UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Blanc : "Nous avons de l'ambition"

Les réactions des deux entraîneurs, Michel et Laurent Blanc, après la victoire 4-1 du Paris Saint-Germain FC sur la pelouse de l'Olympiacos FC.

Blanc : "Nous avons de l'ambition"
Blanc : "Nous avons de l'ambition" ©AFP/Getty Images

Les réactions des deux entraîneurs, Michel et Laurent Blanc, après la victoire 4-1 du Paris Saint-Germain FC sur la pelouse de l'Olympiacos FC mardi.

Michel, entraîneur de l'Olympiacos
Le score ne reflète pas vraiment le déroulement de la rencontre, Paris n'était pas aussi dominateur que ça. Nous avons bien joué et nous avons eu plusieurs occasions de but, mais ils ont puni nos erreurs, ce qui arrive souvent à ce niveau.

Après la pause nous avons baissé de rythme, ils avaient le contrôle du ballon et nous les laissions attaquer. Pourtant j'avais demandé à mes joueurs de ne rien lâcher à la pause. Je n'aime pas voir mon équipe prendre trois buts sur corner car nous avons passé beaucoup de temps à travailler les coups de pied arrêtés à l'entraînement.

Je suis un optimiste et je demande toujours à mes joueurs de jouer la gagne. Je ne suis pas content du résultat ce soir car je voulais l'emporter. Je ne suis plus tout jeune, mais j'ai encore des choses à apprendre. Ce n'est que le début de la compétition, nous devons continuer à travailler dur.

Laurent Blanc, entraîneur du PSG
C’est un bon résultat ce soir car il s’agit d’une victoire difficile à obtenir. On a vu une équipe du Paris Saint-Germain qui a bien joué en deuxième période. C’est bien d’avoir marqué quatre buts dans ce stade pour notre premier match dans cette Champions League. Comme je l’ai dit lors du tirage au sort, aucun match ne sera facile dans cette compétition, mais nous avons de l’ambition.

Nous avons réussi à prendre le contrôle de la rencontre. J'ai fait entrer (Ezequiel) Lavezzi car Lucas était blessé. C'est un privilège d'avoir un tel effectif. Marquinhos n'avait pas joué depuis quatre mois, il n'était pas prêt pour disputer 90 minutes. En première mi-temps il a eu les mêmes problèmes que le reste de l'équipe, l'égalisation grecque n'est absolument pas sa faute.