UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Bjelica prépare son retour en Espagne

Autrefois à l'essai à l'Atlético de Madrid, Nenad Bjelica a confié à UEFA.com qu'il en conservait de bons souvenirs, avant d'y retourner à la tête de l'Austria.

L'ancien milieu de terrain Nenad Bjelica à joué à Albacete, au Betis et à Las Palmas
L'ancien milieu de terrain Nenad Bjelica à joué à Albacete, au Betis et à Las Palmas ©AFP/Getty Images

Dépassé par l'une des équipes en forme lors de la 3e journée, le FK Austria Wien se rend mercredi sur le terrain du Club Atlético de Madrid avec pour objectif d'effacer la défaite 3-0 subie à Vienne.

L'Austria occupe la dernière place du Groupe G de l'UEFA Champions League et tentera d'obtenir sa première victoire chez le leader, mais son entraîneur Nenad Bjelica espère puiser dans son expérience acquise en Espagne en tant que joueur.

"C'est au cours de mes sept saisons en Espagne que j'ai le plus appris", expliquait l'ancien international croate, passé par les Albacete Balompié, Real Betis Balompié et UD Las Palmas. "J'ai joué dans pratiquement tous les systèmes tactiques, mais aussi appris comment me comporter, notamment face aux médias. Ce sont des choses qui me servent encore aujourd'hui, dans mon rôle d'entraîneur."

Bjelica est arrivé à l'Atlético en 1993 pour faire un essai. Après avoir fait belle impression, il n'était toutefois pas recruté par les Rojiblancos, ce que l'ex-milieu de terrain ne s'explique toujours pas. "Je suis resté à l'Atlético pendant plusieurs semaines, j'ai disputé quelques matches avec l'équipe réserve, et j'ai même inscrit un triplé une fois", se souvenait l'entraîneur de 42 ans. "Je ne sais toujours pas pourquoi ils ne m'ont pas pris. Je me rappelle qu'ils avaient déjà trois bons joueurs étrangers, avec Paulo Futre, Bernd Schuster et Luis García, mais je m'attendais quand même à signer un contrat."

Bjelica ne baissait toutefois pas les bras et rejoignait Albacete. "J'y ai vécu d'excellentes expériences : ils m'avaient vu lors d'un de mes matches d'essai à l'Atlético", déclarait-il. "En fait, quand j'ai quitté le club en 1996, l'Atlético m'a fait une offre. Mais le Betis en a fait une meilleure, et je me suis retrouvé à Séville."

Il a affronté sur le terrain Diego Simeone, l'actuel entraîneur de l'Atlético vainqueur du doublé Liga-Copa del Rey, et confiait son admiration pour son homologue. "Nous étions tous les deux milieux de terrain, donc on se surveillait de près", racontait Bjelica. "On ne s'est jamais vraiment parlé, mais c'était un grand joueur qui est devenu un grand entraîneur. J'estime que Simeone est l'un des meilleurs entraîneurs au monde, en ce moment. Il gagne des trophées et sait préparer son équipe à chaque situation."

Le technicien de l'Austria réalise la difficulté de sa tâche : relancer la campagne européenne de son équipe dans un Vicente Calderón en fusion. "Ça ne sera pas simple, car l'Atlético a d'excellents joueurs et un très bon entraîneur", concédait-il. "Je suis content de faire mon retour à Madrid, d'autant que l'Atlético a joué un grand rôle dans ma carrière et qu'on s'affronte dans la plus prestigieuse des compétitions. Tant que nous aurons nos chances, nous garderons espoir de réaliser quelque chose de bien là-bas."