UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Sixième journée, quand tout peut basculer

Avant la dernière volée de matches, UEFA.com vous présente les rencontres où tout a basculé à la 6e journée d'UEFA Champions League.

Rodrigo De Paul célèbre son but face à Porto
Rodrigo De Paul célèbre son but face à Porto Getty Images

Avant la dernière volée de matches, UEFA.com vous présente les rencontres où tout a basculé à la 6e journée des groupes de la Ligue des champions.

En deux minutes, Marseille 1-2 Tottenham

Marseille 1-2 Tottenham, 1 novembre 2022
Les quatre équipes du groupe D – l'Eintracht Francfort et le Sporting CP étant les deux autres – étaient en course pour la qualification ce soir de novembre 2022. Chancel Mbemba ouvrait le score d'un puissant coup de boule avant que Clément Lenglet n'égalise et, alors que l'équipe locale cherchait un but synonyme de qualification, Pierre-Emile Højbjerg refroidissait le Vélodrome à la 95e minute pour permettre à Tottenham de remporter le groupe. La position des Spurs a changé six fois au cours d'une soirée à couper le souffle, tandis que Francfort a occupé les quatre places à différents moments et que trois des quatre clubs étaient en tête du groupe à un moment donné.

En deux minutes, Porto 1-3 Atlético

Porto 1-3 Atlético, 7 décembre 2021 
Dernier de leur groupe et privé de trois défenseurs clés, l'Atlético de Diego Simeone a perdu son attaquant Luis Suárez à cause d'une blessure en début de rencontre, avant de démontrer une force mentale hors du commun pour s'offrir une victoire 3-1 et une place en phase à élimination directe. « Quand nous devons nous battre, nous le faisons », s'est émerveillé le gardien Jan Oblak. Le lendemain matin, Marca titrait : « Croyez. Combattez. Souffrez. Résistez. Gagnez. Qualifiez-vous. C'est ça, l'Atleti. »

Leipzig 3-2 Man. United

Leipzig 3-2 Manchester United, 8 décembre 2020
Les deux équipes se disputaient une place pour les huitièmes de finale lors de la dernière journée, mais c'est le Leipzig de Julian Nagelsmann qui a eu le dernier mot, prenant une avance de 3-0 avant que deux buts tardifs des visiteurs ne créent un suspense insoutenable en Allemagne. « Les garçons se sont battus dur », a déclaré fièrement Nagelsmann alors que son équipe passait aux dépens des Diables Rouges. « J'ai dit avant le match que les joueurs (de Leipzig) étaient des machines, et ils l'ont encore montré ce soir. »

Ajax 0-1 Valence

Ajax 0-1 Valence, 10 décembre 2019
Un match nul à Amsterdam aurait suffi à l'Ajax, mais Valence a finalement remporté la victoire qui leur a permis de se qualifier aux dépens de leurs hôtes, conservant leur billet pour les huitièmes de finale après que Rodrigo leur ait donné l'avantage. « Cette équipe ne se lasse pas de faire des miracles et nous en avons encore fait un ce soir », a déclaré le buteur à chaud ; « C'est tellement amer parce qu'il suffisait d'un but », a répliqué Daley Blind de l'Ajax.

Liverpool 1-0 Napoli

Liverpool 1-0 Naples, 11 décembre 2018 
Après avoir perdu trois de leurs cinq premiers matches du Groupe C, Liverpool, finaliste de l'édition 2018, était vulnérable, mais un but de Mohamed Salah et les prouesses d'Alisson dans le but des Reds les ont aidés à atteindre leur objectif. « Ce match était tout simplement incroyable », a déclaré Jürgen Klopp, épuisé. Le même soir, Tottenham a égalisé tardivement à Barcelone pour passer. Ils allaient finalement croiser le club des bords de la Mersey en finale.

