Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Les surprises de la C1

Wolfsburg se rend chez le Real Madrid avec un avantage de 2-0. UEFA.com rend hommage à ces clubs qui n'ont peur de rien.

Didier Deschamps et Fernando Morientes ont permis à Monaco de sortir le Real Madrid, en 2004.
Didier Deschamps et Fernando Morientes ont permis à Monaco de sortir le Real Madrid, en 2004. ©Getty Images

Monaco 0-0 Manchester United
Manchester United 1-1 Monaco (tot. 1-1)
1997/98 quarts de finale
Après avoir fait 0-0 en France, les hommes de Jean Tigana, emmenés par David Trezeguet, parviennent à sortir Manchester United, malgré l'égalisation d'Ole Gunnar Solskjær. "Nous avions la chance que United soit diminué, mais cela n'enlève rien à notre exploit", avait déclaré Tigana.

Real Madrid 1-1 Dynamo Kyiv
Dynamo Kyiv 2-0 Real Madrid (tot. 3-1)
1998/99, quarts de finale
Le jeune Andriy Shevchenko avait permis au Dynamo Kyiv de mener à Madrid, avant que Predrag Mijatović ne lui réponde. Ce n'était que partie remise : au retour, il inscrit un doublé qui propulse les Ukrainiens en demi-finale, où ils seront éliminés par le Bayern München.

Porto 2-1 Manchester United
Manchester United 1-1 Porto (tot. 2-3)
2003/04, 8es de finale
Roy Keane expulsé, Porto parvient à remporter le match aller, malgré l'ouverture du score de Paul Scholes. Ce n'était que le début du parcours glorieux des hommes de José Mourinho. "Quand Costinha a marqué, j'étais comme un fou", se souvient le capitaine Jorge Costa. "Mourinho aussi. Tout le monde est devenu dingue."

AC Milan 4-1 Deportivo La Coruña
Deportivo La Coruña 4-0 AC Milan (tot. 5-4)
2003/04, quarts de finale
Après s'être faits étriller au match aller, les Espagnols parviennent, grâce à  Walter Pandiani, Juan Carlos Valerón et Albert Luque, à refaire le retard sur les champions d'Europe en titre, avant que Fran ne marque le quatrième but après la pause. Irureta avait promis de faire le pèlerinage jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle "à genoux", en cas de qualification. Il l'a fait, mais à pieds. "Une promesse, c'est une promesse."

Real Madrid 4-2 Monaco
Monaco 3-1 Real Madrid(tot. 5-5)
2003/04, quarts de finale

Sutclassés à l'aller, les Monégasques sont menés au retour, au Stade Louis II, suite à un but de Raúl González. Mais Ludovic Giuly égalise juste avant le repos, puis Fernando Morientes, prêté par Madrid, donne l'avantage à Monaco de la tête, avant que Giuly, encore lui, n'inscrive la Madjer de la victoire, à la 66e minute. "On savait qu'en leur laissant la balle, on mourrait. Mais on a prouvé qu'en bousculant leur rythme, on pouvait les renverser."

Internazionale 2-1 Villarreal
Villarreal 1-0 Internazionale
(tot. 2-2)
2005/06, quarts de finale

Villarreal a brillé en 2005/06
Villarreal a brillé en 2005/06©Getty Images

Malgré leur défaite à l'aller, à Milan, les joueurs de Manuel Pellegrini réussissent, au retour, à s'offrir le scalp d'un grand d'Europe. La tête de Rodolfo Arruabarrena envoie le Sous-Marin Jaune en demi-finale. Alessio Tacchinardi, milieu de Villarreal, dira : "Nous avons fait preuve de plus de courage et de volonté."

Internazionale 2-5 Schalke
Schalke 2-1 Internazionale (tot. 7-3)
2010/11 8es de finale

En difficulté en Bundesliga, Schalke fait sensation en étrillant l'Inter, à Milan "Si quelqu'un m'avait dit que l'on gagnerait de trois buts, je l'aurais traîté de fou", dira l'entraîneur Ralf Rangnick. La victoire 2-1 au match retour ne fera que confirmer qu'il ne s'agissait pas que d'un état de grâce.

Lyon 1-0 APOEL
APOEL 1-0 Lyon (tot. 1-1)
2011/12 8es de finale

La joie de l'APOEL après avoir éliminé Lyon
La joie de l'APOEL après avoir éliminé Lyon©AFP/Getty Images

L'invité surprise des 8es de finale parvient à rééditer une performance, après une superbe phase de groupes, en éliminant le Lyon d'Alexandre Lacazette et Michel Bastos. Après le match, Manduca dira : "Nous avons écrit une page de l'Histoire de notre paus. Nous savions que nous n'aurions qu'une chance. Nous ne savions pas si, un jour, ce type d'opportunité s'offrirait de nouveau à nous, on a donc tout donné.""

Barcelona 1-1 Atlético
Atlético 1-0 Barcelona
(tot. 2-1)
2013/14, quarts de finale

Diego Simeone est parvenu, cette saison-là, à offrir aux Madrilènes leur premier titre de champion d'Espagne depuis 1995/96, et d'aller en finale de l'UEFA Champions League. Pour ce faire, ils ont sorti Barcelone, considéré comme le plus grand club du football moderne, grâce à un nul 1-1 au Camp Nou, suivi d'une victoire étriquée, 1-0, au retour (but de Koke à la 5e minute de jeu). "Barcelone est impressionnant quand il s'agit de faire tourner et épuise l'adversaire", dira le buteur. "Mais nous avons bataillé, et nous méritons la victoire."

Haut