Valdez refroidit Mestalla

Valencia CF - Werder Bremen 0-2
Un doublé en fin de match de Valdez met un terme aux espoirs de Valence et qualifie le club allemand.

Par Graham Hunter à Mestalla

Le Valencia CF devra finalement se contenter de défendre le titre remporté l'année dernière en Coupe UEFA, après sa défaite 2-0 contre le Werder Bremen à Mestalla, qui l'élimine de l'UEFA Champions League. Poussés par la foule, les champions d'Espagne ont tout donné, frappant même la barre en seconde période sur une reprise de volée de Marco Di Vaio, mais un doublé en fin de match de Nelson Valdez, rentré en cours de jeu, a mis un terme aux espoirs des hommes de Claudio Ranieri.

Une mécanique bien huilée
Certes, les Valencians avaient repris du poil de la bête depuis quelques temps et pouvaient même aligner pour ce match des têtes connues comme Mista, Pablo Aimar et Miguel Ángel Angulo mais, comme l'avait prédit Ranieri, c'est le Werder de Brême qui se montrait d'emblée le plus à l'aise.

Klasnic sur le banc
Alors que Valence expérimentait un nouveau schéma tactique en 4-1-3-1-1, l'équipe de Thomas Schaaf se permettait de conserver son système traditionnel et de laisser son attaquant, Ivan Klasnic, sur le banc. Angelos Charisteas et Miroslav Klose, les autres attaquants du club, avaient fait état de leur bonne forme, ce week-end, en inscrivant cinq buts à eux deux.

Un milieu de terrain dégagé
En évoluant de la sorte, la formation de Ranieri laissait une entière liberté au milieu de terrain allemand, Fabian Ernst, de se porter vers l'avant. Les milieux excentrés, attirant Rubén Baraja et Xisco Muñoz loin du centre du terrain, Ernst et son compère, le milieu offensif Johan Micoud, avaient tout loisir de provoquer des dégâts dans la défense espagnole.

De belles ouvertures
Malgré le déséquilibre apparent de son milieu de terrain en première période, Carlos Marchena remplaçant David Albelda, blessé, Valence avait le monopole du ballon et s'offrait même de belles ouvertures, contraignant les défenseurs de Brême à faire deux tacles brillants pour stopper l'avancée des Valencians.

Baumann décisif
A la suite d'un jeu de passes scintillant entre Aimar et Baraja, Mista était mis en position et décochait une belle frappe des huit mètres, qui forçait le capitaine allemand, Frank Baumann, à effectuer un tacle glissé des plus synchrones. Par la suite, une passe de Baraja mettait Aimar en orbite dans la surface de réparation. Au lieu de tirer, le Valencian faisait une diagonale sur la droite et cette fois, c'est Paul Stalteri qui mettait un terme à l'offensive espagnole.

Cañizares en évidence
A la 28e minute, Brême était à deux doigts d'ouvrir la marque lorsque Micoud, libre de tout marquage à la suite d'une passe de Ernst, produisait une frappe lourde du gauche, que Santiago Cañizares repoussait d'une claquette au-dessus de sa barre. Sur le corner qui s'en suivait, le portier espagnol devait plonger pour stopper, sans problème, le bon coup de tête de Baumann.

Mista rate la cible
La tension dramatique devait reprendre dès le coup d'envoi de la seconde période. La méforme de Mista allait éclater au grand jour. A la suite d'un tir contré d'Aimar, tout près du gardien de Brême Andreas Reinke, l'attaquant, devant la cage vide, frappait à côté. Klose devait l'imiter sur l'action suivante. Après s'être joué de son défenseur, l'attaquant allemand devait plonger mais ratait complètement le ballon sur un corner pourtant superbement tiré par Micoud.

Du changement
Ranieri cherchait alors à reprendre l'initiative, quitte à prendre des risques, en faisant entrer Vicente Rodríguez, Di Vaio et Bernardo Corradi à la place de Xisco, Aimar et Mista. Son choix a failli payer dans la minute qui a suivi lorsqu'à la suite d'une tête de Corradi, Di Vaio reprenait de volée sur la barre à la 67e minute. C'est à dix minutes du terme que survenait le tournant du match. Sur un centre parfait de Vicente, David Navarro dépossédait son coéquipier italien Di Vaio du ballon alors que ce dernier s'apprêtait à marquer de la tête dans une cage vide.

Carton rouge
Le ciel devait définitivement tomber sur la tête des joueurs de Valence, lorsque sur une longue passe de Valérien Ismaël, Emiliano Moretti manquait le ballon et Valdez en profitait pour contourner Cañizares et ouvrir la marque. Un véritable chaos régnait en fin de match. Angulo était exclu après une vilaine faute sur le buteur allemand. Une bagarre générale devait s'ensuivre au cours de laquelle Ismaël et Vicente échangeaient des coups et étaient tous les deux sanctionnés d'un carton jaune. Sur le coup-franc suivant, Tim Borowski centrait pour Valdez, qui doublait la mise pour Brême.

Haut