UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Grand spectacle : Sporting CP 1-5 Ajax, l'analyse

Notre série tactique continue avec l'analyse de la large victoire de l'Ajax à Lisbonne réalisée par le panel d'observateurs techniques de l'UEFA.

Grand spectacle : Ajax, analyse
Grand spectacle : Ajax, analyse

Le panel d'observateurs techniques de l'UEFA revient sur la victoire de l'Ajax, 5-1, sur la pelouse du Sporting CP en ouverture du Groupe C, l'un des plus beaux matches de la première journée de la phase de groupes de l'UEFA Champions League.

Les hommes d'Erik ten Hag menaient déjà de deux buts au bout de neuf minutes et ont finalement marqué cinq buts pour la troisième fois en cinq matches. Le résultat est quelque peu surprenant compte tenu du fait que cette équipe portugaise, connue pour son haut rendement physique et son côté athlétique, n'avait encaissé qu'un but ou moins sur ses six matches précédents cette saison, et après avoir remporté son premier titre de champion en dix-neuf ans la saison passée.

Lire aussi, Chelsea 1-0 Zenit, l'analyse

Les buts

En deux minutes, Sporting CP 1-5 Ajax
En deux minutes, Sporting CP 1-5 Ajax

0-1 : Sébastien Haller (2e)
Antony a récupéré le ballon sur l'aile droite, profitant de la désorganisation tactique du Sporting. Il a ensuite repiqué au centre face à Gonçalo Inácio avant de décocher une frappe déviée qui a atterri sur le deuxième poteau. Haller a bien suivi et marqué de la tête dans le but vide, à bout portant.

0-2 : Sébastien Haller (9e)
Le Sporting n'a pas pu suivre le rythme d'Antony sur cette rencontre, et le deuxième but en est l'exemple. Le latéral gauche Rúben Vinagre s'est fait battre en un contre un par le Brésilien sur la balle en profondeur de Remko Pasveer, ce qui a permis à Haller de marquer d'un tacle glissé sur le centre à ras de terre aux six mètres.

1-2 : Paulinho (33e)
Suite à une relativement longue phase de possession, le Sporting a prouvé toute sa détermination et sa capacité à aller de l'avant et jouer dans le dos de la défense de l'Ajax. Matheus Nunes a fait une passe en profondeur à Paulinho, lancé, qui a conclu l'action en angle fermé, du pied gauche.

1-3 : Steven Berghuis (39e)
Encore une fois impliqué, Antony a attiré Rúben Vinagre avant d'exploiter le surnombre de l'Ajax au milieu en glissant le ballon à Ryan Gravenberch. Ce dernier s'est défait de Zouhair Feddal et a passé la balle à Berghuis qui, dans la course, a réussi à passer entre Luís Neto et Ricardo Esgaio avant de conclure du pied gauche dans le petit filet opposé.

1-4 : Sébastien Haller (51e)
L'Ajax a réussi à récupérer le ballon grâce à son pressing haut sur le flanc droit. Antony a ensuite eu le temps et l'espace pour délivrer une passe laser de l'extérieur du pied au point de penalty, ballon qu'Haller a pu détourner dans le but devant Antonio Adán.

1-5 : Sébastien Haller (63e)
Berghuis a décalé Noussair Mazraoui sur le flanc droit. Le latéral a repiqué au centre avant d'expédier une passe diagonale entre les défenseurs du Sporting. Mis sur orbite, Haller a réceptionné le ballon en mouvement et conclu du pied gauche.

Le meilleur joueur

Sébastien Haller (Ajax)
Le Sporting avait opté pour une défense à trois mais n'a pas pu contenir l'attaquant. Le remplacement forcé de Gonçalo Inácio à la 21e minute n'a pas aidé (même si le Sporting était déjà mené de deux buts). La défense a été constamment mise à mal par les offensives de l'Ajax sur les ailes.

Haller a passé le match à jouer à la limite du hors-jeu, et trois de ses quatre buts sont venus grâce à son positionnement avancé. Les deux premiers sont aussi le fruit de son désir d'apporter le danger dans l'axe, et de son instinct de buteur à chaque fois qu'Antony apportait le danger.

