UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Le Bayern fataliste après la gifle

Arjen Robben et Philipp Lahm tentent de tirer le positif après une défaite historique 4-0 en Allemagne du Bayern Munich.

La tête des mauvais jours pour Arjen Robben après le coup de sifflet final et une défaite massue quatre buts à zéro
La tête des mauvais jours pour Arjen Robben après le coup de sifflet final et une défaite massue quatre buts à zéro ©AFP/Getty Images

Arjen Robben et Philipp Lahm tentent de tirer le positif après une défaite historique 4-0 à domicile de leur équipe du FC Bayern München contre le Real Madrid CF et l'élimination en demi-finale de l'UEFA Champions League.

Arjen Robben, Bayern, milieu
Ce qui fait le plus mal, ce n'est pas l'ampleur du score. Nous sommes immensément déçus, ça fait mal. Nous n'irons pas à Lisbonne et c'est vraiment ça le plus dur à encaisser. On doit tirer les leçons de ce qui s'est passé pour la saison prochaine.

Il serait facile d'avoir une attitude négative, mais il faut aussi penser à positiver. Nous sommes champions d'Allemagne, nous avons battu un certain nombre de records et nous avons encore une finale de Coupe à disputer. Nous avons aussi atteint ces demi-finales en UEFA Champions League pour la quatrième année en cinq ans.

Nous sommes allés en finale lors de trois des cinq dernières saisons. Ce soir, ça n'a pas fonctionné parce que nous avions en face de nous un adversaire qui était meilleur. Nous voulions jouer l'attaque, nous avons été punis.

Philipp Lahm, Bayern, défenseur et capitaine
Il y a juste de la déception. Nous attendions énormément de ce match mais encaisser deux buts sur des coups de pied arrêtés contre une équipe comme Madrid rend les choses très difficiles. Nous n'avons pas aussi bien joué que nous l'avions fait au match aller.

Notre système était différent et, sur le plan tactique, nous avons péché dans ce domaine. Nous avions contrôlé la rencontre à Madrid et nous ne leur avions pas permis de se créer beaucoup d'occasions. Ce n'était pas un match aussi ouvert que ce soir, où le ballon est allé sans cesse d'un but à l'autre.

Le Real est une équipe remarquable, on l'a vu en première période. Perdre contre cette équipe en demi-finales, ce n'est pas la fin du monde. C'est une équipe qui a fait ce que nous avons fait la saison dernière (contre le FC Barcelona en demi-finales). Malheureusement, cette fois-ci, c'est nous qui souffrons.