UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Wenger insiste sur la "concentration"

Arsène Wenger souligne "l'intensité et la discipline" d'Arsenal, vainqueur 2-0 du Bayern de Josep Guardiola, "fier de (son) équipe".

Giroud, sauveur Gunner

Arsène Wenger, manager d'Arsenal
On avait un besoin impératif de gagner ce match et on l'a fait avec intensité et discipline. C'était un match de top niveau entre deux grandes équipes. Le Bayern a eu la possession mais on a serré les rangs dans nos trente derniers mètres pour mieux les prendre en contre.

En seconde période, on a plus joué dans leur moitié de terrain. Je pense que le Bayern a levé le pied physiquement. On a battu une grosse équipe et on a gardé notre concentration de la première à la dernière minute, sans prendre de but.

Petr (Čech) a été primordial, il nous a permis de rester dans la partie – mais on peut en dire autant de (Manuel) Neuer. Il y avait deux gardiens de classe internationale sur le terrain, ce soir.

Josep Guardiola, entraîneur du Bayern
C'était un bon match, où on ne voulait pas leur laisser le ballon. On a essayé de dominer, on s'est créé des occasions - assez pour gagner ce match, ou au moins pour ne pas le perdre. Bravo à Arsenal, on se revoit dans deux semaines à Munich.

Parfois, il suffit d'une occasion pour marquer, mais d'autres fois ça ne veut pas rentrer. On aurait pu gagner ce match 1-0. À la fin, on a joué à trois derrière, on a attaqué à tout-va, on a eu des occasions. Mais finalement, Arsenal a marqué deux buts et nous aucun.

Je suis fier de mon équipe. J'aime gagner, mais on a fait preuve de courage. Arsenal a d'excellents joueurs, rapides, mais on a répondu avec beaucoup de personnalité, même si on savait qu'il serait difficile de ne pas concéder d'occasions ici.

En première période, (Manuel Neuer) a sorti des parades fantastiques. Jamais je n'ai critiqué un joueur parce qu'il a fait un choix courageux, qu'il soit bon ou mauvais. C'est le football, on n'a pas perdu à cause de Neuer.