Alves prêt à tout pour une finale

Pour leur voyage en car en direction de Milan, Pep Guardiola avait réservé une surprise cinéma à ses hommes du FC Barcelona. L'arrière droit Daniel Alves se fait déjà son film.

Dans l'incapacité de prendre l'avion pour Milan pour leur demi-finale de, sur le terrain du FC Internazionale Milano, mardi en raison de la fermeture de l'espace aérien provoqué par un nuage de cendres volcaniques en Europe, les hommes de Josep Guardiola ont effectué les 1 000 km qui séparent Barcelone de Milan en car.

L'épopée de 14 heures a fait escale dans le palace cannois du Martinez, bien connu des stars du Festival du film. Et il fut question de cinéma dans ce périple. "Le voyage s'est bien passé et on s'est bien reposés", affirmait Alves. "On a regardé 'Invictus'." Le film réalisé par Clint Eastwood illustre la vie de l'équipe de rugby d'Afrique du Sud avant son succès en Coupe du Monde en 1995.

Facile d'imaginer que le choix a été directement fait par Guardiola. Pour la finale de l'UEFA Champions League l'année dernière, face au Manchester United FC, l'entraîneur des Blaugrana avait préparé ses troupes en leur montrant une séquence vidéo des temps forts de leur saison, entrecoupés du film "Gladiator".

Alves, lui, affirme que de telles méthodes de motivation ne lui servent pas à grand-chose. "Franchement, il serait difficile de trouver un joueur qui a autant envie de jouer une finale de Champions League que moi", dit-il. "Il nous reste deux matches pour atteindre la finale à Madrid. Ce sera dur mais on joue bien. On respecte l'Inter mais on va essayer d'obtenir un bon résultat et de sceller la qualification à Barcelone."

Le Brésilien de 26 ans réfute l'idée que jouer sur plusieurs tableaux porterait préjudice au Barça, notamment après leur nul 0-0 face au RCD Espanyol samedi. "On joue beaucoup de matches en ce moment mais on est dans une excellente période", explique-t-il. "On est si proches de faire quelque chose de magnifique donc on ne se plaint pas, on ne va pas se servir de ça comme excuse."

L'ancien du Sevilla FC ne donne pas non plus l'impression de craindre sa confrontation avec Maicon, son concurrent direct pour la place d'arrière droit en équipe nationale et auteur d'une magnifique volée contre la Juventus vendredi. "Je vais rencontrer l'autre arrière droit brésilien mais je n'y accorde pas beaucoup d'importance", indique Alves. "On a déjà joué l'un contre l'autre dans le passé." Peut-être, mais les enjeux n'étaient sans doute pas aussi élevés.

Haut