Wolfsburg 3-2 Manchester United, 8 décembre 2015
Ayant besoin d'un match nul pour atteindre les huitièmes de finale pour la première fois, Wolfsburg a mené 2-1 pendant une grande partie du match, mais un but contre son camp a permis au United de Louis van Gaal de revenir dans la course avant que la finition tardive de Naldo n'élimine le triple vainqueur de l'épreuve, qualifiant donc l'équipe de Dieter Hecking. « L'équipe a réalisé une belle performance ce soir », rayonnait Naldo. « Notre victoire était méritée. »

Roma 0-2 Manchester City, 10 décembre 2014
Alors que le Bayern München était déjà qualifié depuis un petit moment, la Roma, Manchester City et le CSKA Moscou abordaient cette dernière journée à égalité de points dans le Groupe E. City devait s'imposer dans la capitale italienne et espérer un faux pas de la formation russe. Le vœu des Anglais était exaucé, le CSKA s'inclinant 3-0 en Allemagne pour permettre à City de passer en 8es par la petite porte. Cela aurait pu être une tout autre affaire si Joe Hart n'avait pas dévié une tête de Kostas Manolas sur sa barre alors que les Citizens ne comptaient qu'un but d'avance à 18 minutes du terme...

Bâle 2-1 Manchester United, 7 décembre 2011
Battu en finale la saison précédente, United échouait à la première haie en 2011/12, laissant la deuxième place qualificative dans le Groupe C à une équipe de Bâle qui débutait pourtant la rencontre derrière les Red Devils au classement. Le club d’Old Trafford, qui avait besoin d’un point pour se qualifier, était tourmenté par Xherdan Shaqiri. Le meneur de jeu délivrait le centre conduisant à l’ouverture du score de Marco Streller et, alors que les visiteurs poussaient, il servait Alexander Frei qui doublait la mise de la tête à six minutes du terme. Phil Jones comblait une partie du retard, mais les Bebbi résistaient à un final tendu pour s’extirper de la phase de groupes initiale pour la première fois depuis 2002/03.

Juventus 1-4 Bayern Munich, 8 décembre 2009
Le Bayern terminait la saison lors de la finale à Madrid face à un autre club de Serie A, le FC Internazionale Milano, mais était passé proche d’être reversé en UEFA Europa League quelques mois plus tôt. Troisième derrière la Juventus au coup d’envoi, les Bavarois se dirigeaient vers les 16es de finale de la C3 lorsque David Trezeguet offrait l’avantage à La Vecchia Signora à la 19e minute. Le gardien de but Hans-Jörg Butt égalisait depuis le point de penalty et, en début de seconde période, Ivica Olić mettait Munich devant. Mario Gómez et Anatoliy Tymoshchuk se muaient à leur tour en buteurs, conduisant les Bianconeri, qui égalaient là leur plus lourd revers à domicile en compétitions de l’UEFA, à l’élimination de l’UEFA Champions League.

Barcelone 2-3 Shakhtar Donetsk, 9 décembre 2008
Le Shakhtar profitait pleinement d’une inexpérimentée équipe du Barça pour signer un triomphe mémorable, mais pour l’honneur. Deux buts d’Olexandr Gladkiy et le troisième de Fernandinho renchérissaient sur les réalisations de Sylvinho et Sergio Busquets en seconde période pour les vainqueurs du Groupe C, les Mineurs s’imposant après un succès 5-0 sur Bâle deux semaines plus tôt. La victoire envoyait l’équipe ukrainienne en phase à élimination directe de la 38e et dernière Coupe UEFA, une compétition qu’elle finissait par remporter, le but de Jadson en prolongation face au SV Werder Bremen à Istanbul offrant au Shakhtar son tout premier trophée européen.

Benfica 2-1 Manchester United, 7 décembre 2005
Des buts signés Geovanni et Beto surprenaient United et envoyaient Benfica en phase à élimination directe de l’UEFA Champions pour la première fois depuis l’exercice 1994/95. Les Red Devils, qui avaient pourtant ouvert le score par l’intermédiaire de Paul Scholes en début de rencontre, quittaient quant à eux la compétition avant les fêtes pour la première fois en une décennie en terminant à la dernière place du Groupe D, ne leur permettant même pas de se consoler en Coupe UEFA.

