Benítez : "Pas de mots"

L'entraîneur de Liverpool Rafael Benítez et d'autres acteurs de l'incroyable finale de la Champions League tentent de revenir sur le triomphe des Reds.

Carlo Ancelotti se souvient de son "rendez-vous avec le destin" contre Liverpool, et d'une bataille farouche face à la Juventus Turin.

L'entraîneur du Liverpool FC Rafael Benítez et d'autres acteurs de l'incroyable finale de l'UEFA Champions League tentent de revenir sur le triomphe des Reds devant l'AC Milan.

Un scénario fou
Mené 3-0 à la pause, Liverpool FC a remporté la Champions League aux tirs au but devant le Milan AC. Après le but de Paolo Maldini puis le doublé d'Hernán Crespo, le suspense semblait mort. Mais Steven Gerrard, Vladimír Šmicer et Xabi Alonso inscrivaient trois buts en six minutes et permettaient aux Reds de continuer à rêver. Dans les dernières minutes de la prolongation, l'attaquant Andriy Shevchenko butait sur le gardien de but de merseysider Jerzy Dudek. Le Polonais prolongeait le cauchemar du Ballon d'Or en stoppant son tir au but pour propulser les Anglais au sommet du football européen.

Rafael Benítez, manager de Liverpool
Je ne trouve pas de mots pour exprimer ce que je ressens. Vous concédez un but dès la première minute, vous perdez Harry Kewell, les joueurs se plaignent de crampes et c'est très difficile. Nous avons tenté de faire des changements à la pause. J'ai dit que tout pourrait basculer si nous parvenions à marquer. Et j'avais raison. Le principal, c'est que les joueurs y ont cru et nous avons gagné. Steven Gerrard est vraiment un joueur clé pour nous, il adopte l'attitude qu'il faut.

Carlo Ancelotti, entraîneur de Milan
Je pense que Milan a disputé une finale remarquable. Nous ne méritons pas de perdre mais nous devons accepter la défaite. Les joueurs peuvent être fiers d'eux. Evidemment, ils sont amers après avoir perdu la rencontre de cette manière. Mais dans les vestiaires, je leur ai dit qu'ils ne m'avaient pas déçu. Nous sortons tête haute de cette saison de Champions League et considérer que nous ne sommes pas inférieurs à qui que ce soit en Europe. Les tirs au but, c'est la loterie. C'est plus psychologique que technique. Nos trois meilleurs tireurs ont échoué. Au vue de ses bonnes performances de la saison, Milan mérite le trophée, mais je ne pense pas que cela soit la fin d'un cycle. L'équipe de Milan était meilleure et le cycle peut continuer.

Steven Gerrard, capitaine de Liverpool
Milan a mieux joué que nous en première mi-temps mais on a livré une prestation fantastique en deuxième période. A 3-0 à la pause, je me voyais déjà finir en sanglots au coup de sifflet final. Chacun de nous mérite cette victoire. On était très mal lors de la prolongation à cause des crampes mais on a persisté et maintenant je suis sur un petit nuage. Les supporteurs ont vraiment joué le rôle de 12ème homme et ils méritent cette victoire autant que les joueurs. Un grand merci à Benítez qui ne nous a pas laissés sombrer. Il nous a dit que le match n'était pas terminé et que si on marquait un but rapidement, on pouvait revenir. Je ne me suis jamais senti aussi bien de ma vie. Comment pourrais-je penser à quitter Liverpool après une telle soirée ?

Jamie Carragher, défenseur de Liverpool
Je n'arrive pas à y croire. Cela a dû être l'une des meilleures finales de tous les temps. On s'est vraiment relâché à la pause mais on savait qu'on devait marquer un premier but pour que tout s'enchaîne. Et c'est ce qu'on a fait. Les gens parleront encore de ce match dans 20 ou 30 ans. Et l'arrêt de Jerzy [Dudek] sur le tir d'[Andriy] Shevchenko à la fin était tout simplement sublime. Incroyable !

Jerzy Dudek, gardien de but de Liverpool
Je ne me rends pas vraiment compte de ce qu'on a accompli. Ce dernier arrêt dans les trois dernières minutes a été réalisé par quelqu'un là-haut. Tous les supporteurs qui sont venus nous encourager ont été merveilleux. Avant les tirs au but, Carragher est venu me voir et m'a dit "Souviens-toi de [Bruce] Grobbelaar, arrête-les tous". Nous sommes au paradis maintenant.

Andriy Shevchenko, attaquant de Milan
Je suis complètement déprimé car je viens de voir les meilleures actions de la rencontre. On tenait le match en main et on l'a laissé glisser entre nos doigts en sept minutes.

Haut