UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Le Real s'est fait très peur

Real Madrid 3-4 Schalke 04 (tot. 5-4)
Malgré une victoire qui fera date, Schalke est éliminé par un Real porté par Ronaldo.

Real 3-4 Schalke ©AFP/Getty Images

Le Real Madrid CF s’incline 4-3 face au FC Shalke 04 à l’issue d’un match complètement fou, mais valide malgré tout son billet pour les quarts de finale de l’UEFA Champions League.

Le Real, vainqueur 2-0 à l’aller à Gelsenkirchen mais quelque peu à la peine en Liga espagnole depuis (un nul et une défaite), alignait quasiment son équipe type, et notamment son infernal trio BBR (Bale-Benzema-Ronaldo) devant. Côté allemand, il fallait tenter d’oublier la lourde défaite de l’aller malgré les nombreuses absences sur blessure.

Après trois mouvements intéressants du Real, avec Karim Benzema à la baguette, Schalke s’offrait un magnifique contre, mal conclu par Eric Maxim Choupo-Moting (10e). L’attaquant sollicitait dans la foulée Iker Casillas, mais il était signalé hors-jeu. Quelques minutes plus tard, Max Meyer se précipitait un peu au moment de tirer et écrasait sa frappe, qui passait largement à côté. Néanmoins, Schalke bousculait les Madrilènes, et ce qui devait arrivait se produisait : sur un centre de Tranquillo Barnetta, Klaas-Jan Huntelaar laissait intelligemment filer le ballon jusqu’à Christian Fuchs, qui avait le temps de contrôler avant de fusiller Iker Casillas, lequel ne pouvait que détourner le ballon dans ses filets (20e).

Gros flottement dans le stade Santiago Bernabéu, l’étonnante fébrilité des Merengues gagnant les gradins. Heureusement pour les Espagnols, Cristiano Ronaldo remettait rapidement les pendules à l’heure sur un corner tiré par Toni Kroos, qu’il reprenait de la tête pour égaliser (25e).

Hormis des tentatives de Ronaldo et de Gareth Bale, les minutes suivantes étaient totalement à l’avantage des Allemands, avec un Huntelaar en fusion, qui profitait d’abord d’une passe en retrait mal inspirée de Raphaël Varane pour faire passer un frisson dans les travées de Bernabéu. Puis l’attaquant néerlandais décochait un missile de 25 mètres qui se fracassait sur la barre d’un Casillas médusé. Enfin, il finissait par trouver l’ouverture suite à une reprise de Max Meyer repoussée par le portier (40e).

Mais, encore une fois, les Madrilènes s’en remettaient à Ronaldo, qui reprenait sans opposition de la tête un superbe centre de Fábio Coentrão depuis l’aile gauche pour égaliser à 2-2 (45e) et inscrire son 75e but en UEFA Champions League, rejoignant Lionel Messi tout en haut du classement.

Le second acte démarrait sur un rythme moins soutenu mais, dès sa première offensive, le Real prenait les devants grâce à un incroyable numéro de Benzema, qui passait toute la défense allemande en revue dans la surface avant de conclure (3-2, 53e). Cependant, cette fois, ce sont les Allemands qui mettaient moins de cinq minutes pour recoller, Leroy Sané, entré en première période pour suppléer Éric Maxim Choupo-Moting blessé, envoyant un missile dans la lucarne opposée de Casillas depuis les 20 mètres, excentré côté droit.

À la 65e, Álvaro Arbeloa était lancé par Isco dans la surface, mais le latéral droit butait sur Timon Wellenreuther, bien sorti. C’était ensuite au tour de Toni Kroos, bien servi en retrait par Isco aux 20 mètres, d’armer une magnifique frappe, détournée au-dessus de sa barre par le gardien allemand. Bale s’essayait lui aussi de loin, mais Wellenreuther répondait à nouveau présent (73e). Côté allemand, Fuchs échouait sur le gardien adverse (79e).

Isco s’offrait une merveille de tir enroulé qui frôlait le poteau allemand (84e). Dans la foulée, Luka Modrić, pour son retour, lançait involontairement Klaas-Jan Huntelaar en taclant. Le Batave s'en allait battre Casillas avec l'aide de la barre et Schalke se remettait à y croire très fort (3-4, 85e).

Casillas devait d’ailleurs s’employer dans la minute suivante sur une nouvelle tentative de Sané. Les Allemands jouaient leur va-tout et se ruaient à l’attaque dans les ultimes minutes, à l’image de Benedikt Höwedes, qui obligeait Casillas à se coucher (90e). Malgré leur bonne volonté, ils ne parvenaient pas à inscrire le cinquième but qui leur aurait offert une qualification inespérée au coup d’envoi.

©AFP/Getty Images