Le Borussia perd au Real mais passe en finale

Real Madrid CF 2-0 Borussia Dortmund (tot. 3-4)
Passé proche de l'exploit en fin de match, le Real laisse filer une première équipe allemande à Wembley.

Le défenseur de Dortmund Marcel Schmelzer (à g.) et le Madrilène Gonzalo Higuaín
Le défenseur de Dortmund Marcel Schmelzer (à g.) et le Madrilène Gonzalo Higuaín ©AFP/Getty Images

Le Borussia Dortmund est la première équipe qualifiée pour la finale de l'UEFA Champions League, le 25 mai à Wembley, malgré sa première défaite dans la compétition 2-0 sur le terrain du Real Madrid CF.

La défaite 4-1 à l'aller, la semaine dernière, représentait déjà un handicap gigantesque pour le club neuf fois champion d'Europe. Il s'est heurté mardi à un collectif presque incassable qui n'a lâché du lest que dans les sept dernières minutes, devant Karim Benzema et Sergio Ramos, mais se sera aussi procuré de très belles occasions.

Vainqueur en 1997, le Borussia jouera la deuxième finale de C1 de son histoire, contre le FC Barcelona ou le FC Bayern München, qui en décousent demain après la victoire des Allemands 4-0 à l'aller.

Pour José Mourinho, l'ambition de devenir le premier coach vainqueur de la Champions League avec trois clubs différents devra attendre. L'entraîneur du Real avait demandé deux choses avant la rencontre : onze guerriers sur le terrain et éradiquer les erreurs commises en Allemagne. Il était entendu pour la première partie du contrat. À l'image d'un Sergio Ramos impitoyable en défense, les joueurs au maillot blanc ont tout donné. Le problème est qu'ils ont aussi raté trois grosses occasions en première période, par l'intermédiaire de Gonzalo Higuaín, Cristiano Ronaldo et Ángel Di María. Diego López était beaucoup moins sollicité dans le but espagnol.

À partir de la 30e minute, malgré la sortie sur blessure de Mario Götze (14e), Dortmund parvenait à maîtriser la furia castillane qui se réveillait en fin de match, mais Roman Weidenfeller veillait au grain, notamment avec une sortie aérienne sur un ballon que convoitait Higuaín, préféré à Benzema en attaque au coup d'envoi mais souvent pris hors jeu.

La seconde période débutait avec deux occasions des hommes de la Ruhr, et notamment une frappe terrible sur la barre de Robert Lewandowski, servi dans le trou par Marco Reus. L'attaquant international allemand était encore dans le coup, peu après l'heure de jeu, en décalant lkay Gündoğan, seul face au but, qui voyait son plat du pied repoussé par le coude d'un Diego López qui se jetait presque les yeux fermés.

À partir de cet instant, le champion d'Allemagne, qui a déjà perdu son titre au bénéfice du Bayern, maîtrisait la rencontre. Les deux entrants madrilènes, Kaká et Benzema, allaient pourtant faire douter les Jaune et Noir. Ils étaient impliqués dans l'ouverture du score, oeuvre du Français à la 83e minute sur un centre à ras de terre de Mesur Özil. Cinq minutes plus tard, après un cafouillage, Benzema servait en retrait Ramos qui, tel un avant-centre, enchaînait contrôle et frappe victorieuse.

Les deux dernières minutes et les six du temps additionnel étaient électriques mais Weidenfeller n'était plus inquiété. Le Real quittait la compétition dans son jardin, mais la tête haute et le regard peut-être déjà tourné vers cette "Décima" qui n'en finit plus de se dérober à la porte de la Maison blanche.