Tomasson fait mal au PSV

AC Milan - PSV Eindhoven 2-0
Jon Dahl Tomasson a marqué à la dernière seconde pour Milan qui a mis le cap sur Istanbul.

Plus que jamais dans la peau du favori de cette première demi-finale de l'UEFA Champions League, l'AC Milan ira aux Pays-Bas mercredi 4 mai pour défendre deux buts d'avance. Le PSV Eindhoven a été assommé par un but à la dernière seconde du temps réglementaire signé du remplaçant Jon Dahl Tomasson.

Une mi-temps chacun mais…
Tout espoir n'est pas mort pour le PSV. Car chaque équipe eut sa période. Dans la première, le champion d'Italie a dominé puis connu la chance de marquer grâce à la puissance et à l'adresse de Shevchenko. Dans la seconde les champions des Pays-Bas auraient mérité de faire de même. On sait comment cela s'est terminé…

Shevchenko d'entrée
L'expérience, la technique et la tactique du Milan, sacré à six reprises, ont parlé. Les Rossoneri en faisaient l'étalage dès la troisième minute : Paolo Maldini trouvait Shevchenko dont la reprise en suspension n'échappait pas aux tentacules d'Heurelho Gomes. Le début de match du PSV aurait même pu être catastrophique si Park Ji-sung n'avait pas dégagé de la tête sur sa ligne un autre ballon chaud (10e).

Farfán se montre
Ce double sursis était mis à profit par Jefferson Farfán, titularisé en pointe à la place de Jan Vennegoor of Hesselink. Deux frappes du Péruvien obligeaient Nelson Dida à plier sa carcasse (17e, 22e) à la conclusion de mouvements collectifs limpides.

Kaká de loin
Le ballon était à 60% milanais dans la première période, mais comme contre l'Olympique Lyonnais au tour précédent, la défense néerlandaise étouffait par sa vaillance tous les mouvements qui pouvaient l'affecter dans les 20m. A la 34e minute, Kaká tentait donc sa chance de plus loin… pour buter sur la main droite de Gomes.

Shevchenko enfin
La délivrance pour San Siro allait pourtant arriver à trois minutes de la pause quand Kaká, dans le rond central, servait Shevchenko plein axe. Plus rapide que Wilfred Bouma, le Ballon d'Or 2004 glissait le ballon à droite de Gomes, cette fois impuissant (1-0, 42e).

Diabolique Park
Non seulement l'Ukrainien (6 buts) revenait à deux longueurs de Ruud van Nistelrooij, leader des buteurs, mais il obligeait son adversaire à se découvrir. Lequel prenait le jeu à son compte. L'entrant Theo Lucius inquiétait Dida de loin (48e) puis le diabolique Park semait la panique dans la surface italienne (50e, 54e) sans résultat.

Ooijer suspendu
La partie se débridait encore avec des contres milanais. Sur l'un d'eux, Gomes claquait un lob de Shevchenko (57e). C'était sûr, on n'allait pas en rester là. Mais Mark van Bommel loupait le cadre de près excentré (66e) puis échouait sur Dida depuis l'axe (76e, 90e). Entre-temps, André Ooijer était averti. Le latéral droit néerlandais ne jouera pas le retour.

Hiddink joue l'attaque
Visiblement, l'évolution du score causait plus de souci à Ancelotti qu'à Guus Hiddink. Le premier lançait dans le dernier quart d'heure le milieu défensif Massimo Ambrosini, le second jouait l'attaque avec Vennegoor of Hesselink. Sur sa seule occasion, "JVOH" était devancé de la tête par Maldini sur un centre de Phillip Cocu (86e).

Reprise victorieuse
Mais Ancelotti avait aussi pris soin de faire entrer Tomasson dans les dernières minutes. Déjà buteur ce week-end, le Danois se trouvait à la réception d'un centre contré de Kaká pour placer une reprise victorieuse dont le PSV, tombeur de deux clubs français, risque de ne pas se relever (2-0, 90e).

Haut