UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Instantané : Arconada, souvenir de France

Jusqu'à l'UEFA EURO 2016, nous mettons en lumière les grands moments de l'histoire de l'EURO. Ici, la finale de l'édition 1984.

Instantané : Arconada, souvenir de France
Instantané : Arconada, souvenir de France ©Getty Images

L'Espagne faisait mieux que résister à l'hôte français, favori de la finale de cet EURO 1984 organisé sur ses terres, lorsque Luis Arconada, le gardien ibérique, commettait une faute de main lourde de conséquence sur un coup franc de Michel Platini qu'il laissait passer sous son ventre. Neuvième but dans l'épreuve pour Platini, naissance du fameux "carré magique" qu'il composait avec Luis Fernández, Jean Tigana et Alain Giresse, et victoire finale 2-0 suite à un but en fin de partie signé Bruno Bellone.

Les neuf buts de Platini à l'EURO 1984
Les neuf buts de Platini à l'EURO 1984

1 Luis Fernandez
Fernandez faisait partie du célèbre "carré magique", un milieu hargneux et besogneux qui compensait à merveille les tendances offensives de ses partenaires. Deux ans plus tard, à la Coupe du Monde de la FIFA, c'est lui qui convertissait le tir au but de la qualification face au Brésil, lors d'un quart de finale aussi irrespirable qu'inoubliable. Emblème du Paris Saint-Germain, il en est par la suite devenu l'entraîneur, glanant trois coupes dont la Coupe des vainqueurs de coupe européenne. Il a ensuite entraîné en Espagne, son pays de naissance, en Israël et, depuis l'année dernière, en Guinée.

2 Jean Tigana
Tigana était le dauphin de Platini au classement du Ballon d'Or 1984. Alliance parfaite de technique et d'endurance, le milieu originaire du Mali était décisif dans les grands matches, comme le prouve son déboulé rageur et son centre pour le but vainqueur de Platini en prolongation de la demi-finale contre le Portugal. Tigana a également brillé lors des Coupes du Monde 1982 et 1986, et a remporté la Ligue 1 à cinq reprises (trois avec Bordeaux et deux avec Marseille). Il a par la suite entraîné en France, en Angleterre, en Turquie et en Chine.

3. Luis Arconada
Arconada est toujours resté hanté par cette erreur, alors que sa carrière a été par ailleurs très brillante. Surnommé "le Poulpe" malgré son modeste 1,78 m, il a passé l'intégralité de sa carrière de joueur à la Real Sociedad, avec lequel il a gagné deux fois la Liga au début des années 1980. Sélectionné à 68 reprises, il a reçu un bel hommage à l'UEFA EURO 2008 lorsqu'Andrés Palop a revêtu le fameux maillot vert d'Arconada pour aller recevoir sa médaille de vainqueur... des mains de Michel Platini.

4 Bruno Bellone
Bellone se partageait l'aile gauche de l'attaque tricolore avec Didier Six à l'EURO 1984. L'attaquant rapide de Monaco a débuté deux matches - le premier et le dernier - et inscrit le second but de la finale, celui qui scellait définitivement le sacre français. À seulement 22 ans, Bellone espérait vivre une longue carrière internationale, mais celui qu'on surnommait alors "Lucky Luke" n'a cumulé que 34 sélections jusqu'à la blessure qui l'a forcé à mettre un terme prématuré à sa carrière, à 28 ans. Après quelques soucis financiers, il gère aujourd'hui un centre venant en aide aux anciens footballeurs en difficulté.

La France championne d'Europe en 1984
La France championne d'Europe en 1984©Getty Images

5 Bernard Lacombe
Lacombe a pris sa retraite internationale, longue de 11 ans, à l'issue de l'EURO 1984 et du titre de champion d'Europe, avec au compteur 12 buts en 38 sélections - dont un après seulement 38 secondes de jeu face à l'Italie, à la Coupe du Monde 1978. Auteur de 255 buts en Ligue 1 (record toujours d'actualité pour un joueur français), il joue depuis plus de 25 ans un rôle central dans l'émergence de son club de coeur, l'Olympique Lyonnais.

6 Juan Antonio Señor
Il demeure l'auteur de l'un des buts les plus importants de l'Espagne, qui lui doit en partie sa présence en France en 1984. Pour accéder à l'EURO 1984, les Espagnols devaient s'imposer avec 11 buts d'écart face à Malte. Le score était de 11-1 à six minutes du terme lorsque le milieu Señor marquait du pied gauche - après avoir manqué un penalty un peu plus tôt. Formé au Real Madrid, il a passé la majeure partie de sa carrière au Real Zaragoza, avec qui il a brandi la Coupe en 1986. Il vit toujours à Saragosse et gagne aujourd'hui sa vie comme éditorialiste et consultant radio.

Instantané : L'Italie résiste