Kane : "Saisir l'occasion"

Le leader d'attaque de Tottenham Harry Kane se confie à UEFA.com avant la finale face à Liverpool.

Harry Kane espère lever les bras comme ça, à Madrid à la fin du match
Harry Kane espère lever les bras comme ça, à Madrid à la fin du match ©UEFA.com

Fan des Spurs depuis qu’il est tout petit, Harry Kane a l’occasion de mener son club au sommet européen, samedi à Madrid. Le buteur de 25 ans s’est confié à UEFA.com.

UEFA.com : Qu’est-ce que cela signifierait pour vous de remporter l’UEFA Champions League ?

Harry Kane en action
Harry Kane en action

Harry Kane : Ce serait quelque chose de grand. Ces quatre ou cinq dernières années, avec (Mauricio Pochettino), nous nous sommes mis en tête de devenir l’une des meilleures équipes en Europe. Se retrouver maintenant en finale de la Champions League, c’est vraiment très particulier. Difficile de trouver les mots. On essaie de ne pas trop y penser ; il ne faut pas trop se laisser déborder par l’émotion, mais ça va bien sûr être quelque chose d’énorme. C’est l'un de mes plus grands rêves en tant que supporter de cette équipe et je dois dire que, même lorsque j’étais au centre de formation, je ne m’attendais pas à me retrouver dans une telle situation un jour.

Qu’est-ce que vous avez appris, cette saison, dans votre parcours jusqu’en finale ?

Pendant toute la saison, ça s’est joué à très peu de choses. Il y a eu des hauts et des bas. (À propos du retour face à l’Ajax en demi-finales) Cela montre que nous avons beaucoup de caractère, de motivation ; ça prouve que l’on peut toujours revenir dans un match et c’est ce que nous allons retenir avant cette finale.

Comment vit-on la qualification de ses coéquipiers pour la finale depuis le banc ?

Cinq grandes finales en Champions League
Cinq grandes finales en Champions League

C’est dur. Lorsque vous jouez, bien sûr, vous avez la pression, mais une fois que vous êtes sur la pelouse, vous vous sentez libre, d’une certaine manière. Tout ça ne tourne pas dans votre tête mais, quand vous regardez le match de l’extérieur, vous êtes comme un supporter dans les tribunes et, évidemment vous ne pouvez rien faire, vous ne pouvez que regarder. À la fin du dernier match contre l’Ajax, j’ai sprinté sur la pelouse et j’ai laissé éclater mon émotion, ce que beaucoup de personnes ont vu.

Est-ce particulier, pour vous, d’affronter un autre club anglais en finale ?

C’est un peu étrange. Nous sommes habitués à affronter des clubs de Premier League mais, au final, il s’agit d’une autre équipe de très haut niveau comme d’autres que nous avons eu à affronter. Nous avons joué contre eux deux fois cette saison déjà et c'est vrai qu'ils nous ont battus (2-1 à deux reprises, à Londres et Liverpool). Je pense que, ces dernières années, nous nous sommes livré de belles batailles. Ce sera un match difficile, mais nous savons que, si nous jouons comme nous savons le faire, c’est un match que nous pouvons gagner.

Tout le monde connaît la grande histoire de Liverpool, mais je pense qu’il y a un match à jouer, 90 ou 120 minutes pour tout donner, essayer d’entrer dans l’histoire. Au niveau du club, il y a cinq ou dix ans, jouer une telle finale n’était même pas dans les rêves les plus fous, alors il nous faut saisir cette occasion.

Avez-vous été en contact avec vos coéquipiers en équipe d’Angleterre évoluant à Liverpool, récemment ?

J’ai envoyé des messages à Jordan (Henderson) après la victoire de Liverpool contre Barcelone et je l’ai félicité pour ce match incroyable. Il m’a souhaité bonne chance. Tout fonctionnait bien pour nous à ce moment-là et ce sont les derniers messages que nous ayons échangés. Évidemment, on va se retrouver sous le maillot de l’Angleterre deux jours plus tard (pour la phase finale de l’UEFA Nations League) et l’un de nous aura remporté un trophée. Le football est ainsi fait.

Haut