Nuit "blue" sur Londres

Chelsea FC 3-2 Liverpool FC (a.p., tot. 4-3 )
Chelsea écarte Liverpool dans une intense prolongation pour accéder à sa première finale.

©Getty Images

Le Chelsea FC s'est qualifié mercredi pour sa première finale de l'UEFA Champions League en écartant le Liverpool FC au bout d'une prolongation de tous les diables.

Prophète en son pays
Le président du club londonien Roman Abramovich aura la chance de briguer le plus prestigieux des trophées en clubs dans son pays puisque la finale se jouera le 21 mai au stade Luzhniki, à Moscou. Pour la première fois de l'histoire de la compétition elle opposera deux clubs anglais. Le Manchester United FC s'est qualifié mardi en éliminant le FC Barcelona.

Les Anglais trop forts
Ce sera aussi la finale entre les deux leaders du championnat d'Angleterre et entre les deux meilleures équipes de Premier League des dernières années. Une affiche qui assoit la supériorité du berceau du football sur le jeu européen. La rencontre fait déjà saliver tout un continent.

Drogba à l'aise
La seconde demi-finale retour fut bien différente de la première. D'abord elle fut disputée sous une pluie battante. Ensuite, elle est allée au bout du suspense. Face aux cinq titres remportés par Liverpool, qui a tout misé cette saison sur la C1, Chelsea a démarré plus fort. Notamment avec Didier Drogba, dont la puissance parlait sur une pelouse piégeuse.

Benayoun, le pari paie
Après deux occasions, l'Ivoirien trouvait l'ouverture à la 33e minute. Le gardien de Liverpool Pepe Reina ne pouvait que repousser dans les pieds du buteur une frappe de Salomon Kalou. Chelsea semblait alors la meilleure équipe sur le terrain malgré des approximations des deux côtés. Ce rapport de force ne durait que jusqu'à la 64e minute. Quand Yossi Benayoun, aligné d'entrée, perçait dans l'axe et trouvait Fernando Torres qui marquait de près son 6e but de la compétition.

Ce but de Riise...
La rencontre se tendait et les deux équipes avaient leurs occasions avant la fin du temps réglementaire et la prolongation rendue inévitable par l'égalisation contre son camp à la dernière minute de Jon Arne Riise à l'aller. Ce soir, la tête malencontreuse du Norvégien pèse très lourd. La rencontre et la qualification allaient basculer dans les sept dernières minutes de la première période surnuméraire.

L'émotion de Lampard
D'abord sur un penalty obtenu par Michael Ballack pour Chelsea, pour une faute de Sami Hyypiä. Frank Lampard prenait Reina à contre-pied et ses nerfs lâchaient. Quelques jours après la mort de sa mère, le milieu de terrain international anglais fondait en larmes après avoir donné l'avantage à son club. Puis, peu avant la pause, Drogba signait un doublé en reprenant en pleine course un centre à ras de terre de Nicolas Anelka, entré un peu plus tôt.

Babel trop tard
Marquer deux buts en quinze minutes en Champions League n'effrayait pas Liverpool. Ryan Babel effectuait la moitié du chemin à trois minutes de la fin d'une frappe lointaine et soudaine, qui surprenait Petr Čech. La tension reprenait de l'altitude mais cette fois, c'était trop tard. Après plusieurs années d'infortune, les Blues parvenaient enfin à leur but.

Haut