Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Longue route vers l'EURO

Dix moments qui ont fait des éliminatoires de l'EURO 2008™ une compétition mémorable.

De superbes buts, des scores record et même une rencontre arrêtée par une chouette. Voici dix moments qui ont fait des éliminatoires de l'UEFA EURO 2008™ une compétition mémorable.

Healy marche sur l'eau
Le superbe lob de la victoire de David Healy sur un terrain détrempé contre le Danemark samedi aurait pu être un but parmi d'autre mais il permettait au Nord-Irlandais de battre le record de 12 buts de Davor Šuker en éliminatoires d'un Championnat d'Europe de l'UEFA. "Si on ne le savait pas déjà, ce but dans ces conditions prouve que le Roi David marche vraiment sur l'eau", écrivait le Belfast Telegraph. D'autres records ont été battus : l'Estonien Martin Reim est désormais le joueur européen le plus capé, devant Lothar Matthäus, avec 151 sélections internationales le 22 août tandis que Hakan Şükür et Jan Koller ont tous deux atteint la barre des 50 buts pour leurs pays.

Scotland the brave
Le magnifique but de James McFadden au Parc des Princes le 13 septembre permettait à l'Ecosse de s'emparer de la première place du Groupe B à trois matches de la fin. A la réception d'un long dégagement du gardien Craig Gordon, McFadden voyait Mickaël Landreau avancé et décochait un tir des 30 mètres qui allait se loger en pleine lucarne. Bien que l'Ecosse n'ait réussi à passer un groupe composé des deux finalistes de la Coupe du Monde de la FIFA 2006, la Tartan Army se souviendra à jamais de cette soirée parisienne et du meilleur but écossais inscrit depuis le coup de génie d'Archie Gemmill contre les Pays-Bas en Coupe du Monde 1978.

Bienvenue en enfer les Bleus
Dans des éliminatoires où la France prenait sa revanche sur la finale de la Coupe du Monde en s'imposant sur l'Italie, et où Thierry Henry remplaçait Michel Platini en tant que meilleur buteur français, un moment reste gravé dans les mémoires : l'atterrissage à l'aéroport de Torshavn le mois dernier. "Je ne pensais pas qu'on arriverait en un seul morceau", avouait Henry. Les Bleus décollaient à 11h45 le 12 octobre pour leur éliminatoire contre les Iles Féroé mais n'arrivaient pas avant 13h37 le lendemain. Ils devaient atterrir une première fois à Aberdeen (Ecosse) à cause d'un problème technique avant qu'un brouillard épais et de la grêle n'oblige l'avion à se rendre à Bergen (Norvège). Et alors qu'il approchait la piste d'atterrissage de Torshavn, l'avion basculait d'un côté, l'aile gauche heurtant presque le sol. Henry et Cie se remettaient de leurs émotions à temps pour battre les Féroïens 6-0 quelques heures plus tard.

Bonheur luxembourgeois
Le but de la tête de Fons Leweck contre le Belarus dans le temps additionnel le 13 octobre mettait fin à 55 matches de compétition sans victoire pour le Luxembourg, soit 12 ans de disette. "Lorsque que j'ai vu que Daniel [Da Mota] voulait centrer, j'ai amorcé mon mouvement au deuxième poteau", explique Leweck. "J'ai réussi à toucher le ballon et à le faire passer entre les mains du gardien, au fond. Magique !"

Décès de Porterfield
On se souviendra de la campagne de l'Arménie avec tristesse après la mort du sélectionneur Ian Porterfield en septembre. Sa veuve Glenda décrivait l'affection que son pays d'adoption lui montrait lorsqu'il insistait pour retourner à Erevan afin d'assister au nul 1-1 face au Portugal en août, alors que Porterfield recevait des soins pour un cancer à Londres au même moment. "Un petit peu plus de deux semaines [avant sa disparition], on est retournés en Arménie pour le match du Portugal", affirme-t-elle. "Le stade était plein à craquer pour admirer les stars du Portugal comme Ronaldo, Deco et le reste. Mais lorsque Ian est entré sur le terrain, tous les supporteurs se sont levés et ont scandé son nom. C'était très émouvant".

