"L’occasion de se mesurer aux grands"

Grégory Coupet, le goal lyonnais, revient sur le chemin parcouru en Champions League, avant le tirage.

Par Sandrine Mangenot

Grégory Coupet est le numéro 1 de l’Olympique Lyonnais et l'un des meilleurs gardiens européens. Il revient sur le chemin déjà parcouru en UEFA Champions League cette année et explique quelles équipes il souhaiterait affronter en quarts de finale les 5/6 et 12/13 avril prochains. Le tirage au sort a lieu aujourd'hui à midi.

uefa.com : Que représente la Champions League pour vous ?

Grégory Coupet : C’est le summum, le jeu à son plus haut niveau. L’organisation est si fabuleuse que cela vous implique énormément et vous impose une pression supplémentaire. Même ici, à Lyon, on sent une ambiance différente des autres jours. L’équipe est toujours euphorique pour jouer cette compétition et elle veut tellement vivre ce moment intensément que cela se voit sur le terrain : il y a toujours de belles rencontres à Gerland.

uefa.com : Comment se sent-on avant de commencer un match européen ?

Grégory Coupet : Très excité ! Mais j’ai maintenant assez d’expérience européenne pour réussir à gérer ces moments-là et, ensuite, le plaisir est le seul à rester.

uefa.com : Quel match a été le plus dur à jouer pour l’OL jusqu’à maintenant ?

Grégory Coupet : La rencontre contre le Werder (Bremen) chez eux a été la plus compliquée. Le score de 3-0 en notre faveur ne reflète pas du tout la physionomie du match. Nous avons vraiment souffert collectivement et nous avons plié mais pas rompu. Dans le même temps, vous ressortez toujours grandi de ce type de match parce que vous êtes conscient que ça a été difficile et que la victoire tenait finalement à peu de choses.

uefa.com : Parmi les sept équipes qui restent, lesquelles craignez-vous le plus ?

Grégory Coupet : La Juventus, le PSV Eindhoven et le (FC) Bayern (München). Ce sont des clubs avant tout rigoureux où il y a très peu de place pour du grand jeu, du "football champagne". Et je crois qu’après le 7-2 de Lyon - Brême, le public rêve de revoir des buts et du spectacle. Mais ce sera dur d’offrir des matches de ce type contre des équipes comme ces trois-là. Les rencontres seront très difficiles à jouer et se termineront par une victoire 1-0.

uefa.com : Et vers qui vos préférences vont-elles?

Grégory Coupet : Mon préféré, sans penser que ce serait un adversaire plus facile, c’est (le) Liverpool (FC). Pour le club et pour son football. Sinon, (le) Chelsea (FC) aussi est une équipe qui se livre beaucoup et qui joue un très beau football. Dans ces deux cas, cela donnerait un vrai feu d’artifice sur le terrain !

uefa.com : Où se situe Lyon parmi ces clubs ?

Grégory Coupet : Actuellement on fait encore partie des outsiders... même si je sais que nous sommes capables de faire ce qu’a fait (l'AS) Monaco (FC) l’année dernière. Mais au point où nous en sommes, nous avons vraiment envie de savoir où nous nous situons par rapport aux grands d’Europe. Et c’est l’occasion de se mesurer.

uefa.com : Et où se situe l’OL par rapport au style de jeu ?

Grégory Coupet : Une chose est sûre : Lyon joue. Nous avons une des équipes les plus jeunes de la compétition qui n’hésite pas à attaquer même si elle mène au score. Nous ne jouons pas un football à l’italienne en gagnant un match avec 1-0.

uefa.com : Vous faites partie des meilleurs gardiens d’Europe, qui mettez-vous au même niveau ?

Grégory Coupet : Parmi ceux qui restent dans la compétition il y a premièrement Petr Cech qui fait avec Chelsea une très grosse saison. Mais pour moi, Gianluigi Buffon, le gardien de la Juventus, reste vraiment le meilleur : il est régulier, là depuis longtemps et fait très peu d’erreurs.

uefa.com : Lyon peut-il aller jusqu’au bout ?

Grégory Coupet : On y croit vraiment. Ce qui joue un peu à notre désavantage, c’est que ces sept clubs commencent à nous connaître et nous attendent. Nous ne pouvons plus autant les surprendre qu’il y a encore quatre ans quand nous avons gagné contre le Bayern Munich. Mais Lyon a certainement une carte à jouer !

Haut