Lille en mission au Madrigal

Le LOSC accédera au top 16 européen pour la première fois de son histoire, mercredi soir, en cas de victoire à Villarreal, leader du Groupe D.

Le LOSC Lille Métropole devra faire preuve d'audace, mercredi soir, sur la pelouse du Villarreal CF, leader du Groupe D de l'UEFA Champions League. Pour assurer le premier 8e de finale de son histoire, le club français doit gagner et donc marquer. Un nul suffirait aux Espagnols.

Le destin entre les doigts de pied
Pour rejoindre au deuxième tour l'Olympique Lyonnais qui a terminé mardi à la première place du Groupe F, Lille a encore son destin "entre ses doigts de pied", s'amuse l'entraîneur français Claude Puel. Son unique but de la compétition en cinq matches, inscrit par Milenko Acimovic contre le Manchester United FC (1-0), constitue pour l'heure toute la richesse de la plus mauvaise attaque de la compétition.

La sous-marin par le fond
Pour transformer ce pécule en ticket pour l'aventure printanière, il est conseillé de doubler la mise et envoyer pas le fond le sous-marin jaune de Villarreal. A moins qu'un quatrième 0-0 soit accompagné d'un autre nul entre le SL Benfica et MU de l'autre côté de la péninsule ibérique. Car les Espagnols, qui avaient tenu ce score au Stade de France, lors de la 2e journée, n'ont pas besoin de gagner pour passer. Mais une défaite et une victoire à Lisbonne scellerait leur sort.

Lille à la clé
Dans ce groupe de la crispation qui rappelle aux Français leur campagne en éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA il y a deux mois, Lille détient la clé. S'ils jouent le jeu offensif dont ils font preuve en Championnat (4e attaque, 7e place), les vice-champions de Ligue 1 vont faire basculer la rencontre et le groupe. Reste à savoir de quel côté…

"Rendre ce stress positif"
"On ne compte pas sur un match nul dans l'autre rencontre", assure Puel. "C'est un match couperet. On doit apprendre à gérer ce genre de match, rendre ce stress positif si on veut grandir." En 2001, pour sa première Champions League, Lille avait pris la 3e place et continuait en Coupe UEFA. Cette fois, les Dogue ont les dents plus longues.

Pas vraiment de finisseur
"Ce sera le match le plus important de notre carrière", insiste le milieu de terrain Mathieu Bodmer, appelé à un rôle plus offensif si Puel tient ses promesses. Il reste que Lille n'a pas vraiment de finisseur du niveau de Ruud van Nistelrooij, Wayne Rooney (Manchester), Fabrizio Miccoli (Benfica) ou Diego Forlán, de Villarreal, dont le retour est confirmé. "Je serai. Nous serons tous au maximum", tonne le blond Uruguayen.

Trois absents
En face du "pichichi" 2004/05, 25 buts mais blessé ces dernières semaines, Matt Moussilou croit en sa vitesse. Le joueur de La Courneuve était au repos le week-end dernier, lors de la défaite lilloise sur le terrain du FC Girondins de Bordeaux (1-0). Le Nigérian Peter Odemwingie et lui aussi de retour de blessure. Lille ne disposera pas de son central brésilien Rafael (suspendu), ni de Stéphane Dumont et Mathieu Debuchy (blessés).

Fin de série
L'attaque de Villarreal est plus forte avec Forlán mais reste grandement dépendante d'un autre de ses nombreux Sud-Américains : le prodige argentin Juan Román Riquelme, qui fut bien neutralisé par le FC Barcelona ce week-end. Les demi-finalistes de la Coupe UEFA 2003/04, quart-finalistes en 2004/05, ont d'ailleurs perdu domicile en Liga contre l'irrésistible Barça (0-2), soit la fin d'une série de 13 matches invaincus (6e place).

Outsiders en position de force
"Ce sera autre chose en Champions League", prévient le coach levantin Manuel Pellegrini, qui jouera sans son capitaine Quique Álvarez ni son milieu italien Alessio Tacchinardi. "Pour nous, maintenant que nos menons le groupe à un match de la fin, ne pas nous qualifier serait décevant", dit le technicien chilien. Un sentiment partagé par Lille, autre outsider qui pourrait jouer un vilain tour à Benfica et Manchester, deux anciens vainqueurs de la C1.

Haut