Exclu Salah : Heureux et nerveux

En exclusivité pour UEFA.com, Mohamed Salah se confie avant la finale de l'UEFA Champions League. L'Égyptien sera l'atout n°1 de Liverpool contre le Real Madrid à Kyiv.

Mohamed Salah, l'atout n°1 de Liverpool contre le Real
Mohamed Salah, l'atout n°1 de Liverpool contre le Real ©UEFA.com

Il est rare, alors profitons-en. Pendant quelques minutes, Mohamed Salah a répondu, avec son naturel et son sourire, aux questions d'UEFA.com à Liverpool, avant de se rendre en Ukraine avec pour mission de mettre fin au règne de celui qui fut l'un de ses modèles : Zinédine Zidane.

LIRE AUSSI

Salah lors de Liverpool-Roma
Salah lors de Liverpool-Roma

Tu fais partie des tout meilleurs joueurs au monde maintenant, qu'est-ce qu'il va être important de faire pour toi afin de rester à ce niveau ?
Le plus important, ça va être de pouvoir reproduire ce que j'ai fait la saison prochaine. Je sais que ce ne sera pas facile, mais je ne m'en fais pas trop parce que je sais que je peux réussir. Alors je suis déjà très enthousiaste à l'idée d'aborder la saison prochaine. En attendant, on a une finale à jouer. Il n'y a qu'à cela que nous devons penser. On ne doit pas trop se soucier de la saison à venir pour l'instant.

Comment se sent-on au moment de disputer sa première finale en UEFA Champions League ?
Il est évident qu'on est à la fois heureux et nerveux. Très, très enthousiaste. Vous savez, c'est un peu comme un rêve qui devient réalité. On est sur le point de jouer la finale en UEFA Champions League! Tout le monde a hâte dans la ville et au club.

Salah en demi-finale aller
Salah en demi-finale aller

Quelle signification aurait pour toi une victoire en UEFA Champions League ?
Elle serait énorme. C'est difficile de trouver les mots pour décrire cela, disons que remporter l'UEFA Champions League, ce serait quelque chose à part. C'est dur à expliquer.

Tu peux devenir le premier Égyptien vainqueur de l'UEFA Champions League. Est-ce que tu te sens parfois dans la peau d'un ambassadeur de ton pays, l'Égypte ?
Oui, bien sûr, tous les joueurs le disent, tous les gens disent : 'Tu es Égyptien, tu es un ambassadeur de l'Égypte en Angleterre', alors oui. Évidemment, cela me motive davantage, mais je ne vais pas me reposer sur le fait que je serai peut-être le premier Égyptien. Je veux gagner aux yeux du monde entier. Et c'est là-dessus que je vais me concentrer.

Salah, récital à City
Salah, récital à City

Quelle va être l'ambiance en Égypte pendant la finale ?
Je me rappelle d'avoir regardé la finale en Égypte il y a deux ans. C'était déjà une sacrée ambiance. Mais là, ça va être différent, parce que je serai sur le terrain.

Est-ce que des gens de ton pays t'ont déjà parlé de cette finale ?
Bien sûr, ils sont déjà très enthousiastes pour ce match en particulier.

Pour toi, quel est l'atout numéro un du Real Madrid ?
Pas besoin de rappeler les qualités de cette équipe : c'est une équipe qui a remporté ce trophée plus qu'aucune autre n'a pu le faire (12 victoires). Elle a remporté l'UEFA Champions League trois fois ces quatre dernières années. Elle a énormément d'expérience en UEFA Champions League. Mais on va tout donner pour essayer de remporter cette compétition cette fois.

 

Salah, cinq superbes buts !
Salah, cinq superbes buts !

Cela se joue sur un match, un seul match, on va vraiment avoir besoin d'être concentré. Il va falloir oublier tout ce qu'il s'est passé avant. Leurs trois et quatre victoires. On va devoir aborder ce match comme n'importe quel autre. Deux équipes de 11 joueurs face-à-face.

Comment Liverpool va-t-il s'y prendre pour battre le Real Madrid ?
On va juste avoir besoin de bien entrer dans le match, de faire beaucoup d'efforts et que chacun fasse bien ce qu'il a à faire.

As-tu toujours pensé que tu serais en mesure d'exploser comme tu l'as fait cette saison ?
Je crois que oui. Je suis resté à Rome pendant deux ans et j'ai vécu deux grandes saisons. Tout le monde me demandait de rester. Mais, à l'esprit, j'avais cette envie de découvrir encore plus, non seulement de découvrir d'ailleurs, mais de réussir en Angleterre. Alors je suis revenu (après un passage à Chelsea) et tout s'est bien passé.

Klopp-Salah, amis au-delà du terrain
Klopp-Salah, amis au-delà du terrain©AFP/Getty Images

Peux-tu parler de ton entraîneur, Jürgen Klopp ? Quelle a été son influence pour que tu te retrouves en pleine confiance ?
Bien sûr, il m'a beaucoup aidé au club, et il m'aide beaucoup, en tant qu'ami. Je pense qu'il a une manière de laisser les joueurs s'exprimer sur le terrain. Il vous donne la liberté de faire ce que vous voulez et, bien entendu, vous faites aussi des choses qu'il vous demande. Mais il y a de la liberté et la possibilité d'exprimer son propre style de jeu.

