UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Simeone : "Le Real, un jeu plus direct"

Diego Simeone évoque son adversaire du Real Madrid en finale de l'UEFA Champions League ainsi que son secret pour rendre son équipe aussi solidaire.

Pas de revanche pour Diego Simeone contre le Real, malgré une finale perdue il y a deux ans à Lisbonne
Pas de revanche pour Diego Simeone contre le Real, malgré une finale perdue il y a deux ans à Lisbonne ©Sportsfile

UEFA.com :  Est-ce que vous ressentez une motivation particulière pour cette finale qui arrive deux ans après la défaite à Lisbonne ?

Diego Simeone :  Il n'y a pas de revanche en football ou dans la vie qui compte vraiment, il n'y a que de nouvelles chances à saisir. Revanche, c'est un mot négatif parce qu'il revient sur une défaite ; d'un autre côté, opportunité, chance, évoquent l'optimisme, la confiance dans l'avenir. C'est cette approche que nous voulons avoir en UEFA Champions League.

UEFA.com : Vous avez éliminé deux équipes qui aimaient beaucoup avoir le ballon et qui jouaient offensif, Barcelone et le Bayern ; est-ce que le Real Madrid représente pour vous un défi différent ?

Simeone : Nous avons déjà affronté deux des trois meilleures équipes au monde et maintenant nous affrontons la troisième en finale. Madrid, ce n'est pas comme Barcelone ou comme le Bayern ; c'est une équipe qui joue un football beaucoup plus direct et qui est très dangereuse sur coup de pied arrêté. C'est une équipe qui a beaucoup de qualités sur le plan défensif, en particulier avec Pepe, (Raphaël) Varane (absent pour la finale) et (Sergio) Ramos, ainsi que Casemiro, qui a ajouté un équilibre à cette équipe et beaucoup de puissance. Nous allons être prêts pour ce match et nous allons l'aborder à notre manière. Je croise les doigts et j'espère que ce sera suffisant pour gagner cette fois.

UEFA.com :  Quelles sont les différences les plus notables dans votre équipe par rapport à 2014 ?

Les grands moments de la Décima du Real
Les grands moments de la Décima du Real

Simeone :  L'équipe de 2014 a abordé la finale six jours seulement après avoir conquis le titre en championnat d'Espagne contre Barcelone, et avec deux joueurs importants, Arda (Turan) et (Diego) Costa, qui étaient blessés. Nous avions peut-être aussi une équipe plus expérimentée avec (David) Villa, Raúl García, Diego Ribas, (José) Sosa et Mario Suárez. Notre groupe aujourd'hui est différent parce qu'il est plein de jeunes joueurs qui vivent ce genre d'expérience pour la première fois et qui vont en profiter.

UEFA.com :  Comment avez-vous vécu la défaite de 2014 sur un plan personnel ?

Simeone :  Les défaites, c'est toujours dur à encaisser, quelle que soit la compétition et elles m'affectent de la même manière qu'elles peuvent affecter n'importent qui, pas plus, pas moins.

UEFA.com :  Vous avez démontré un grand sens de la solidarité dans votre équipe ; est-ce que c'est quelque chose que vous créez à l'entraînement ou est-ce que cela se fait dès le choix de vos joueurs pour constituer votre équipe et votre système de jeu ?

Simeone :  Cela fait quatre ans et demi que nous travaillons sur notre jeu actuel, en mettant un accent tout particulier sur le niveau de l'intensité. Beaucoup de gens ont des difficultés pour parvenir à faire évoluer leurs joueurs à ce niveau. Même avec les changements qui ont eu lieu, nous avons réussi à garder ce même niveau d'intensité. Lorsque de nouveaux joueurs arrivent, ils comprennent la manière dont cela se passe à l'Atlético de Madrid. Il est évident que lorsque vous rejoignez un tel club, vous avez du talent, et vous avez aussi besoin de faire partie d'un groupe, de travailler dur et d'y mettre tout votre cœur.

UEFA.com :  Vous êtes déjà entré dans la légende de l'Atlético en remportant l'UEFA Europa League, la Super Coupe de l'UEFA et le titre de champion d'Espagne. Que représenterait pour vous un titre en UEFA Champions League ?

Simeone :  Parler, c'est facile, mais les mots sont creux. Je pense qu'il faut vivre l'instant présent. Bien sûr, on va se préparer pour gagner ce match. Mais la victoire ne tombera pas sans efforts. Il va falloir beaucoup en faire.

©Sportsfile
©Sportsfile
©Sportsfile