L'EURO de A à Z

Un retour un peu particulier sur l'UEFA EURO 2008™, en Suisse et en Autriche. D'Arshavin à Zidane en passant par Bob Marley et l'infirmerie. Tout y est.

Bastian Schweinsteiger reçoit des instructions de la Chancelière allemande Angela Merkel
©Getty Images

Article publié pour la première fois en juin 2008

Un retour un peu particulier sur l'UEFA EURO 2008™, en Suisse et en Autriche. D'Arshavin à Zidane en passant par Bob Marley et l'infirmerie. Tout y est.

A comme Arshavin – Sans lui, la Russie a eu du mal. Avec lui, elle est devenue une équipe redoutable. Suspendu lors des deux premiers matches, il s'est révélé aux yeux de tous dès son entrée en jeu. Inconnu avant le tournoi, tout le monde le connaît désormais.

B comme Bob Marley – Pas vraiment fan de reggae, Leo Beenhakker a résumé dans ces termes l'ambiance qui régnait dans le camp polonais : "Lorsque j'étais avec Trinité-et-Tobago à la dernière Coupe du Monde, je me réveillais tous les matins au son de Bob Marley. Aujourd'hui, je me réveille tous les jours avec un mal de tête !"

C comme co-organisateurs – L'Autriche et la Suisse ont été éliminées en phase de groupes, mais ni l'élimination ni les caprices de la météo n'ont réussi à affecter l'ambiance qui régnait dans les huit stades et autour. Quatre millions de personnes ont visité les Fan Zones de l'UEFA EURO 2008™.

D comme dramaturgie – La Turquie a été la spécialiste des come-backs avant que Philipp Lahm ne vienne la prendre à son propre jeu. Mais les buts inscrits en fin de match n'ont pas été uniquement l'œuvre des hommes de Fatih Terim puisque sur les 77 buts marqués lors de cette phase finale, 18 l'ont été dans les cinq dernières minutes.

E comme efficacité – L'Allemagne a tiré trois fois au but lors de la demi-finale contre la Turquie, et s'est imposée 3-2. Si la Turquie avait fait de même, elle aurait gagné 11-3.

F comme "Feel the Rush" – "Can You Hear Me?" interprétée par Enrique Iglesias était la chanson officielle du tournoi, mais la chanson des mascottes, "Feel the Rush", interprétée par Shaggy, a fait danser les foules.

G comme Génération dorée – La Bulgarie, la Croatie, la France, la Roumanie ; la plupart des équipes ont connu une période où des joueurs exceptionnellement talentueux se révélaient sur le devant de la scène. Mais deux générations dorées ? Au milieu des années 90, le Portugal était une équipe pleine de talent. Aujourd'hui, une nouvelle génération emmenée par Cristiano Ronaldo redonne de l'espoir aux Portugais.

H comme Hat-trick – Grâce à son triplé face à la Russie, David Villa est le septième joueur à réaliser le coup du chapeau dans un match. Patrick Kluivert, Sérgio Conceição, Marco van Basten, Michel Platini (deux fois), Klaus Allofs et Dieter Müller l'ont tous fait avant lui.

I comme infirmerie – A l'exception de Franck Ribéry, Alexander Frei et la moitié de l'équipe turque, il n'y a pas eu de grosse blessure à cet EURO. Mais avant la phase finale, les choses étaient différentes. Le Tchèque Daniel Pudil se fracturait la main en fêtant le titre du SK Slavia Praha, tandis que le Roumain Ovidiu Petre déclarait forfait après une collision avec un caméraman alors qu'il jouait au volley-ball.

J comme Juan Carlos – Après la victoire en quarts de finale face à l'Italie, on a demandé au roi d'Espagne si son équipe était favorite pour la demi-finale. "Oui", a-t-il répondu, "50-50."

K comme Klasnić – Quinze mois après une double greffe de rein, le Croate joue toujours au football. Il a même marqué lors de ce Championnat d'Europe de l'UEFA.

L comme Löw – Le sélectionneur de l'Allemagne Joachim Löw menait pour la première fois son équipe nationale dans une grande compétition. Adjoint de Jürgen Klinsmann il y a deux ans pour la Coupe du Monde de la FIFA à domicile, il a fait mieux que l'ancien attaquant en menant la Nationalmannschaft en finale.

M comme mascottes – Il y a quatre ans, une mascotte répondant au doux nom de Kinas attirait l'attention en faisant des acrobaties le long de la ligne de touche. Cette année, elles étaient deux, leurs cheveux étaient plus longs et leurs chorégraphies bien répétées. Après Trix et Flix, l'Ukraine et la Pologne devront être à la hauteur.

N comme Nihat Kahveci – A trois minutes de la fin du match contre la République tchèque, la Turquie était éliminée. Mais en trois minutes, Nihat égalisait puis offrait la victoire aux Turcs.

O comme Oranje – Les Pays-Bas ont gagné leur place dans le cœur des Bernois. Plus de 100 000 supporteurs des Oranje sont descendus assister au match contre la France, doublant ainsi la population de la capitale fédérale.

P comme popularité portugaise – Lors de l'arrivée de l'équipe du Portugal le 1er juin dernier, quelques 600 motos ont suivi le bus des joueurs jusqu'à leur camp de base. A Neuchâtel, ce sont 10 000 fans qui ont accueilli les joueurs.

Q comme quarts de finale – L'Espagne s'impose devant l'Italie pour la première fois depuis 88 ans. L'Allemagne remporte un match ponctué de cinq buts. Arshavin et la Russie terrassent les Pays-Bas. Le match Croatie-Turquie n'est qu'une histoire de rebondissements. Incroyable.

R comme Reina Snr – Manuel, le père de Pepe, a bien résumé l'état d'esprit de Luis Aragonés et ses troupes : "La condition humaine fait qu'il faut toujours en vouloir plus pour aller plus loin et obtenir plus."

S comme Schweinsteiger – Schweinsteiger a marqué, fait marquer, a été averti et expulsé à l'UEFA EURO 2008™. Mais sa fin de tournoi a été exceptionnelle. Pourquoi ? Parce qu'Angela Merkel le lui a demandé. "Si la chancelière te demande de faire quelque chose, tu dois obéir", expliquait le joueur.

T comme Trombes d'eau – Le mois de juin a été le mois le plus arrosé depuis bien longtemps en Autriche et en Suisse. La pelouse du St. Jakob-Park de Bâle a même dû être remplacée.

U comme "un point, un seul but" – A l'UEFA EURO 2004™, la France avait été éliminée en quarts de finale par la Grèce. Cette année, une équipe de France vieillissante n'a même pas passé la phase de groupes, terminant même dernière du Groupe C avec un point.

V comme Vastic – A 38 ans et 257 jours, Ivica Vastic est devenu le joueur le plus vieux à marquer lors d'un Championnat d'Europe de l'UEFA. Jan Koller et Christian Panucci ont également marqué, et talonnent l'Autrichien au classement.

W comme wagon – C'est dans un train spécialement affrété par la Fédération française de football que les Bleus se sont déplacés pour aller jouer leurs matches. Un mode de transport original et peu polluant qui n'a pas tellement réussi aux joueurs de Raymond Domenech.

X comme X-factor – "Ce je ne sais quoi", s'est lamenté le sélectionneur croate Slaven Bilić, "que la Turquie a eu à la pelle".

Y comme Yakin – Hakan Yakin a été l'unique buteur suisse de la compétition.

Z comme Zidane – L'UEFA EURO 2008™ était le premier Championnat d'Europe depuis 1994 à être joué sans la légende française de ces dernières années.

Haut