UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Grand spectacle : Real Madrid 1-2 Sheriff, l'analyse

L'incroyable victoire du Sheriff à Madrid face au Real est l'objet de l'analyse par le panel des observateurs techniques de l'UEFA.

Le Sheriff s'impose à Madrid
Le Sheriff s'impose à Madrid

Le panel des observateurs techniques de l'UEFA a analysé la sensation de la deuxième journée, l'incroyable victoire du Sheriff face au Real Madrid 2-1 à Santiago Bernabéu.

Les hommes de Yuriy Vernydub avaient déjà éprouvé leur formule reposant sur la solidité de leur organisation défensive et de rapides contre-attaques lors de la victoire face au Shakhtar Donestk en ouverture du groupe. Mais qui aurait pu imaginer les voir reproduire une telle performance à Madrid ? Las, les champions de Moldavie l'ont fait, Vernydub les faisant défendre bec et ongle sachant que l'adversaire laisserait des espaces à exploiter en contre.

Les buts

En deux minutes, Real Madrid 1-2 Sheriff

0-1 : Jasurbek Yakshiboev (25e minute)
Un mouvement collectif parfait qui débute par Danilo Arboleda, le central droit, qui porte le ballon vers l'avant et trouve une passe verticale vers Adama Traore dans le camp du Real qui sert alors Sébastien Thill. L'international luxembourgeois, essentiel dans la plupart des offensives du Sheriff, montre sa vision du jeu en délivrant une passe transversale parfaite sur sa gauche, là où Cristiano avait pris l'espace, l'une des sept passes délivrée par Thill au latéral gauche. Le centre au second poteau était repris par Yakshiboev qui trompait Thibaut Courtois. Excellente montée de Cristiano, un peu moins pour Nacho et Miguel Gutiérrez côté madrilène, qui ont été pris en défaut.

1-1 : Karim Benzema, penalty (65e)
Penalty transformé avec la confiance qui sied à un attaquant en grande forme – un but historique puisque Benzema a désormais marqué lors de 17 saisons d'UEFA Champions League. Un mot aussi sur Vinícius Júnior qui a cherché à créer le danger par sa vitesse et a obtenu le penalty de la sorte en pénétrant dans la surface sur le côté gauche et tentant de se faufiler entre Edmund Addo et Fernando Costanza, provoquant la faute du Ghanéen.

Thill, son but de la victoire sous tous les angles

1-2 : Sébastien Thill (90e)
Thill fait la une en inscrivant son premier but en UEFA Champions League – le premier lors d'une phase de groupes inscrit par un joueur luxembourgeois – mais il ne faut pas oublier le travail de Traore, qui a pressé Eduardo Camavinga et provoqué une touche lors dans le camp madrilène. Lorsque la longue touche de Fernando Costanza l'a trouvé dans la surface, sa remise a trouvé Thill dont la demi-volée précise du gauche a trouvé la lucarne.

Meilleur joueur

Le prix de l'Homme du Match de l'UEFA Champions League a été décerné au portier grec Giorgos Athanasiadis, un joueur arrivé en prêt de l'AEK Athènes. Un soir où le Real a tiré 31 fois au but, s'offrant un xG de 3,2, le portier du Sheriff a réalisé 10 arrêts – dont un à bout portant devant Luka Modrić – partant même du bon côté sur le penalty qui l'a trompé. Pas mal pour un joueur de 28 ans qui disputait son deuxième match dans cette compétition.

Autres points

Le Real a bien débuté la rencontre, pressant haut. Le 4-3-3 avec Eden Hazard placé sur la droite de l'attaque mais repiquant à l'intérieur, ouvrant le couloir soit à Fede Valverde soit à Nacho, pendant qu'à gauche, Vinícius Júnior collait à la ligne de touche. À la pause, le Real avait eu la possession (70%) et tiré 13 fois au but bien que mené 1-0.

Pour cela, le Sheriff mérite d'être félicité. Solide dans son positionnement défensif, replié sachant qu'il aurait peu le ballon et sachant qu'il lui faudrait être efficace dès lors que l'occasion se présenterait. C'est ce que les Moldaves ont fait, marquant deux buts en quatre tentatives et ayant même un but refusé.

Le capitaine et milieu Frank Castañeda a incarné cette attitude, attirant les regards non seulement pour ses qualités et ses déplacements, mais aussi par sa volonté d'aider en défense. Ditto Dimitris Kolovos, habituellement l'homme qui opère derrière l'attaquant, a également été essentiel dans ces efforts défensifs alors que ses qualités techniques ont été prépondérantes dans le temps additionnel.

Organisation tactique

Le Real Madrid  a changé quatre hommes à la 668e minute, passant en 1-4-4-2
Le Real Madrid a changé quatre hommes à la 668e minute, passant en 1-4-4-2UEFA

Madrid a débuté le match en 4-3-3 pour passer ensuite en 4-4-2 à la 66e minute – une modification que Carlo Ancelotti avait déjà préparé lorsque l'égalisation est intervenue.

L'entraîneur madrilène a fait entrer quatre joueurs – Rodrygo (21), Luka Jović (16), Toni Kroos (8) et Modrić (10) – sortant les deux latéraux ainsi que Casemiro et Hazard. Cette approche offensive a permis au Real de disposer d'un deuxième avant-centre, Jović, et de deux ailiers.

Cela a aussi signifié que Valverde (15) et Camavinga (25), qui avaient débuté la rencontre de part et d'autre de Casemiro dans un milieu à trois, on reculé d'un cran au milieu.

De son côté, le Sheriff s'est organisé autour d'un 4-2-3-1 dense dans lequel la profondeur était donné par les latéraux Cristiano (15) et Fernando Costanza (13). Au milieu, Addo (21) était positionné plus bas alors que Thill (31) était plus offensif.

L'ogranisation du Sheriff : 1-4-2-3-1
L'ogranisation du Sheriff : 1-4-2-3-1

Derrière l'unique buteur Jakhshibaev (17) se trouvait un trio, Castañeda (10), Kolovos (22) et Traore (9), même si la profondeur était réellement apportée par les latéraux, Cristiano en étant la meilleure illustration.

Cela paraît défensif, mais Cristiano a centré une fois, sur l'ouverture du score, et a délivré la passe sur le but refusé de Bruno.

L'avis des entraîneurs

Carlo Ancelotti, Real Madrid
Nous avons mis de l'intensité, nous avions l'air bien. Nous avons perdu sur de petits détails, même si nous avons bien joué. Nous aurions pu être meilleurs dans les 30 derniers mètres, mais c'est difficile à expliquer. Nous avons eu des occasions, nous en avons eues, Jović est entré et s'en est aussi procurées. Je pense qu'au final, tout s'est bien déroulé pour eux, mal pour nous.

Yuriy Vernydub, Sheriff  
Bien sûr que nous savions que nous devrions défendre. Nous l'avons parfaitement fait et nous avons également parfaitement contré, étant capables de marquer le but vainqueur en fin de match.