2013/14 : Madrid décroche enfin la Décima

Après 12 ans d'attente, le Real Madrid CF devient champion d'Europe pour la dixième fois dans un duel madrilène à Lisbonne.

C1, moments clés 2013/14 ©AFP/Getty Images

La quête de 12 ans du dixième titre européen pour le Real Madrid CF s'est achevée à l'issue de la prolongation face au Club Atlético de Madrid au terme d'une finale spectaculaire à Lisbonne.

L'Atlético semblait parti pour ajouter l'UEFA Champions League à son titre en Liga grâce au but de la tête de Diego Godín à la 36e minute à l'Estádio do Sport Lisboa e Benfica, mais à la troisième minute du temps additionnel, Sergio Ramos égalisait de la tête. Après que Gareth Bale mettait le Real devant à la 110e minute, l'équipe de Carlo Ancelotti alourdissait le score par Marcelo et Cristiano Ronaldo, ce dernier inscrivant sur penalty son 17e but de la saison, un record.

Dans une phase de groupes riche en buts, Ronaldo débutait par un triplé sur le terrain du Galatasaray AŞ et continuait pour marquer neuf buts jusqu'à la trêve, signant également un nouveau record. Zlatan Ibrahimović en inscrivait huit, dont quatre sur la pelouse du RSC Anderlecht, égalant le précédent record en phase de groupes de Ruud van Nistelrooy (2004/05), Hernán Crespo et Filippo Inzaghi (tous deux en 2002/03). Le Real et le Paris Saint-Germain se qualifiaient donc pour les 8es de finale respectivement en tant que vainqueurs des Groupes B et C.

Certains grands noms quittaient la compétition, notamment la Juventus dont la défaite à la 6e journée à Galatasaray offrait la deuxième place à l'équipe turque derrière les Merengues. Le SL Benfica terminait également troisième, derrière Paris et l'Olympiacos FC, tandis que le SSC Napoli terminait derrière le Borussia Dortmund, finaliste en 2013, et l'Arsenal FC dans le Groupe F. Le Groupe H était le seul à comporter quatre anciens champions d'Europe, le FC Barcelona et l'AC Milan s'avérant trop forts pour l'AFC Ajax et le Celtic FC, tandis que les tenants du titre du FC Bayern München portaient leur série de victoires record à dix matches et terminaient en tête du Groupe D malgré une défaite à domicile contre le Manchester City FC à la dernière journée.

City, qualifié pour la phase à élimination directe pour la première fois de son histoire, s'inclinait 4-1 sur l'ensemble des deux matches face au Barça en 8es de finale, également marqués par les larges victoires du Real (9-2 face au FC Schalke 04) et du PSG (6-1 face au Bayer 04 Leverkusen). L'Atlético était l'une des trois équipes à s'extirper de la phase de groupes invaincues et poursuivait sur sa lancée en éliminant le Milan grâce à un succès 4-1 au retour ; les finalistes de la saison dernière, le Bayern et Dortmund, étaient trop forts respectivement pour Arsenal et le FC Zenit tandis que le Manchester United FC se qualifiait malgré une défaite 2-0 à l'aller dans l'antre de l'Olympiacos grâce à un coup du chapeau de Robin van Persie à Old Trafford.

Le Chelsea FC en faisait autant en quarts de finale, l'emportant aux buts à l'extérieur après un nul 3-3 face aux Parisiens, tandis que le Real se faisait peur face à l'équipe qui l'avait éliminé en 2012/13. Les Madrilènes semblaient bien partis pour atteindre les demi-finales après une victoire 3-0 à domicile sur Dortmund, puis deux buts en première période en Allemagne relançaient le Borussia, mais la Maison Blanche tenait bon. Le Bayern éliminait United, tandis que la série record de six demi-finales consécutives du Barça était interrompue par l'Atlético, vainqueur 2-1 sur l'ensemble des deux matches.

Un match nul et vierge à l'aller entre l'Atlético et Chelsea plantait le décor d'un dénouement spectaculaire à Stamford Bridge, qui tournait en faveur de Chelsea lorsque l'ancien héros de l'Atlético Fernando Torres ouvrait le score. Adrián López égalisait rapidement, et les buts après la pause de Diego Costa et Arda Turan qualifiaient les Rojiblancos pour leur première finale depuis 40 ans.

Ce fut plus simple pour le Real, vainqueur 1-0 à domicile contre le Bayern avant qu'un triomphe 4-0 à Munich, Ronaldo signant un doublé, ne qualifie les Madrilènes pour une 13e finale après trois défaites de rang dans le dernier carré. La gloire les attendait en finale, Ancelotti devenant le second entraîneur à remporter trois C1 et le Real brandissant la Décima.