Championnat d'Europe : les finales

De la première en 1960 à la plus récente, à Kyiv, en 2012, retour sur les 14 finales d'EURO précédentes, riches en surprises et buts inoubliables.

Highlights: EURO final goals

À deux ans du dénouement de l'UEFA EURO 2016, retour sur les 14 finales précédentes, riches en surprises et buts inoubliables.

1960 : URSS 2-1 Yougoslavie (a.p.)
En première période les Yougoslaves prennent l'avantage par l'intermédiaire de Galic. Mais peu après la pause, Blagoje Vidinic laisse échapper le long tir de Valentin Bouboukine et permet ainsi à Slava Metreveli d'égaliser. En prolongation, Victor Ponedelnik reprend un centre de la tête et marque : c'est la force qui l'emporte ce jour-là (on a dit de certains Yougoslaves qu'ils étaient trop faibles physiquement, un signe de la voie que prenait le football).

1964 : Espagne 2-1 URSS
À domicile, l'Espagne se défait de l'Union soviétique dans la finale du Championnat d'Europe de l'UEFA 1964 et remporte son premier trophée majeur. Devant un stade Santiago Bernabéu comble et devant le président Franco en personne, Jesús María Pereda donne l'avantage à son équipe. Les Soviétiques reviennent grâce à Galimzyan Khusainov mais l'Espagne a le dernier mot quand Luis Suárez donne le but de la victoire à Marcelino Martínez.

©UEFA.com

1968 : Italie 2-0 Yougoslavie
Les Azzurri était à neuf minutes de la défaite avant d'égaliser pour s'offir une finale à rejouer 48 heures plus tard au Stadio Olimpico de Rome. Luigi Riva, de retour après une fracture de la jambe et l'un des cinq changements italiens par rapport à la première finale, ouvrait le score à la 12e minute, imité peu de temps après par Pietro Anastasi d'une magnifique reprise de volée croisée.

©Getty Images

1972 : Allemagne de l'Ouest 3-0 URSS
Les Soviétiques pouvaient s'attendre au pire : Gerd Müller avait inscrit les quatre buts allemands lors d'une victoire 4-1 en amical le mois précédent – et cette fois le stade était largement acquise à la cause allemande. Müller ouvrait le score en première période à Bruxelles avant de s'offrir un doublé après la pause, lorsqu'il inscrivait le troisième but des siens suite à une tentative de Herbert Wimmer.

©Getty Images

1976 : Tchécoslovaquie 2-2 Allemagne de l'Ouest (a.p., 5-3 t.a.b.)
Comme en demi-finale contre la Yougoslavie, l'Allemagne de l'Ouest revenait après avoir été menée 2-0. Dieter Müller et Bernd Hölzenbein, dans les dernières secondes, annulaient les buts de Ján Švehlík et Karol Dobiaš inscrits en première période. Mais cette fois, Franz Beckenbauer et Cie ne parvenaient pas à s'imposer au cours de la prolongation, et pour la première fois, un tournoi international majeur devait se décider aux tirs au but. Les sept premières tentatives trouvaient la cible, avant qu'Uli Hoeness ne tire au-dessus. Antonín Panenka portait le coup de grâce en inscrivant le penalty le plus célèbre de l'histoire.

©Getty Images

1980 : Belgique 1-2 Allemagne de l'Ouest
Horst Hrubesch, appelé en urgence peu avant le début de la compétition, inscrivaient ses premiers buts en sélection pour offrir à l'Allemagne une deuxième couronne européenne. René Vandereycken avait égalisé du point de penalty à la 75e suite à l'ouverture du score en début de rencontre de Hrubesch, mais l'attaquant du Hamburger SV, considéré comme bon dans le jeu aérien mais dans aucun autre compartiment du jeu (il a été surnommé le Monstre), Hrubesch marque le but vainqueur de la tête au premier poteau sur un corner de Karl-Heinz Rummenigge alors que la prolongation n'était pas très loin.

©Getty Images

1984 : France 2-0 Espagne
Le capitaine de l'équipe de France Michel Platini marque son neuvième but dans la phase finale de l'EURO 84 et Bruno Bellone envoie une nation au paradis. La France bat l'Espagne en Finale et remporte son premier grand titre, à domicile. Comble d'ironie pour un tournoi aussi passionnant, tout se décide sur une erreur, la plus grave de la carrière du fautif. Le coup franc de Michel Platini n'est pas un modèle du genre. La balle contourne le mur à mi-hauteur et tombe quasiment dans les mains d'Arconada. Il plonge pour capter la balle, la plaque contre son corps, puis la laisse échapper et rouler au-delà de la ligne en essayant de la rattraper.

