Fernández : "On a toujours cru à la victoire"

Víctor Fernández a salué la belle motivation de ses joueurs, qui leur a permis de revenir au score et de l'emporter sur Chelsea.

Le retour de José Mourinho, l'entraîneur du Chelsea FC, à l'Estádio do Dragão n'a pas été des plus heureux. Son ancien club, le FC Porto, était en revanche à la fête en l'emportant f2-1 après avoir été mené au score, se qualifiant ainsi pour les huitièmes de finale de l'UEFA Champions League dans le Groupe H. Damien Duff avait donné l'avantage aux Blues en première période. Ces derniers semblaient avoir le match en main. A l'heure de jeu Diego égalisait d'une belle volée et en fin de match Benni McCarthy donnait la victoire aux Portugais de la tête. Grâce à la victoire du PFC CSKA Moskva 3-1 contre le Paris Saint-Germain FC, les tenants du titre se sont qualifiés pour les huitièmes de finale.

Víctor Fernández, entraîneur de Porto
Je suis heureux, très heureux, pour l'équipe, pour les joueurs, pour les supporteurs et pour le président à qui je dédie cette victoire. On fait notre possible, jour après jour, pour que Porto évolue au niveau qui doit être le sien. On n'a jamais perdu le sens du but. On est resté calme pour obtenir la victoire. Même quand on était mené au score, on a toujours cru à la victoire et on est parvenu à l'emporter. Les joueurs sont restés concentrés et motivés et ils ont été récompensés par la victoire et la qualification. Derlei, Diego, Maniche et Jorge Costa sont blessés mais ils devraient être remis pour le match très important que Porto dispute dimanche au Japon contre le CD Once Caldas en Coupe européenne / sud-américaine.

José Mourinho, entraîneur de Chelsea
La victoire de Porto ne me fait pas plaisir. Je suis professionnel, ce que certains ne comprennent pas, et en bon professionnel je ne supporte pas la défaite. Quand j'officiais à Porto, je voulais gagner tous les matches et maintenant que je suis à Chelsea c'est la même chose. Je ne peux donc pas me satisfaire d'une défaite. Ils méritent ce succès car Porto est la deuxième meilleure équipe du groupe, loin devant le Paris Saint-Germain et le CSKA. J'aurais été très surpris, s'ils ne s'étaient pas qualifiés. Maintenant ils ont huit points et sont en huitièmes de finale. Je les félicite mais je n'en suis pas heureux pour autant. Les joueurs se sont satisfaits du match nul quand le score était de 1-1. Ils croyaient avoir le match sous contrôle et se sont mis à reculer, à attendre tranquillement la fin. De leur côté, nos adversaires continuaient d'être entreprenants car ils savaient ce qui se passait à Paris, au même moment. Ils avaient plus d'envie et de confiance que nous et méritent donc sans doute de l'avoir emporté et de s'être qualifiés.

Haut