Héros de l'EURO : 1972, Günter Netzer

Charismatique en dehors des terrains également, le talent éblouissant de Günter Netzer aidait la RFA à conquérir l'EURO 1972.

Günter Netzer avant le succès de la RFA en finale de l'EURO 1972
Günter Netzer avant le succès de la RFA en finale de l'EURO 1972 ©AFP

L'Allemagne de l'Ouest atteignait son apogée lors de la phase finale 1972. Le buteur vedette Gerd Müller illuminait la compétition, mais le meneur de jeu Günter Netzer débordait de classe. Titulaire en l'absence de Wolfgang Overath, blessé, il aidait la Nationalmannschaft à décrocher le premier succès de son histoire à Wembley en quarts de finale et jouait un grand rôle lors des succès sur la Belgique, le pays hôte de la phase finale, et l'Union soviétique pour remporter la compétition.

Les adversaires ne pouvaient rien face à la créativité et à la verve de Netzer et Franz Beckenbauer, qui remontaient avec le ballon vers l'avant à tour de rôle. "Nous n'avions pas reçu ces instructions du sélectionneur", expliquait plus tard le charismatique Netzer. "Nous l'avons fait de nous-mêmes sur le terrain et cela a fonctionné."

Deux touches de balle pour l'éternité
Double vainqueur de la Bundesliga avec le club de sa ville natale, le Borussia Mönchengladbach, le milieu de terrain créatif déclenchait la colère des fans des Poulains en négociant son transfert au Real Madrid début 1973. Lors des dernières semaines de la saison, l'entraîneur Hennes Weisweiler confinait son capitaine sur le banc, y compris lors de la finale de la Coupe d'Allemagne face au 1. FC Köln, qui allait être le dernier match de Netzer pour le club.

À la pause, Weisweiler disait à Netzer qu'il allait le faire rentrer, mais le meneur de jeu refusait, ouvrant la voie à l'une des plus beaux happy ends du football allemand. Dans le temps additionnel, le joueur de Gladbach Christian Kulik se blessait et faisait signe qu'il devait être remplacé. Netzer ôtait sa veste de survêtement, allait au devant de son entraîneur et marmonnait : "Je vais jouer maintenant." Deux touches de balle plus tard, il catapultait le ballon dans la lucarne gauche et Gladbach remportait la coupe.

Netzer lors de la finale 1972
Netzer lors de la finale 1972©AFP

Une vie de star
En termes de personnalité publique, Netzer était le David Beckham ou le Cristiano Ronaldo de sa génération. Sa flamboyance naturelle et son comportement rebelle y participaient, mais les médias ne pouvaient se passer du blond Netzer, qui ne cherchait pas à cacher sa passion pour les voitures rapides et les belles femmes. Pour certains, il disait trop ce qu'il pensait mais son talent sur le terrain en disait encore plus long.

Manigances
Heureux de laisser les autres faire le sale travail sur le terrain, Netzer était extrêmement travailleur en dehors du football. Lors de son passage à Gladbach, il publiait les programmes de match du club et travaillait plus tard comme manager général à Hambourg, gérant d'une boîte de nuit, d'une agence de publicité et de gérer des transactions commerciales avec les droits télé.

Vendeur expert, il a vendu l'une de ses Jaguar E-type à son coéquipier en sélection Franz Beckenbauer qui, selon la légende, est venu le voir le lendemain pour se plaindre de fuites au niveau du toit et d'un dysfonctionnement des freins. "Franz, à quoi tu t'attendais ? C'est une voiture britannique", lui aurait répondu Netzer.

Un célèbre duo
Les fans allemands allaient assister à un autre aspect du génie de Netzer lorsqu'il composait un duo de commentateurs primé avec le présentateur Gerhard Delling pour les grands matches de l'Allemagne ; même si la rencontre était à oublier, le duo 'Netzdelle' ne manquait pas d'offrir aux téléspectateurs des dialogues divertissants, se provoquant sans cesse même s'ils sont restés bons amis (Netzer était témoin au mariage de Delling. Les réponses ci-dessous à Delling donnent une idée de la tonalité de leur association.

"C'est une question très judicieuse. Je suis surpris."

"Je suis l'esthète du football et vous êtes le type pour les grossièretés."

"Wayne Rooney est imprévisible, mais Fabio Capello ne peut pas composer sans lui. C'est comme vous. Vous êtes entêté également mais malheureusement on ne peut pas vous remplacer."

"Je travaille dans une atmosphère délétère avec cet homme depuis 13 ans. Je suis un héros."