Mbappé : "Je regardais tous les matches..."

"... et je les regarde encore", affirme l'attaquant de Monaco Kylian Mbappé à UEFA.com avant d'affronter la Juventus en demi-finale.

©AFP/Getty Images

Mbappé, 18 ans, a crevé l'écran dans les phases à élimination directe cette saison. Si Monaco est dans le dernier carré, c'est en partie grâce à son insouciance et son aplomb devant le but.

Cinq choses à savoir sur Leonardo Jardim

Avec cinq réalisations, toutes dans les matches couperets, il est le meilleur buteur du leader de Ligue 1, à égalité avec Falcao qu'il décrit comme un grand frère. Interview exclusive.

Monaco - Juventus en 1998
Monaco - Juventus en 1998

La Juventus en demi-finales, c'est peut-être le favori de la compétition...
Oui c'est une équipe qui a une histoire, qui a vu passer de nombreux grands joueurs, il y a encore de très grands joueurs dans cette équipe. Ils viennent de sortir le FC Barcelone. Ils ont démontré qu'ils étaient armés pour gagner la compétition. Maintenant, nous avons des qualités à faire valoir. On va tout faire pour essayer d'aller en finale.

Vous allez être face à Gianluigi Buffon...
C'est un gardien qui a marqué l'histoire. C'est un des plus grands gardiens au monde. Je suis vraiment content d'affronter ce genre de joueurs. On travaille tous les jours pour jouer contre de grands joueurs et lorsque vous affrontez de grands joueurs, vous êtes contents et vous voulez tout donner pour les battre.

Sur le plan personnel quelle a été le moment le plus marquant de ce parcours en Champions League ?
Le moment le plus marquant, pour moi, ce fut le match aller à Manchester City (victoire 3-2). Ce fut ma première titularisation. C'était la première fois que je débutais un match. J'entendais la musique sur le terrain. C'est vraiment quelque chose de spécial. En plus, ça s'est bien passé. Tout le plaisir a été pour moi.

Mbappé - Falcao, le duo gagnant de Monaco
Mbappé - Falcao, le duo gagnant de Monaco©AFP/Getty Images

Jouer aux côtés de Falcao, est-ce que ça aide quand on débute ?
Oui, bien sûr. Comme je le dis souvent, je dis que je suis le joueur le plus chanceux de l'effectif. Pour débuter une carrière, commencer à côté d'un grand attaquant comme Radamel... Il a marqué l'histoire du sport, a fait de grands clubs comme Porto, l'Atlético, il a mis de nombreux buts. Il a eu un passage difficile ensuite en Angleterre, mais il a montré qu'il avait une grande force mentale pour revenir. Aujourd'hui, il fait une grande saison.

On vous voit toujours souriant sur le terrain, ça vient d'où ?
Depuis que je suis petit, je rêve de jouer la Champions League. Je regardais tous les matches. Je les regarde toujours. La jouer, ce fut vraiment un plaisir immense. J'étais vraiment content lorsque je suis entré sur le terrain. Bien sûr, il fallait être concentré, c'était un match important. Mais j'étais vraiment content de débuter ce match. Je me suis dit que c'était le bon moment pour commencer à écrire mon histoire à moi.

Monaco-Juve : l'avant-match

On a l'impression que vous avez beaucoup de liberté est-ce que le système du coach Leonardo Jardim vous aide ?
On joue en 4-4-2, avec Radamel en attaquant fixe. Moi, je suis plus ailier, j'aime me promener un peu partout sur le terrain. Le coach me laisse cette liberté, ma liberté de mouvement à droite, à gauche, au centre. C'est quelque chose que j'aime et je le remercie pour ça.

Il y a beaucoup de joueurs qui sont capables de marquer dans cette équipe de Monaco...
Bien sûr, dans cet effectif, il y a beaucoup de joueurs de qualité. Je pense que nous faisons tous les efforts les uns pour les autres. C'est la raison pour laquelle il y a beaucoup de buteurs différents. On a vraiment envie de gagner quelque chose ensemble. On sait que pour cela on a besoin de s'aider les uns les autres, pas jouer chacun pour soi, chacun de son côté. C'est la meilleure chose à faire. Nous sommes tous des compétiteurs et les compétiteurs savent gagner. Or, pour gagner, on a besoin des autres.

