UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Tenaces, les Mancuniens

Manchester United FC - AC Milan 3-2
Les Anglais ont arraché la victoire dans le temps additionnel à l'issue d'une rencontre sans temps mort où Rooney et Kaká ont marqué un doublé.

Mené à la pause, le Manchester United FC a arraché la victoire dans le temps additionnel à l'issue d'une somptueuse demi-finale aller de l'UEFA Champions League. Wayne Rooney et Kaká ont marqué un doublé. Avec deux buts à l'extérieur, l'AC Milan tient la corde pour le retour à San Siro le 2 mai.

Milan bien mieux que la Roma
Le 10 avril, l'AS Roma s'inclinait ici 7-1 lors d'une soirée de folie. Cette fois, Sir Alex Ferguson a eu peur jusqu'au bout. Mais un nul comme celui réalisé dans la Ville éternelle en quart de finale lui suffira pour atteindre sa première finale depuis le sacre de 1998/99.

Défense décimée
La défense décimée pouvait inquiéter le manager écossais. Elle fut mise à mal deux fois et deux fois elle s'inclinait en première période. Patrice Evra était bien à l'arrière gauche, malgré un coup reçu en Premiership il y a quelques jours mais le capitaine Gary Neville, les centraux Rio Ferdinand et Nemanja Vidić, et le polyvalent Mikaël Silestre, tous blessés, ne figuraient pas sur la feuille de match. Dans les tribunes, en compagnie de Louis Saha, ils ont manqué à leur équipe aux moments clé.

Heinze monte, Dida battu
Cela obligeait Ferguson à aligner Gabriel Heinze en défense centrale au côté de Wes Brown. Sur le premier corner, l'Argentin était bien inspiré de monter alors que le ballon était monopolisé par United. Le gardien milanais Dida repoussait miraculeusement une tête à bout portant de Cristiano Ronaldo. Le ballon s'élevait à la verticale du but. En voulant l'écarter sous la pression de Heinze, le goal brésilien marquait contre son camp (1-0, 5e). Le but est tout de même attribué à Ronaldo.

MU piétine
Alors que l'hystérie gagnait le Théâtre des Rêves, Manchester, plus rapide, plus clairvoyant, manquait quelques occasions qui auront peut-être leur importance, la semaine prochaine à Milan. Cristiano Ronaldo envoyait une tête dans les bras de Dida (11e). Puis Michael Carrick remettait le grand gardien en selle, sur une reprise de volée écrasée déviée en corner (14e).

Lumineux Seedorf
Alors que Milan peinait à aligner trois passes, Clarence Seedorf en donnait une lumineuse à Kaká. Entre trois défenseurs anglais, le meilleur buteur de la compétition, au bénéfice d'un contrôle orienté de génie, s'ouvrait le chemin du but et croisait une frappe à ras de terre qui figeait Edwin van der Sar autant que les 70 000 fans vêtus de rouge (1-1, 22e).

Dida répond présent
Il en faut beaucoup plus pour décourager l'équipe qui passa 7 buts à la Roma le 10 avril en quart de finale retour. Ryan Giggs envoyait une tête au-dessus (27e). Surtout, Cristiano Ronaldo manquait de tromper Dida sur une frappe flottante que le grand Brésilien repoussait (35e). Maudit sur le premier but, l'un des héros de la finale de 2003, remportée aux tirs au but dans ce stade, était pourtant à l'origine du second de son équipe.

Kaká récidive
Son dégagement trouvait Kaká qui mystifiait encore ses trois gardes du corps pour battre Van der Sar de près et marquer son 9e buts en Champions League cette saison (1-2, 37e). Deux occasions, deux buts, le réalisme italien venait de frapper encore MU qui n'a jamais éliminé le Milan en trois confrontations. Jusqu'à la pause, les Anglais continuaient de dominer et Evra prenait un carton jaune pour une faute sur Gennaro Gattuso qui le privera du retour (42e).

Scholes ajoute une louche
A la reprise, sans Paolo Maldini côté milanais, puis rapidement sans Gennaro Gattuso, touché au pied, MU et sa jeune classe restaient sur l'attaque. Carrick loupait une reprise seul au deuxième poteau (48e). Paul Scholes, en revanche, ne ratait pas son exceptionnelle louche de l'extérieur du pied droit à destination de Wayne Rooney qui contrôlait, pivotait et égalisait pour offrir une fin de match explosive sous la bruine (2-2, 59e).

Milan flotte... puis sombre
Il flottait. Le Milan aussi. Sur la frappe de Darren Fletcher, Dida sauvait son équipe par sa détente (64e) puis en bloquant une frappe de Giggs (69e). Le Gallois expédiait ensuite deux coups francs au ras de son poteau (71e) puis dans les bras de Dida (75e). La pression sur le but des sextuples vainqueurs de la C1 grandissait. Elle finissait par tout emporter à la 91e minute sur un improbable contre mené par Giggs et conclu sans contrôle par Rooney (3-2). Il fallait bien cela pour porter à son comble le suspense d'une rencontre plus que jamais ouverte.