Liverpool 3-1 Olympiacos, 8 décembre 2004
Les Reds, qui allaient être menés 3-0 avant de battre l’AC Milan aux tirs au but en finale à Istanbul, avaient déjà prouvé leur force de caractère cinq mois auparavant. Battus 1-0 au Pirée lors de la deuxième journée, les hommes de Rafael Benítez devaient battre leurs adversaires par deux buts d’écart pour les dépasser à la différence de but particulière à la deuxième place du Groupe A. Après l’ouverture du score de Rivaldo pour les Grecs, et deux réalisations signées par les remplaçants Florent Sinama-Pongolle et Neil Mellor, il fallait encore un but à Liverpool pour passer. À quatre minutes du terme de la rencontre, Steven Gerrard surgissait pour battre Antonis Nikopolidis d’une frappe surpuissante en demi-volée des 25 mètres, permettant à Liverpool d’écrire l’histoire cette même saison.

Feyenoord 2-3 Newcastle, 13 novembre 2002, première phase de groupes
De retour de suspension, Craig Bellamy allait expédier Newcastle en deuxième phase de groupes. Après un revers 2-0 contre la Juventus lors de la troisième journée, les Magpies se présentaient à Rotterdam pour glaner une seconde victoire de suite, mais sa qualification dépendait malgré tout du résultat du FC Dynamo Kyiv dans l'autre rencontre du Groupe E. Malgré la défaite des Ukrainiens chez eux, Newcastle était virtuellement éliminé avant que Bellamy n'offre la victoire dans le temps additionnel, s'offrant un doublé au passage. Newcastle est ainsi devenue la première équipe à se qualifier après avoir perdu ses trois premiers matches d'UEFA Champions League.

Bâle 3-3 Liverpool, 12 novembre 2002, première phase de groupes
Bâle accédait à la deuxième phase de groupes dès sa première participation aux dépens d'un adversaire prestigieux. Les Reds devaient battre les Suisses pour s'assurer de la deuxième place du Groupe B, mais se retrouvaient rapidement menés de trois buts après une demi-heure de jeu fascinante où les Bâlois récitaient leur football à une touche de balle. Les bourreaux des Anglais étaient Julio Rossi, Christian Giménez et Thimothée Atouba. La seconde mi-temps de rêve du Ballon d'Or Michael Owen, offrant l'égalisation aux siens, n'était toutefois pas suffisante.

Panathinaikos 3-1 Juventus, 8 novembre 2000, première phase de groupes
Deuxième du Groupe E avant le coup d'envoi, la Juve glissait à la dernière place au terme d'une soirée à oublier à Athènes. Rapidement menés par un but de Paulo Sousa, les joueurs de Carlo Ancelotti trouvaient l'égalisation par l'inévitable Filippo Inzaghi. Mais ils cédaient à nouveau sur un penalty d'Angelos Basinas consécutif à l'expulsion d'Edwin van der Sar, avant que Krzysztof Warzycha ne scelle la victoire pour les Grecs. La Juventus laissait exploser sa frustration et Darko Kovačević était expulsé à son tour.

AC Milan 1-2 Rosenborg, 4 décembre 1996
Après avoir ouvert le Groupe D par un succès 3-2 contre l'IFK Göteborg, Rosenborg gardait le meilleur pour la fin, pour ce qui reste à ce jour sa plus belle victoire en Europe. Milan, qui s'était déjà incliné à domicile contre le FC Porto et en Suède, comptait dans ses rangs d'illustres joueurs comme Paolo Maldini, Zvonimir Boban et Roberto Baggio, ce qui lui valait une place de favoris face à l'équipe qu'il avait facilement vaincue 4-1 à Trondheim. Les Italiens se faisaient toutefois surprendre par une frappe puissante de Harald Brattbakk. Christophe Dugarry remettait logiquement les équipes à égalité, mais Vegard Heggem avait le dernier mot en allant tromper Sebastiano Rossi sur un centre de Brattbakk à 20 minutes du terme. Les Norvégiens validaient ainsi leur billet pour les huitièmes aux dépens des Milanais.