C'est curieux que vous soyez toujours en jambes, la saison a commencé très tôt pour vous avec le Championnat d'Europe des moins de 19 ans que vous avez remporté avec la France...
Non, je n'ai pas le sentiment que la saison est très longue. J'adore le foot. Quand vous faites quelque chose de passionnant, c'est toujours plus facile. Venir tous les matins s'entraîner, c'est pour moi un grand plaisir. Je ne vois pas le temps passer. Le temps est passé très, très vite entre le Championnat d'Europe et maintenant. C'est vraiment une superbe saison. On est encore en lice en UEFA Champions League, on mène le championnat, c'est le meilleur moment de la saison qui arrive. Je suis vraiment impatient de vivre les matchs qui restent.

Mbappé face à Dortmund
Mbappé face à Dortmund

Quelle a été l'importance de ce tournoi en Allemagne ?
Ce fut la première compétition nationale que j'ai disputée avec mon pays. C'était très important pour moi. Représenter son pays, ça n'a pas de prix. C'est l'amour de la patrie. On a réussi à gagner ce tournoi, donc on était vraiment fiers. C'est une fierté parce qu'on avait un très bon groupe, qui vivait bien, un groupe talentueux. Je pense qu'on a mérité cette victoire tout au long du tournoi.

Quels sont vos premiers souvenirs de foot à Bondy ?
J'ai commencé dans le club de ma ville. Mon père travaillait là-bas. Et aussi mon grand frère jouait là-bas. J'allais souvent voir mon frère jouer. Et mon père aussi, qui travaillait. J'étais toujours avec un ballon à côté du terrain. Un jour, le président du club a vu que j'étais à côté du terrain à taper dans le ballon tous les jours. Il m'a dit "viens dans les vestiaires", il m'a donné un maillot, un short, je n'avais pas de crampons justes des baskets et c'est comme cela que j'ai commencé à jouer sur le terrain. J'avais quatre ans.

J'ai passé toute ma jeunesse là-bas. J'ai encore beaucoup de choses là-bas. Il y a mon petit frère qui joue. Il y a mon père qui est encore un peu impliqué, même s'il travaille un peu moins. J'ai toujours ce club dans mon cœur. J'ai joué pendant 10 ans là-bas, de 4 à 14 ans, jusqu'à ce que je vienne à Monaco. C'est vraiment mon club de cœur.

Monaco-Juve : duel de duos

Quel a été le rôle de votre père ?
Au départ, il ne voulait pas trop que je fasse du foot. Il ne savait pas comment gérer le fait qu'il soit entraîneur et père. Sur le terrain, on avait des relations de joueur-entraîneur, et à la maison de père-fils.

Était-il difficile de partir à 14 ans ?
Non, je venais déjà de passer deux ans à Clairefontaine. Le week-end, je rentrais à Bondy. Clairefontaine m'a un peu préparé Monaco. Ce n'était pas très difficile. Je savais ce que je voulais. J'ai toujours voulu aller dans un centre de formation. C'est donc avec plaisir que je suis venu à Monaco.

Quelle a été votre première impression de Monaco ?
C'est un endroit calme on peut progresser tranquillement. C'est un grand club et aussi un peu familial où les joueurs ont une place importante. On se soucie du bien-être des joueurs. C'est ce que j'aime ici.

On a aussi la possibilité de jouer, parce que nous avons une équipe très jeune. Ce n'est pas dans tous les clubs que les jeunes joueurs peuvent jouer de cette manière. C'est vraiment l'endroit parfait pour progresser et commencer une carrière.

Pouvez-vous nous parler de votre première saison en UEFA Champions League.
On a connu un parcours assez atypique, on a commencé au tour préliminaire contre Fenerbahçe puis Villarreal pour se qualifier dans les groupes. Le groupe a été difficile parce que toutes les équipes étaient à peu près au même niveau avec Tottenham, Moscou et Leverkusen. On a réussi à sortir premiers. Après, on a joué City, un top club européen. Ce furent vraiment deux matches de grand niveau, avec beaucoup de buts, beaucoup de spectacle. Là encore on se qualifie en gagnant 3-1 à la maison. Après, il y eut Dortmund, quelque chose de très différent avec une ambiance très différente et une certaine forme de fraternité entre les deux équipes au vu des événements qui se sont déroulés.

On a été très touché par ce qui est arrivé à Bartra et à Dormtund. Mais on a réussi à se mettre en condition et on a gagné. Et maintenant, c'est la Juventus.

VOIR MAINTENANT...

Les dix plus jeunes buteurs français
Les dix plus jeunes buteurs français
Monaco, troisième chance contre la Juve
Monaco, troisième chance contre la Juve
Les buts qui envoient Monaco en demi-finale
Les buts qui envoient Monaco en demi-finale
Haut