UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Nasri : "Marquer pour mon retour en France"

Samir Nasri s'est confié en exclusivité à fr.UEFA.com avant son retour en France, pour un véritable "16e de finale" avec le FC Séville sur la pelouse de l'OL.

Nasri : "Marquer pour mon retour en France"
Nasri : "Marquer pour mon retour en France" ©Getty Images

Dans une longue interview pour UEFA.com, le milieu de terrain du FC Séville revient sur son parcours qui l'a mené de Marseille à l'Andalousie et passant par l'Angleterre. Aujourd'hui, le Français s'apprête à disputer un match couperet en vue de la qualification pour les 8es de finale à Lyon, mercredi, pour la dernière journée de la phase de groupes.

Ce "16e de finale" à Lyon
Je suis toujours heureux de revenir en France. J'espère marquer et donner une passe décisive.

Séville
"Après neuf saisons en Angleterre, j'avais besoin de retrouver l'amour du jeu. L'an passé j'ai été blessé six mois et le football m'a manqué. Séville a gagné l'Europa Leauge trois fois de suite.

Cette année l'équipe dispute la Champions League et veut terminer dans le top 4 en Liga, donc d'un point de vue sportif c'est très intéressant. Et puis j'aime beaucoup le style de vie et le climat d'ici."

©AFP/Getty Images

"Je donne le meilleur de moi-même quand je me sens apprécié. Je n'ai pas besoin d'être au centre de l'attention, j'ai simplement besoin de cette affection, de me sentir important et d'avoir un entraîneur qui a confiance en moi. C'est le cas ici."

"J'aime beaucoup le championnat espagnol, il correspond à mon style de jeu. Il y a beaucoup de joueurs très techniques et une approche basée sur la possession. Ça correspond à mes qualités."

"Le style de jeu pratiqué à Séville est proche de celui pratiqué par Manchester City sous Guardiola, car Jorge Sampaoli est un entraîneur qui veut nous voir presser très haut. Nous avons un style de jeu très offensif et tentons toujours de marquer un but de plus que l'adversaire."

©AFP/Getty Images

"J'aime beaucoup Sampaoli. Il ne se sent jamais inférieur quel que soit l'adversaire, il veut toujours gagner, et il veut gagner en proposant du beau jeu. Il aime que ses joueurs soient à 100 % durant 90 minutes. C'est également un entraîneur très proche de ses joueurs, et je pense que ça fait la différence.

Un entraîneur peut être très bon tactiquement, mais s'il n'établit aucune relation avec ses joueurs, ça ne marche pas nécessairement."

Style de jeu
"J'aime avoir le ballon et aider mes coéquipiers. J'ai des qualités techniques. Je ne suis pas bon dans le jeu aérien, mais j'ai beaucoup progressé sur le plan tactique et défensif. Je défends beaucoup plus maintenant, j'aide davantage l'équipe."

©Getty Images

"À Séville j'ai un rôle important, car je sers de lien entre l'attaque et la défense. L'entraîneur me laisse beaucoup de liberté et ça me permet d'apporter un petit truc en plus à l'équipe."

Champions League
"(2009) a été une très bonne saison avec Arsenal. C'est la première fois que j'allais aussi loin en Champions League. Nous avons d'abord battu la Roma aux tirs au but, puis Villarreal et nous étions très ambitieux à l'heure d'affronter Manchester United (en demi-finale). Je me souviens que nous avons perdu 1-0 à Old Trafford. On s'était dit qu'on arriverait à inverser la vapeur à l'Emirates, mais Cristiano Ronaldo a marqué ce jour-là et il a brisé mon rêve de disputer la finale de la Champions League."

"Cette année, il nous faut encore prendre un point sur les deux prochains matches pour se qualifier. Ça serait une bonne chose pour le club. Nous voulons arriver en quart de finale, c'est un grand prestige de finir parmi les huit meilleurs clubs d'Europe."

Enfance
"J'ai grandi à Marseille. Ça a été les plus belles années de ma vie. J'ai grandi dans un quartier difficile, mais nous étions très solidaires mes amis et moi et ça m'a donné l'envie de réussir."

Samir Nasri balle au pied avec Marseille, son premier club pro
Samir Nasri balle au pied avec Marseille, son premier club pro©Getty Images

"Enfant, j'aimais beaucoup Maradona. J'ai toujours rêvé de devenir footballeur professionnel et de remporter la Coupe du Monde et la Champions League. Mais ça a été compliqué, car ma mère voulait que je sois docteur."

Olympique de Marseille
"J'étais très heureux et ému quand Marseille m'a appelé à l'âge de neuf ans. Mais à cet âge-là, on a du mal à imaginer ce qui va se produire ensuite. J'étais ravi et fier de rejoindre l'Olympique de Marseille, mais je n'imaginais pas que ma carrière prendrait cette tournure."

"J'étais très déterminé, motivé en ambitieux. J'étais doué aussi, c'est pour ça que Marseille m'a fait signer à neuf ans à peine, mais j'avais aussi une grosse volonté d'être le meilleur, d'en faire toujours plus que les autres, et c'est ça qui m'a permis de devenir footballeur professionnel."

Séville 1-0 Lyon, les temps forts de l'aller
Séville 1-0 Lyon, les temps forts de l'aller

L'Angleterre
"J'aimais déjà beaucoup Arsenal, car c'était une équipe entraînée par Arsène Wenger et parce que de nombreux joueurs français étaient passés par ce club. En 2004, quand j'ai rejoint Arsenal [à 21 ans], c'était l'équipe des 'Invincibles' avec (Thierry) Henry, (Robert) Pirès, (Patrick) Vieira et on suivait beaucoup cette équipe en France."

©AFP/Getty Images

"Arsène Wenger était un modèle et c'était une occasion en or de travailler avec lui. Je l'ai rencontré et je n'ai pas hésité une seule seconde."

"Rejoindre Manchester City m'a permis de remporter des titres, la Premier League, la Coupe de la Ligue et le Community Shield. Nous n'avons pas connu la même réussite en Europe, sauf l'an dernier avec cette demi-finale de Champions League."

"En tant que joueur, j'ai progressé à différents niveaux, car je côtoyais beaucoup de grands noms à Manchester City, beaucoup de joueurs avec un ego important et j'ai été capable de m'adapter à cette situation. Il fallait que j'arrive à travailler pour l'équipe.

Ça m'a également permis de progresser et de grandir en tant que joueur. J'en garde de très bons souvenirs, car il y a eu deux très bonnes saisons. Les autres ont été moins bonnes et ça m'a aidé à progresser sur le plan mental."

VOIR MAINTENANT...

Nasri en action lors de la 3e journée
Nasri en action lors de la 3e journée
Nasri en action lors de la 2e journée
Nasri en action lors de la 2e journée
Séville 4-0 Dinamo
Séville 4-0 Dinamo