Arsenal n'a pas traîné

Montpellier Hérault SC 1-2 Arsenal FC
Mené rapidement à La Mosson le club anglais a inversé la tendance et résisté sur la fin.

Arsenal n'a pas traîné
Arsenal n'a pas traîné ©UEFA.com

Mené pour le premier match de phase de groupes du Montpellier Hérault SC en UEFA Champions League, l'Arsenal FC a rapidement inversé la tendance en France pour s'imposer 2-1.

Au vu de l'historique des deux clubs, le choc pouvait paraître déséquilibré. Première participation donc pour les Héraultais, la quinzième consécutive pour les Gunners. Les joueurs de René Girard n'ont pourtant pas eu peur. Après quelques minutes déséquilibrées, Per Mertesacker fauchait Rémi Cabella parti en dribble dans la surface de réparation. Younès Belhanda, d'une panenka pleine de culot, ouvrait le score en faveur de Montpellier.

Les joueurs d'Arsenal élevaient ensuite le niveau en procédant par vagues successives. Ainsi, à la 16e minute, à l'issue d'une belle action collective, Lukas Podolski, bien servi par Olivier Giroud, dont c'était le retour à La Mosson, trompait Geoffrey Jourdren et égalisait (1-1). Deux minutes plus tard, Arsenal poussait encore devant les cages montpelliéraines. Carl Jenkinson centrait pour Gervinho. Laissé seul, l'Ivoirien ne se faisait pas prier pour marquer un but qui allait être décisif.

Les Montpelliérains ont ensuite tout tenté dans une seconde période qu'ils ont dominée. Cabella, après avoir subtilisé le ballon à Abou Diaby à l'entrée de la surface de réparation, décochait une frappe puissante au-dessus des cages et manquait l'égalisation. Ce fut ensuite au tour de Garry Bocaly de louper le cadre sur un centre de Cabella. Le même Cabella, très en vue, plaçait un lob astucieux que Vito Mannone ne pu toucher mais qui s'écrasait sur la transversale du gardien italien d'Arsenal.

Il fallait attendre la 57e pour voir la première action dangereuse des Gunners après le repor, par l'intermédiaire de Santi Cazorla sur une belle chevauchée d'Abou Diaby. Dans le quart d'heure qui suivait, Arsenal semblait laisser le jeu à son adversaire et ne se contentait que de quelques contres.

Montpellier malgré une réelle volonté offensive ne parvenait pas à égaliser. René Girard faisait alors son premier changement en remplaçant poste pour poste Anthony Mounier par Karim Aït-Fana. À la 78e, l'entraîneur champion du France réorganisait son équipe en plaçant Benjamin Stambouli au milieu de terrain à la place de Marco Estrada, tandis que Suleyman Camara laissait son poste à Emanuel Herrera.

La plus belle occasion arrivait à 10 minutes du terme pour les Français. Belhanda, seul dans la surface, envoyait sa frappe directement dans les bras de Vito Mannone et laissait échapper une chance énorme de revenir au score.