Vous savez, il arrive toujours à donner de la confiance aux joueurs. C'est précieux pour n'importe quel joueur au monde. Lorsque vous ressentez cette liberté, cela vous aide à être plus performant. Cela ne vaut pas que pour moi, mais pour tous les joueurs. Je pense que c'est l'une des raisons pour lesquelles nous marquons autant de buts dans toutes les compétitions.

Quel a été ton moment favori cette saison en UEFA Champions League avec Liverpool ?
Je dirais le but que j'ai marqué contre Manchester City.

Quelle est la raison pour laquelle Liverpool a marqué, selon toi, autant de buts en UEFA Champions League cette saison ?
Je dirais avant tout que cela repose sur notre style de jeu et également sur nos qualités individuelles. Honnêtement, je suis très heureux de jouer avec des coéquipiers d'une telle qualité (il parle de Sadio Mané et Roberto Firmino). Je peux dire que nous sommes aussi très bons amis dans la vie.

Salah lors de la 4e journée
Salah lors de la 4e journée

Le plus important pour moi a toujours été d'aider l'équipe à marquer des buts. L'identité du buteur n'a aucune importance. Remporter des matches, voilà ce qui compte pour nous tous. Et cela se voit. J'ai inscrit dix buts en UEFA Champions League, Sadio neuf, je crois ; Firmino dix. Alors on est tous au même niveau. Il n'y a aucun égoïsme. Il y a au contraire de l'altruisme dans un seul but : marquer.

Quelle a été pour toi l'importance du soutien du public à Liverpool cette saison ?
Elle a été très grande. Notre compréhension mutuelle, la manière dont ils me soutiennent, c'est quelque chose de très particulier. Cela m'a beaucoup aidé à faire ce que j'ai pu réussir à faire jusqu'à aujourd'hui. Leurs chants, leur accueil m'ont énormément aidé.

On dit que tu te repasses parfois sur YouTube la chanson que les supporters ont composée pour toi…
C'est vrai.

 

10 superbes buts en finale
10 superbes buts en finale

Quelle a été pour toi la clé de ta réussite cette saison ?
Si je dois donner mon opinion, je dirais que c'est le travail, travailler dur. Je pense que c'est cela qui m'a été le plus bénéfique dans toute ma vie.

Est-ce que ton poste t'a particulièrement aidé ?
J'ai toujours essayé de pratiquer mon jeu le plus naturellement possible, que je sois placé à gauche, à droite ou en tant que numéro neuf. Alors mon poste, c'est un ensemble de postes, j'ai le sentiment de ne pas jouer à un seul poste.

Mais tu es plutôt ailier, pas avant-centre, non ?
C'est vrai, je joue plutôt sur un côté, je ne suis pas vraiment un buteur.

Est-ce que le groupe a évolué selon toi depuis le début de la compétition ?
Oui, beaucoup, beaucoup. Comme vous pouvez le voir, notre style de jeu a évolué, il s'adapte en fonction du match. Notre style de jeu a changé en passant d'un jeu de contre-attaque à un style ou des styles différents. On est en train de progresser collectivement, cela s'est surtout vérifié ces deux derniers mois.

Salah, un long chemin pour arriver en Europe
Salah, un long chemin pour arriver en Europe©Getty Images

Peux-tu nous parler de ta jeunesse, de ton enfance en Égypte et en particulier du trajet que tu devais faire pour t'entraîner lorsque tu étais adolescent ?
C'était une période difficile pour moi parce que je devais accomplir de longues distances, il y avait 4h30 de bus pour aller à l'entraînement. Je devais prendre différents bus. Oui c'était difficile, et au final, j'étais très heureux parce que je me retrouvais sur le terrain.

Quand tu étais petit, qui étaient tes idoles sur le terrain ?
Comme je l'ai dit à de nombreuses reprises, mes idoles étaient Totti et le Brésilien Ronaldo. Totti et Ronaldo, oui, et (Zinedine) Zidane.

Qu'est-ce qui t'a attiré chez Zidane, que tu vas retrouver sur le banc d'en face lors de la finale ?
Pour être honnête, je voulais choisir trois joueurs qui étaient complètement différents de tous les autres par leur style de jeu. Je me suis toujours senti différent des autres joueurs. Et c'est pour ça que je les ai choisis.

Totti, l'une des idoles de Salah
Totti, l'une des idoles de Salah©Getty Images

Tu as joué avec Totti... (à la Roma)
Oui, bien sûr, c'était un grand honneur de jouer à ses côtés. C'était un joueur unique. J'ai énormément appris avec lui, que ce soit sur ou en dehors de la pelouse.

Tu as quitté l'Égypte pour rejoindre le FC Bâle, en Suisse. Comment s'est passée ton adaptation ?
Il ne faut pas se cacher que ce fut assez difficile de partir d'Égypte pour se retrouver en Europe, mais passer de l'Égypte à la Suisse, c'est peut-être encore plus difficile. Les règles sont plus strictes, alors cela a été dur pour moi au début. Mais, après un certain temps, je me suis habitué.

Est-ce que tu gardes des souvenirs d'enfance de l'UEFA Champions League, peut-être la victoire de Liverpool en 2005 ?
Oui, bien sûr, je regarde l'UEFA Champions League depuis 2001 ou 2002, lorsque j'ai commencé à mieux comprendre le football. Depuis ce moment-là, je regarde à peu près tout (chaque finale) et ça ne m'a pas quitté jusqu'à maintenant.

Haut