Rapport technique 1 : le 4-3-3 supplante le 4-2-3-1

Le rapport technique de l'UEFA Champions League technical 2015/16 met en avant la prédominance du 4-3-3 sur le 4-2-3-1.

©Domenic Aquilina

The variety of game plans blurred a lot of the labels applied to teams.

Combien d'équipes pour quelles formations en 2015/16 ? (2014/15, changements)
4-3-3 : 13 (8, +5)
4-2-3-1 : 10 (14, -4)
4-4-2 : 6 (10, -4)
4-5-1 : 2 (0, +2)
3-4-3 : 1 (0, +1)

Temps forts : Wolfsburg - Gand
Temps forts : Wolfsburg - Gand

La saison 2015/16 a souligné la difficulté croissante à cataloguer les structures adoptées. Le KAA Gand fut la seule équipe à évoluer en 3-4-3. Lorsqu’elle perdait le ballon, elle adoptait une structure défensive en 4-2-3-1, avec Renato Neto et Sven Kums dans le rôle de milieux récupérateurs devant une défense à trois renforcée par un Thomas Foket prompt à se replier. Hein Vanhaezebrouck passa néanmoins en 4-4-2 à Wolfsburg, après avoir adopté un 4-2-3-1 pendant la phase de groupe.

Le VfL Wolfsburg a néanmoins posé des problèmes en termes de catégorisation. « Je choisis de qualifier sa structure de 4-3-3 », a expliqué Gareth Southgate, un observateur technique de l’UEFA, après avoir vu l’équipe de Dieter Hecking à Gand. « Mais elle est disposée autrement à mi-terrain : Gustavo évolue bas, alors que Christian Traesch et Max Arnold opèrent sur des lignes horizontales et verticales différentes devant lui. »

Au tour suivant, contre le Real Madrid CF, le système de Wolfsburg s’est davantage apparenté à un 4-2-3-1 à domicile et à un 4-1-4-1 pour défendre son avantage de deux buts à Madrid.

Temps forts : Man. City - Paris
Temps forts : Man. City - Paris

Le Paris Saint-Germain a passé de son habituel 4-3-3 à un 3-5-2 face au Manchester City FC en Angleterre ; le PSV Eindhoven en a fait de même lorsqu’il s’est rendu à Madrid pour affronter le Club Atlético. L’équipe de Manuel Pellegrini a adopté une structure en 4-1-4-1 au lieu de son plus habituel 4-2-3-1 lorsqu’elle s’est mesurée au Real Madrid dans la capitale espagnole en demi-finale.

Le SL Benfica de Rui Vitória, plutôt adepte du 4-4-2, a glissé vers une structure en 4-2-3-1 lorsqu’il a accueilli le FC Zénith et le FC Bayern Munich lors de la phase à élimination directe. L’AS Rome, qui a privilégié une formation en 4-3-3, a joué en 4-2-3-1 avec un deuxième milieu récupérateur face au Real, à Madrid.

Le Bayern de Josep Guardiola a présenté de nombreuses variations sur le thème du 4-3-3, à la fois d’un match à l’autre et au cours de la même rencontre. À domicile, face au GNK Dinamo Zagreb, son dispositif ressemblait davantage à un 4-2-3-1 ; Thomas Müller a joué excentré sur l’aile droite en match à l’extérieur face à Arsenal et derrière Robert Lewandowski au match retour à Munich

À domicile face à l’Olympiacos FC, Kingsley Coman, Douglas Costa, Müller et Arjen Robben ont opéré derrière l’attaquant de pointe. L’observateur qui a suivi son match à domicile contre le Benfica a remarqué : « Le Bayern a utilisé plusieurs systèmes défensifs et offensifs pendant le match, ce qui est un de ses grands atouts. Il contrôle le jeu et produit des mouvements de joueurs très intéressants. »

Parmi les équipes éliminées à l’issue de la phase de groupe, le Dinamo Zagreb, le FC Porto et l’Olympiacos ont présenté un mélange de 4-3-3 et de 4-2-3-1 ; le 4-2-3-1 du Maccabi Tel-Aviv FC devenait clairement un 4-5-1 à l’extérieur, tandis que le Bayer 04 Leverkusen, le Manchester United FC et le PFC CSKA Moscou alternaient à l’occasion entre le 4-2-3-1 et le 4-4-2. Ces variations illustrent les commentaires de Peter Rudbæk et soulignent la nécessité, pour le joueur moderne, d’être capable de passer sans difficulté d’un système à un autre.

Dans ce cadre, il apparaît, en résumé, que la moitié des 16 meilleures équipes étaient disposées par défaut en 4-3-3, quatre autres en 4-2-3-1 et trois habituellement en 4-4-2, Gand étant, comme déjà mentionné, la seule équipe à évoluer en 3-4-3.

Cet article est à retrouver dans son intégralité dans le rapport technique de l'UEFA Champions League technical 2015/16

Haut