Une attaque tout feu, tout flamme

Si sa défense n’a pas forcément rassuré, mardi contre la Russie (4-2), le potentiel offensif de l’équipe de France promet de faire des étincelles à l’Euro.

La France a marqué quatre buts à la Russie, autre équipe qualifiée pour l'EURO, mardi soir
©Getty Images

"Je vais pouvoir prendre l’avion pour le Mexique avec le sourire…" Mardi soir, André-Pierre Gignac se réjouissait logiquement de ces dix jours passés avec les Bleus. "C’était un bon stage, avec deux victoires, sept buts inscrits…" L’ancien attaquant de l’OM, buteur face à la Russie dans une victoire spectaculaire (4-2), résumait bien le principal point positif de son printemps avec l’équipe de France. Comme face aux Pays-Bas vendredi (3-2), les attaquants des Bleus ont brillé.

"Dans le onze de départ comme sur le banc, on a des joueurs avec qui il est facile de jouer", confirme Antoine Griezmann, sans doute l’homme le plus en vue lors de ces deux rencontres amicales. Buteur sur coup franc à Amsterdam, il a cette fois délivré deux passes décisives : "J’essaie d’être le même joueur qu’en club, et j’y arrive petit à petit, à force de travail à Clairefontaine".

Exclu : Griezmann, mon souvenir de l'EURO
Exclu : Griezmann, mon souvenir de l'EURO

À la connivence technique intéressante entre Griezmann et ses partenaires, s’est ajoutée mardi au Stade de France la confirmation que l’équipe de France avait bel et bien une nouvelle corde à son arc : la réussite sur coups de pied arrêtés. "Quand je vois Dimitri Payet marquer un coup franc de 35 mètres, plus rien ne m’étonne", chambre gentiment Gignac, quand Griezmann se veut malicieux : "On sait que c’est un secteur qui peut faire basculer un match. On a de bons tireurs, donc il faudra savoir tomber près de la surface (sourire)…"

Décisif peu après son entrée en jeu, sur un magnifique coup direct, donc, Dimitri Payet avait à cœur de briller face aux Russes, le jour de son 29e anniversaire. "C’était une soirée part pour moi", explique le joueur de West Ham. "C’était mon anniversaire, et le fêter de cette manière, c’est vraiment beau."

Dimitri Payet, un retour réussi avec les Bleus
Dimitri Payet, un retour réussi avec les Bleus©AFP/Getty Images

"J’avais aussi à cœur de reproduire avec l’équipe de France ce que je fais en club, et j’y suis arrivé sur ces deux matches." À tel point que même Didier Deschamps, qui l’avait écarté ces derniers mois, semble attendre la suite avec impatience.

Didier Deschamps, sélectionneur de la France : "(7 victoires sur 8 matches) c'est bien pour la confiance, pour la sérénité. La vérité, ce sera au mois de juin. C'est la compétition qui va nous l'apporter. Cela nous laisse un peu de tranquillité de la part des journalistes, mais cela ne nous donne aucune garantie. Les compteurs seront remis à zéro avant notre premier match contre la Roumanie le 10 juin".

France 4-2 Russie (Kanté 8e, Gignac 38e, Payet 64e, Coman 76e; Kokorin 56e, Zhirkov 68e)
France
Lloris ; Evra (Mathieu 46e, Digne 54), Sakho, Varane, Sagna ; Diarra, Kanté, Pogba (Sissoko 69e); Gignac (Giroud 79e), Griezmann (Payet 62e), Martial (Coman, 46e)
Russie
Akinfeev (Lodygin 46e); V.Berezutskiy, A.Berezutskiy, Kuzmin, Zhirkov (Smolnikov 69e); Golovin (Glushakov 79e), Dzagoev ; Shirokov (Mamaev 69e), Shatov (Samedov 88e), Kokorin (Smolov 80e) ; Dzyuba

Le match en images

Autres contenus

Haut