UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Le Werder revient de loin

SV Werder Bremen 5-3 RSC Anderlecht
Les champions d'Allemagne ont signé l'un des plus grands retours dans la compétition.

Quand vous commencez la phase de groupes de l'UEFA Champions League et que les deux premières places sont synonymes de demi-finale, vous n'avez certainement pas envie de commencer par encaisser trois buts.

Et pourtant, c'est exactement ce qu'ont fait les troupes d'Otto Rehhagel quand le SV Werder Bremen concédait trois buts pour le deuxième match de suite. Mais contrairement à la défaite 3-2 sur le terrain du FC Porto lors de la première journée, les champions d'Allemagne ont réalisé l'un des plus beaux come-back de l'histoire de la compétition face au RSC Anderlecht.

Les champions de Belgique étaient une équipe d'un grand calibre, et leur qualité transpirait quand Oliver Reck repoussait mollement un ballon sur Philippe Albert, qui marquait après 16 minutes. Deux minutes plus tard, Danny Boffin était à la retombée d'un tir raté de Filip Haegdoren pour doubler la marque. Et quand l'ailier de 18 ans envoyait une superbe frappe dans les buts quelques minutes plus tard, les supporters locaux commençaient à quitter les travées du stade. On jouait depuis à peine plus d'une demi-heure.

Mais les hôtes ne baissaient pas les bras. Wynton Rufer réduisait l'écart à la 66e minute. Trop tard ? Non, la faille était ouverte et les buts commençaient alors à pleuvoir. Filip De Wilde sortait en catastrophe et laissait Rune Bratseth redonner espoir à ses coéquipiers. Puis Rufer lançait merveilleusement Bernd Hobsch pour l'égalisation de la tête.

Le Werder n'avait pas terminé. Il restait neuf minutes à jouer pour trouver le but de la victoire. Il en fallait deux à Marco Bode pour inscrire le quatrième du pied gauche dans l'arrière-garde paniquée d'Anderlecht.

Les hommes de Johan Boskamp auraient pu égaliser plus tard mais Reck détournait un boulet de canon de Luc Nilis au-dessus de la barre. La soirée était allemande et Rufer concluait sa superbe prestation d'un autre but dans ce qui allait être connu sous le nom de La merveille du Weser, en référence à la rivière qui coule le long de l'antre du Werder.