Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Lampard :"(Xavi-Iniesta) C'était extraordinaire"

Restez chez vous et remontez le temps avec Frank Lampard, vainqueur de la Champions League avec Chelsea en 2012 et aujourd'hui entraîneur du club anglais.

Frank Lampard, aujourd'hui coach de Chelsea, a répondu à UEFA.com
Frank Lampard, aujourd'hui coach de Chelsea, a répondu à UEFA.com ©Getty Images

Lampard s'était confié à UEFA.com en juillet dernier sur son club de Chelsea et l'UEFA Champions League.

UEFA.com : comment pourriez-vous résumer votre relation avec Chelsea, Stamford Bridge et les fans de ce club ?
Frank Lampard
: C'est quelque chose de fondamental dans ma vie parce que je me suis senti chez moi à Chelsea à la minute où j'ai rejoint le club. Et pour un jeune qui venait de l'est de Londres et qui a grandi en soutenant West Ham, c'est quelque chose d'énorme. Il y a ensuite eu les expériences que j'ai vécues. Lorsque je regarde dans le rétro, je suis ravi de ce que j'ai réussi à atteindre, et de ce que nous avons fait sur le plan collectif, mis à part le fait que nous aurions dû gagner plus de titres de champion d'Angleterre.

Pour être 100 % honnête, j'ai ce club dans la peau. Qu'il s'agisse des fans qui sont toujours à nos côtés, qu'il s'agisse des joueurs avec lesquels j'ai évolué, qu'il s'agisse du staff technique qui est encore présent ou qui n'est plus là, c'est un endroit tout à fait particulier pour moi. C'est pour ça que je veux réussir ici. Bien sûr, je veux bien faire pour moi-même, je vais progresser, mais en même temps, je veux mettre ce club à la place qu'il mérite.

Frank Lampard celebrates with the Champions League trophy
Frank Lampard celebrates with the Champions League trophyAFP via Getty Images

Quelle signification a pour vous la Champions League ?
Je me rappelle du premier match que j'ai joué en Champions League, ça devait être au milieu des années 2000, avec Claudio Ranieri (comme entraîneur), à domicile contre la Lazio. Nous avions gagné 2-1. Je me souviens des frissons lorsque nous écoutions l'hymne de la compétition avant le match. Alors je me suis dit "Waouh ! J'y suis, et c'est vraiment exceptionnel".

Finale 2012 : Chelsea s'impose face au Bayern
Finale 2012 : Chelsea s'impose face au Bayern

Il y a eu beaucoup de hauts et de bas. On a essayé de se battre, comme on le pouvait, pour atteindre ces finales, on en a perdu une, mais ensuite il y a eu l'apogée, à cette victoire à Munich et cette victoire dans les circonstances dans lesquelles nous l'avons acquise. Nous étions outsiders, nous étions chez l'adversaire (à Munich). C'était quelque chose de fou. C'était digne d'un scénario de cinéma.

Lorsqu'on me demande d'évoquer ma carrière, c'est souvent ce moment qui revient à mon esprit ; voilà ce que signifie pour moi la Champions League. Si j'avais dû terminer ma carrière sans cette ligne à mon palmarès, j'aurais certainement ressenti un manque, et je pense que le club aurait également ressenti ce manque. Remporter la Champions League avec Chelsea, première équipe de Londres à le faire, c'est quelque chose dont nous sommes tous très fiers.

Vous mettez beaucoup d'intensité dans votre jeu lorsque vous étiez joueur, quelle est l'importance de cette qualité pour vous en tant qu'entraîneur aujourd'hui ?

Frank Lampard célèbre un but sur le banc de Chelsea
Frank Lampard célèbre un but sur le banc de ChelseaGetty Images

L'intensité, c'est tout pour moi. Au quotidien, la manière dont on s'entraîne va refléter la manière dont nous allons jouer le week-end. L'intensité, cela recouvre beaucoup de choses, le physique bien sûr, mais également le mental. C'est la manière dont vous abordez chaque journée, chaque match. Je pense que c'est fondamental parce que nous avons un groupe de joueurs extrêmement talentueux avec nous. Je sais que les autres équipes ont également beaucoup de talent, c'est la raison pour laquelle la compétitivité est très élevée dans le championnat d'Angleterre comme en Champions League. Si vous jouez sans intensité, dans le football moderne, vous n'irez pas loin.

Quel est votre meilleur souvenir en Champions League ?
Le moment où le penalty de Didier Drogba est entré dans les filets à Munich. Je n'ai pas pris beaucoup de plaisir pendant ce match, je n'en ai même pas pris du tout. Ce fut douloureux d'essayer de se maintenir dans le match qui est allé jusqu'aux tirs au but. Mais à partir du moment où le ballon est entré dans les filets, c'est devenu quelque chose de sensationnel

Votre plus beau but en Champions League ?

Regardez ce doublé de Frank Lampard contre le Bayern en 2005
Regardez ce doublé de Frank Lampard contre le Bayern en 2005

Ce but contre le Bayern Munich en 2005, à domicile. C'est le deuxième but que je marquais dans ce match ; un contrôle de la poitrine, une demi-volée du pied gauche en pivot. J'en ai marqué quelques-uns, mais je pense que sur le plan technique, alors que je n'étais plus tout jeune, je dirais que celui-là est le plus beau. Probablement aussi parce que je n'aurais jamais pu remettre le même, même si j'avais tenté 1000 fois !

Quel est l'adversaire le plus coriace que vous ayez rencontré en Champions League ?
Je peux donner au moins deux réponses ? J'en aurais même trois. La première est (Lionel) Messi parce c'est un joueur incroyable, qui tient sur ses jambes et rapide. J'ai eu contre lui l'impression de jouer face à un adversaire qui n'est pas du même niveau que moi. J'ai affronté beaucoup de grands joueurs, mais lui, c'est quelque chose de très particulier, d'incroyable, mais je ne vous apprends rien ?

Frank Lampard en duel avec Andrés Iniesta en 2012
Frank Lampard en duel avec Andrés Iniesta en 2012AFP via Getty Images

Enfin, il n'était pas vraiment au même poste que moi ; les deux autres joueurs dont je me souviens toujours pour les difficultés qu'ils m'ont donné sont Xavi (Hernández) et (Andrés) Iniesta avec Barcelone. Leur pelouse, là-bas, semblait vraiment immense et on les voyait danser dessus et jouer autour de vous. Jamais vous ne pouviez vous approcher du ballon. Au Bridge (le stade de Chelsea, Stamford Bridge), ont réussissait à les attraper, mais ces deux-là, ils s'entendaient très bien, c'était un jeu extraordinaire pour moi, différent de tous les autres adversaires qui ont pu m'être proposés.

Haut