L’Espagne et l’Italie dos à dos

Espagne 1-1 Italie
Cesc Fàbregas a ramené les champions en titre à hauteur après le but d'Antonio Di Natale.

Cesc Fàbregas a ramené l'Espagne à hauteur de l'Italie
Cesc Fàbregas a ramené l'Espagne à hauteur de l'Italie ©Getty Images

S’il n’a logiquement pas désigné de vainqueur (1-1), le choc du Groupe C de l'UEFA EURO 2012 entre l’Espagne, tenante du titre, et l’Italie, a tenu toutes ses promesses. Les buteurs se nomment Antonio Di Natale et Cesc Fàbregas.

Intense. Voilà le mot qui convient pour résumer la 30e confrontation entre l’Italie et l’Espagne, ce dimanche à Gdansk. Joueuses, les deux équipes ont cherché la gagne tout au long du match et ne se sont pas économisées. Malgré le score de parité, le spectacle fut au rendez-vous lors de ce 5e match de l’EURO.

Au coup d’envoi, en n’alignant aucun véritable attaquant, le sélectionneur ibérique Vincente Del Bosque a surpris. Un choix frileux qui a bien failli coûter cher aux champions d’Europe 2008 car c’est l’Italie qui s’est créée le plus grand nombre d’occasions en première période. D’abord sur un superbe coup franc d'Andrea Pirlo (13e), ensuite sur un tir de Claudio Marchisio (36e), puis enfin sur une tête à bout portant du Parisien Thiago Motta (45e). Chaque fois, l’immense Iker Casillas – quatre EURO au compteur - fit admirer son talent.

Alors qu’on les pensait fébriles après leur lourde défaite en match de préparation face à la Russie (3-0), les coéquipiers de Gianluigi Buffon ont donné du fil à retordre aux Ibériques, dont les absences de Carles Puyol et David Villa se sont clairement faites sentir. Au retour des vestiaires, l’Espagne s’est toutefois montrée plus incisive mais c’est la Nazionale qui a ouvert le score par l’inévitable Di Natale (61e). Idéalement servi par Pirlo, l’attaquant de l’Udinese Calcio, qui tourne en moyenne à 26 buts par saison en Serie A depuis trois ans, n’a laissé aucune chance à Casillas, d’une frappe placée du droit, de près.

Ce but a eu le mérite de piquer les Espagnols au vif. Trois minutes plus tard, au terme d’une action d’école initiée par Andres Iniesta (excellent ce dimanche), Fàbregas, parfaitement lancé par David Silva, crucifia Buffon du gauche aux 6 mètres. Marchisio côté Italien (88e) et Fernando Torres côté espagnol (75e, 85e) eurent ensuite chacun l’occasion d’offrir la victoire à leur sélection. Sans succès. Après avoir remporté ses 3 matches de préparation, l’Espagne n’a pas montré son meilleur visage ce dimanche. Pour conserver sa couronne, la Roja devra trouver la clé offensivement. En attendant, elle pourra se consoler en se disant qu’elle a aligné un 15e match sans défaite en compétition internationale.

Haut