Le prix d'Homme du match UEFA Champions League, désigné par l'observateur technique Mixu Paatelainen, a, sans surprise, été remis à Haller, premier joueur à marquer un quadruplé pour ses débuts dans la compétition depuis Marco van Basten en 1992.

Autres points

Deux facteurs clés ont contribué à la victoire tonitruante de l'Ajax : ses surnombres et son pressing haut.

L'Ajax est restée en 4-3-3
L'Ajax est restée en 4-3-3

Les visiteurs ont adopté un 4-3-3 et ont toujours su utiliser leur joueur supplémentaire dans l'axe pour contrôler la rencontre. Edson Álvarez a fortement contribué à cette domination, en jouant un rôle important à la construction par sa capacité à faire le relais entre les lignes tout en rééquilibrant les tendances offensives de Berghuis et Gravenberch.

Le Sporting a eu du mal à mettre son jeu en place et ressortir face au pressing à cinq de l'Ajax. Tous les joueurs de champ des visiteurs ont passé la majeure partie du match dans le camp adverse. Quand ils parvenaient à casser le pressing, Paulinho, par ses courses, parvenait à mettre la défense en danger en passant dans son dos ou en relayant les ballons pour faire jouer ses coéquipiers.

Leur défense a souvent été exposée à la vitesse et la ruse des ailiers de l'Ajax. Antony, qui a délivré trois passes décisives, et Dušan Tadić ont régulièrement débordé ou repiqué et utilisé l'appui de leurs latéraux pour créer des débordements. C'est ce qui a ouvert davantage d'espaces au centre pour les visiteurs, qui ont profité de leurs nombreuses supériorités numériques pour faire des courses dans la surface.

Organisation tactique

L'Ajax a débuté en 4-3-3 et les deux buts marqués en début de match lui ont permis de ne jamais dévier de cette formation. Des trois milieux, Álvarez jouait plus bas, tandis que Berghuis et Gravenberch se joignaient au pressing à cinq.

Paulinho a été contraint de redescendre parfois pour tenter de contenir Álvarez mais n'a pas réussi à réduire son influence sur le jeu. Daniel Bragança pistait le porteur du ballon avec davantage de régularité mais n'est entré qu'à la 77e minute.

Le Sporting espérait voir ses latéraux créer le danger
Le Sporting espérait voir ses latéraux créer le danger

Le Sporting avait opté pour un 3-4-3, les latéraux ayant pour rôle d'aider les attaques tandis que le duo central João Palhinha et Matheus Nunes n'avançaient que quand le ballon était de leur côté, restant à l'affût quand le jeu changeait de flanc.

Néanmoins, le surnombre créé par l'Ajax au centre, ainsi que son pressing efficace, lui a permis de faire reculer les hôtes, notamment Rúben Vinagre et Pedro Porro, et de les forcer à défendre. La défense s'est donc régulièrement retrouvée à cinq. L'entraîneur Rúben Amorim a continué avec cette formation au cours du match.

L'avis des entraîneurs

Rúben Amorim, Sporting, entraîneur
Après avoir encaissé un but dès la première minute, nous avons dû sortir, tandis qu'ils étaient à l'aise. Nous avons manqué d'expérience. Nous avons tenté de renverser la situation, encaissé le troisième but et on s'est vu refuser un but pour hors-jeu. Cela aurait pu changer le match. Nous avons ensuite encaissé un quatrième but et n'avons pas su gérer. Les joueurs ont été très courageux. Je leur ai dit de se resserrer pour faire un 5-4-1 mais ils n'ont pas voulu.

Erik ten Hag, Ajax, entraîneur
C'est mieux de rester critique quand on gagne 5-1 mais soyons francs, nous avons pratiqué un football fantastique, surtout quand nous avions le ballon, notamment à droite. Le Sporting reculait, c'était un plaisir à voir. C'est une belle performance collective. Nous avions un plan solide et les joueurs l'ont appliqué à la perfection, tant dans les phases de construction que dans les moments les plus équilibrés.