par le Championnat d'Europe des moins de 21 ans au Danemark alors que la Pologne n'est pas qualifiée pour cette compétition. "Je recommande au sélectionneur des A d'essayer tous mes joueurs", a déclaré l'entraîneur des M21 ukrainiens Pavlo Yakovenko. "Je serais heureux qu'ils réussissent chez les M21 et jouent l'UEFA EURO 2012."

L'Ukraine a terminé à la deuxième place il y a cinq ans au Portugal et la génération 2011, avec Roman Zozulya, Andriy Yarmolenko, Artem Kravets, Yaroslav Rakitskiy, Taras Stepanenko, Yevhen Konoplyanka ou Mykola Morozyuk, est annoncée comme encore plus forte.

Cette équipe est renforcée par Serhiy Kryvtsov, Denys Garmash, Kyrylo Petrov et Bohdan Butko qui ont remporté le Championnat d'Europe des moins de 19 ans de l'UEFA en 2009.

Il y a aussi de très bons jeunes en Pologne, qui sont susceptibles de disputer le prochain EURO. Le défenseur Maciej Sadlok, 21 ans, a hâte d'affronter les meilleures équipes du continent. "Je suis encore jeune et le nombre de matches que j'ai déjà joués pour la Pologne n'est pas si mal (14 sélections)", a-t-il dit. "En plus, j'ai été titulaire dans la plupart d'entre eux. Je réalise mes rêves peu à peu."

"Il est excitant de penser que dans un an nous disputerons ce grand tournoi", a-t-il ajouté. "Il y a deux ans, la Pologne ne comptait pas un stade neuf et ils ont été construits si vite... J'habite à Varsovie et parfois, je passe en voiture devant le stade National, construit pour la phase finale. En voyant les progrès je pense combien il sera fantastique d'être sur la pelouse, le 8 juin, pour le match d'ouverture de l'EURO."

La Pologne a connu des résultats mitigés récemment avec un nul 0-0 contre la Grèce et une défaite 2-0 face à la Lituanie, mais la victoire 1-0 sur la Norvège a redonné le moral à Sadlok. "Parfois, vous êtes mauvais en match amical et vous répondez présent en compétition", rappelle-t-il. "J'espère que ce sera le cas pour nous."

"Je ne suis pas le seul jeune joueur dans l'équipe de Pologne", note-t-il par ailleurs. "Je pense que mon coéquipier (au KSP Polonia Warszawa) Artur Sobiech a aussi une chance.

"Michał Kucharczyk, du Legia Warszawa, est aussi très bon en ce moment. Nous aurons une équipe jeune avec des joueurs expérimentés. J'espère que ce mélange sera explosif. C'est aussi excitant d'un point de vue personnel. On joue contre les meilleurs attaquants. Rencontrer Wayne Rooney serait inestimable."

Cet article est tiré d'Alive la lettre d'information de l'UEFA EURO 2012.

Haut