©Getty Images

1988 : Pays-Bas 2-0 URSS
Marco van Basten était au somment de son art à Munich, inscrivant un but souvent considéré comme le plus beau de l'histoire de la compétition. Son coup de tête improbable servait Ruud Gullit pour l'ouverture du score, avant que le joueur de l'AC Milan ne double la mise lui-même, d'une reprise de volée d'un angle quasi-impossible aussi célèbre que somptueuse, permettant aux Oranje de remporter leur premier trophée majeur.

©Getty Images

1992 : Danemark 2-0 Allemagne
Malgré une bonne entame des Allemands, des buts de John Jensen et Kim Vilfort avant et après la pause, et une prestation solide du gardien Peter Schmeichel, ont permis au Danemark de créer la plus grosse surprise du football international en remportant le Championnat d'Europe de l'UEFA 1992, une compétition pour laquelle les Danois étaient invités à deux semaines du match d'ouverture suite à la disqualification de la Yougoslavie.

©Getty Images

1996 : République tchèque 1-1 Allemagne (1-2 b.e.o)
Remplaçant au coup d'envoi, Oliver Bierhoff est entré en jeu pour mener une équipe d'Allemagne décimée par les blessures vers le sacre à l'EURO '96 : les hommes de Berti Vogts sont revenus au score pour battre la République tchèque 2-1 au but en or. Après sa défaite lors de la finale précédente, ce fut surtout le tournoi de Berti Vogts. Ou celui de sa femme. "Prends Oliver Bierhoff dans l'équipe", lui aurait-elle conseillé. "Il saura te remercier." Après toutes les prolongations au cours du tournoi, un but en or était inscrit. Dos au but à la limite de la surface, Bierhoff se retournait et délivrait un tir anodin dévié par Michal Hornak.

©Getty Images

2000 : France 2-1 Italie (a.p.)
La France est devenue la première équipe championne du monde en titre à brandir le trophée Henry Delaunay, en arrachant en toute fin de match une victoire qui semblait plus que compromise. Les Italiens étaient pourtant à quelques secondes d'être couronnés rois d'Europe. Sylvain Wiltord a frappé à la fin du temps réglementaire pour annuler le but inscrit par Marco Delvecchio à la 55e minute. Dans la prolongation, David Trezeguet, entré en cours de jeu, inscrivait le but en or qui offrait à la France son deuxième titre de championne d'Europe.

2004 : Portugal 0-1 Grèce
Sur un but d'Angelos Charisteas, la Grèce est devenue pour la première fois championne d'Europe en battant 1-0 le Portugal, programmé pour les plus hautes destinées sur ses terres. Theodoros Zagorakis, joueur le plus capé du football grec depuis cette finale, a succédé à Didier Deschamps. Le capitaine grec a soulevé la Coupe Henri Delaunay mise en jeu pour la 12e fois au Portugal. Après avoir battu le Portugal lors du match d'ouverture les Grecs ont écarté l'Espagne, la France et la République tchèque avant de remporter la revanche portugaise, dans une finale à suspense. Ce résultat représente une surprise aussi monumentale que la victoire du Danemark en Suède 12 ans auparavant.

©AFP

2008 : Allemagne 0-1 Espagne
L'Espagne a mis fin à 44 ans de disette, le but inscrit par Fernando Torres en première période à Vienne lançant une période de domination espagnole sur le football mondial qui allait durer quatre ans. L'Espagne n'avait plus atteint le dernier carré d'un tournoi majeur en 24 ans, une statistique que les hommes de Luis Aragonés ont utilisée comme source de motivation pour remporter le premier de leurs trois trophées majeurs consécutifs.

©Getty Images

2012 : Espagne 4-0 Italie
Deux buts en première période et deux autres en seconde on scellé le sort de la finale de l'UEFA EURO 2012, qui s'est déroulée dimanche à Kyiv. En dominant dix Italiens, l'Espagne est la première à conserver le titre européen et réussit des triplés historiques. Sacrée en 1964 et 2008, la Roja rejoint l'Allemagne, qui était jusqu'à ce soir la seule à avoir gagné trois fois le Championnat d'Europe. Elle devient aussi la première équipe à remporter trois titres majeurs de rang puisqu'elle est devenue championne du monde il y a deux ans.

Haut