UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Patrice Evra : "DD, tout le monde l'aime"

Remis de sa blessure à la main, le latéral gauche des Bleus Patrice Evra devrait tenir sa place face à l'Islande dimanche au Stade de France. Avant ce quart de finale tant attendu, il s'est confié à EURO2016.fr jeudi en fin de matinée. Morceaux choisis.

Patrice Evra parle de tout
Patrice Evra parle de tout ©Panoramic

Le parcours des Bleus à l'UEFA EURO 2016
Jusqu'ici, le match le plus dur pour nous a été le match d'ouverture face à la Roumanie (2-1). L'Irlande aussi a été un match très difficile. Beaucoup de gens s'attendaient à ce que l'équipe de France gagne 3-0 à chaque fois. Certains ont dit qu'on avait eu de la chance en tombant sur le groupe de l'Albanie et de la Roumanie. On a vu à l'arrivée que tous nos matches avaient été compliqués.

L'Islande
Cela fait plusieurs années que les Islandais se connaissent et jouent ensemble. On ne parle que de leurs longues touches mais ils savent aussi poser le ballon. Ils possèdent de très bons joueurs comme Sigurdsson ou Bjarnason. Je n'ai pas attendu le match contre l'Angleterre pour me rendre compte que l'Islande était une équipe difficile à jouer. Pour moi, elle n'est plus une surprise. Cette équipe mérite d'être là. 

Les absences de Kanté et Rami
Leurs absences sont forcément handicapantes, mais on saura faire face. Avant la compétition, on a également perdu beaucoup de joueurs. On partait déjà avec un handicap. Mais le sélectionneur a pris 23 joueurs et on a tous confiance en eux. Les joueurs qui vont les remplacer vont répondre présent et on va les mettre dans les meilleures conditions possibles. Je ne me fais pas de soucis.

Son âge
J'ai 35 ans mais l'âge ne compte pas, c'et le désir qui compte. J'ai encore envie et encore l'énergie pour jouer. Mes coéquipiers ont parfois 17 ou 18 ans et je dois me montrer fort. Je leur dis souvent : "si je ne suis pas fatigué, vous n'avez pas le droit d'être fatigué. Vous devez courir plus que moi". Je leur montre le chemin. Je n'abandonne jamais lors des entraînements, je travaille dur. 

Ses objectifs à l'EURO
Le quart de finale face à l'Islande sera l'un des matches les plus importants de ma carrière internationale. Je n'ai pas encore passé le cap des quarts de finale avec mon pays, alors qu'en club, je ne compte même plus... Au Mondial 2014 au Brésil, après notre élimination en quarts face à l'Allemagne (1-0), je n'avais pas du tout savouré mes vacances. C'est une chance inouïe pour nous d'avoir l'opportunité de faire mieux et ce serait un échec de ne pas passer ce tour. En cas d'élimination, j'aurais l'impression de stagner. Et je veux franchir un palier avec cette équipe.

Antoine Griezmann
Les gens attendent beaucoup de lui. Il a été décisif face à l'Irlande et c'est important parce que c'est ce qu'on lui demande. J'espère que ça va lui donner encore plus de confiance pour la suite. Antoine a beaucoup mûri. L'avoir dans son équipe, c'est vraiment un régal.

La ferveur retrouvée des supporters tricolores
Le déclic s'est produit selon moi lors du match France-Ukraine (3-0) en barrages du Mondial 2014. C'est là qu'on a senti vraiment nos supporters derrière nous. Je ne suis pas surpris de la ferveur aperçue lors de cet EURO. On est fier de jouer pour notre pays. On a envie de se battre et de gagner pour nos fans, pour les rendre heureux. D'ailleurs, c'est toujours un moment spécial lorsqu'on signe des autographes et qu'on voit les enfants sourire. Pour nous, c'est comme une victoire. 

Didier Deschamps
Il nous apporte beaucoup d'humilité, de sérénité. Avec lui, on sent qu'on peut tout gagner. C'est quelqu'un de très ouvert, on échange beaucoup, même si ça reste le boss. Il est à l'écoute de ses joueurs. Les joueurs le respectent, mais l'aiment aussi. Parfois, dans certains clubs, les joueurs respectent leur coach, mais ne l'aiment pas. Lui, c'est différent. C'est une bonne chose pour l'équipe de France.