Les champions s'imposent
La Grèce, championne d'Europe en titre, se qualifiera à deux matches de la fin. Et pourtant, après sa défaite 4-1 contre la Turquie à Athènes en mars, les supporteurs semblaient être résolus à accepter à ne pas participer à une grande compétition pour la deuxième fois consécutive. Mais faisant preuve de la détermination qui les menait à la victoire à Lisbonne en 2004, les hommes d'Otto Rehhagel puisaient au fond d'eux-mêmes. Un succès à Malte leur redonnait le sourire, un nul à Oslo permettait à la Grèce de reprendre le contrôle avant de vivre un moment inoubliable : le but de la victoire de Ioannis Amanatidis à Istanbul le mois dernier. La Grèce se qualifiait dans l'antre même de ses ennemis de toujours.

Des buts, rien que des buts
Chaque équipe a inscrit des buts mémorables : Nihat Kahveci pour la Turquie à Oslo, Euzebiusz Smolarek pour confirmer la présence de la Pologne pour son premier Championnat d'Europe, Dorin Goian contre les Pays-Bas pour qualifier la Roumanie. La campagne décevante de l'Angleterre, toutefois, se résume à un but qu'elle a encaissé. Gary Neville donnait en retrait à Paul Robinson qui ratait complètement son dégagement contre la Croatie à Zagreb. Le ballon roulait dans les buts vides, la Croatie s'imposait 2-0 et l'Angleterre ne s'en remettait jamais.

L'Allemagne passe la seconde
Joachim Löw avait fort à faire en remplaçant Jürgen Klinsmann au poste de sélectionneur de l'Allemagne mais la transition n'aurait pas pu mieux se passer. Les Allemands s'imposaient 13-0 sur Saint-Marin en septembre 2006, un record en Championnat d'Europe de l'UEFA, sans jamais plus ralentir. Les Allemands terminent meilleurs buteurs du continent avec 35 réalisations.

Une chouette arrête le match
L'aventure finlandaise en a surpris plus d'un, notamment les ornithologues du pays. Contre la Belgique en juin, les Finlandais ne parvenaient à prendre le contrôle de la rencontre lorsqu'une grande chouette, connue sous le nom de Huuhkaja en Finlande, venait atterrir sur la pelouse. Selon l'endroit de la planète, une chouette est signe de malchance ou de prospérité. C'est finalement le bonheur que cette chouette a apporté aux locaux. Le match a dû être arrêté quelques minutes alors que la chouette s'était posée sur la barre du but finlandais. Quelque peu après, Jonatan Johansson ouvrait le score alors que la Finlande triomphait 2-0. La chouette Huuhkaja est depuis devenue la mascotte et le surnom de l'équipe.

Nouvelle ère
La victoire 1-0 de la République d'Irlande sur le Pays de Galles est déjà plus qu'un bas de page dans les anales des éliminatoires de l'UEFA EURO 2008™ mais le premier match de football disputé à Croke Park fut un moment inoubliable de l'histoire sportive de l'Irlande. La Gaelic Athletic Association (Association des sports gaéliques), établie pour accueillir les sports traditionnels irlandais en 1884 afin de contrer le développement du football et autres sports "étrangers", n'avait jamais autorisé à ce qu'un match de football soit disputé dans son stade historique et désormais ultramoderne. Pourtant, le jour où Stephen Ireland inscrivait le but de la victoire, l'Irlande s'ouvrait l'esprit. L'Angleterre de son côté est entrée dans une nouvelle ère en rouvrant les portes de Wembley. Malheureusement pour les supporteurs des Trois Lions, ils se souviendront à jamais de la défaite cruelle contre la Croatie qui leur coûtait la qualification à l'UEFA EURO 2008™.

Haut