Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

McNeill revit le succès du Celtic à Lisbonne

La finale de l'UEFA Champions League à Lisbonne va rappeler des souvenirs à Billy McNeill, capitaine vainqueur dans la capitale portugaise il y a 47 ans.

McNeill revit le succès du Celtic à Lisbonne
McNeill revit le succès du Celtic à Lisbonne ©UEFA.com

La finale de l'UEFA Champions League revient à Lisbonne le 24 mai 2014 et, forcément, l'événement va rappeler des souvenirs aux vainqueurs de la toute première finale jouée dans la capitale portugaise il y a 47 ans.

À l'Estádio Nacional en 1967, le FC Internazionale Milano d'Helenio Herrera a contre toute attente été battu 2-1 par le Celtic FC du capitaine Billy McNeill, qui revient avec plaisir sur le triomphe des "Lions de Lisbonne" pour UEFA.com.

L'entrée sur la pelouse...
"Nous nous disions toujours que, dans un bon jour, nous étions capables de battre n’importe qui. C’était déjà magnifique de rencontrer un adversaire italien en finale. Ils sont entrés sur la pelouse en chantant, alors nous avons commencé à chanter plus fort qu’eux ; je pense que cela nous a aidés. Nous sommes entrés sur le terrain et nous avons abordé la rencontre sans nous poser de questions."

Le public...
"Nous les avons regardées, toutes ces personnes qui sont venues spécialement pour l’occasion d’Écosse, c’était incroyable. À Lisbonne, on ne voyait que des supporters du Celtic, qui n’avaient probablement jamais quitté Glasgow avant cela, mais qui voulaient voir l’histoire s’écrire devant leurs yeux. C’était merveilleux..."

L'ouverture du score...
"Leur but en début de rencontre nous a en quelque sorte rendu la vie plus facile. Nous devions prendre la rencontre en main et cela a fonctionné. Et c’était notre style. Ils n’aimaient pas notre style, pour notre plus grand plaisir."

La prise de pouvoir...
"C’était magnifique ! Pour être honnête avec vous, je ne peux pas décrire comment je me sentais à ce moment-là, mais nous savions que c’était bon. J’ai commencé à dire à tous mes coéquipiers : 'Nous devons finir la rencontre, ne les laissez pas revenir !' Ils étaient finis. À ce moment précis, ils étaient finis."

Le coup de sifflet final...
"Les supporters faisaient leur travail, ce qui nous a encouragés à faire le nôtre, c’était génial. Nous avions un objectif très précis pour cette rencontre, et à aucun moment nous n'avons pensé que nous allions perdre. Et ça a marché."

Le retour au pays...
"C’était magnifique. Dans l’avion, nous n’avions aucune idée de ce qui allait se passer. Nous avons atterri à l’aéroport de Glasgow et nous avons pris la direction de Celtic Park. Il y avait des milliers de gens au bord de la route pour nous accueillir, ça nous a tous marqués, et c’est là que nous avons réalisé vraiment l’ampleur de notre exploit. C’était incroyable."

Haut