Le PSG verra les quarts

Paris Saint-Germain FC 1-1 Valencia CF (tot. 3-2)
Ezequiel Lavezzi, déjà buteur à l'aller, a rassuré les Français après le but de Jonas.

Le PSG verra les quarts
Le PSG verra les quarts ©UEFA.com

Bien que tenu en échec par le Valencia CF (1-1), le Paris Saint-Germain FC se qualifie pour les quarts de finale de l'UEFA Champions League.

 Cela faisait 18 ans que le PSG n’avait pas atteint les quarts de finale de C1. Une longue période de disette qui a pris fin ce mercredi soir. Les Français, qui avaient fait le plus dur à l’aller, en l’emportant (2-1), se sont contentés ce mercredi de gérer leur avantage. Un choix qui aurait pu être moins payant si les Espagnols s’étaient montrés plus tranchants dans leurs offensives.

Privés de Marco Verratti (suspendu), Jérémy Ménez (blessé) mais aussi et surtout de leur star Zlatan Ibrahimović (suspendu), les hommes de Carlo Ancelotti n’ont pourtant pas traîné pour tenter de prendre le match en main. Dès la 4e minute, Javier Pastore, très en jambes, tentait sa chance du gauche à l’entrée de la surface, mais sa frappe était contrée au dernier moment.

Sous une pluie fine, les Valenciens, actuels 5es de Liga à 13 points du podium, répondaient aux Parisiens via un tir croisé de Roberto Soldado, bien capté par Salvatore Sirigu (15e). Dominateurs, les Espagnols, privés d’Adil Rami et de Ricardo Costa, tous deux blessés, confisquaient le ballon à leurs hôtes mais ne parvenaient toutefois pas à prendre à défaut la défense du PSG, dirigée par un bon Thiago Silva, de retour dans le onze de départ après près de deux mois d’absence (cuisse). Juste avant la pause, un tir puissant de Jonas à l’entrée de la surface donnait des sueurs froides au public parisien, mais Sirigu était là pour repousser.

Au retour des vestiaires, les Espagnols, condamnés à marquer pour espérer se qualifier, sont rapidement parvenus à leurs fins. Alors que le match se jouait sur un faux rythme, Jonas, d’un missile du droit à l’entrée de la surface, légèrement détourné par le jarret d'Alex, offrait l’avantage aux siens (55e). Sous les yeux de Didier Deschamps, Paris réagissait dix minutes plus tard. Après un superbe raid de Kevin Gameiro, entré en jeu à la place de Thiago Motta, c’est l’inévitable Lavezzi, qui, d’un but de renard, remettait les compteurs à zéro en deux temps (65e).

L’Argentin en profitait d’ailleurs pour inscrire son 5e but de la saison en C1. Malgré une dernière demi-heure plutôt à l’avantage des Espagnols, le score en restait là.

Les Parisiens, qui avaient 95% de chances de se qualifier, ont assuré l’essentiel et ont poursuivi leur belle série de 23 matches à domicile sans défaite en Coupe d’Europe. Leur printemps s’annonce radieux.

Haut