Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Mario Been : "Fier de mes joueurs"

Les réactions des deux entraîneurs Mario Beenet Robin Dutt, après le nul 1-1 entrele KRC Genk et le Bayer 04 Leverkusen.

Les réactions des deux entraîneurs Mario Beenet Robin Dutt, après le nul 1-1 entrele KRC Genk et le Bayer 04 Leverkusen.

Mario Been, entraîneur de Genk
Sur notre terrain, nous avons prouvé que nous avons notre place en Champions League. On a failli gagner une nouvelle fois. On a mené 1-0 en jouant d'abord très défensif, puis nous avons trop reculé. Notre seule saute de concentration nous a coûté le but.

Mais je suis fier de ce que mes joueurs ont réalisé. Avant le match, j'ai rappelé à mes joueurs qu'il fallait ramener un bon résultat pour nos fans et je crois que ceux-ci ont pu rentrer à la maison de bonne humeur. Chez nous, nous avons prouvé que nous sommes à la hauteur de la Champions League, malheureusement, cela n'a pas été le cas à l'extérieur.

Robin Dutt, entraîneur de Leverkusen
Je suis satisfait de notre qualification, mais pas du résultat d'aujourd'hui. Nous avons été particulièrement médiocres en première période. Nous avions le ballon mais étion totalement incapables de leur mettre la pression. À la pause, j'ai mis l'accent sur la nécessité de suivre la première passe et mes joueurs l'ont mis en place.

C'était mieux en deuxième période et notre égalisation était méritée. Genk a marqué un but de nulle part à la demi-heure de jeu mais dans les 20 dernières minutes on a mis la pression. Nous devons malgré tout remercier notre gardien Bernd Leno.

Ce match m'a déçu, mais sur l'ensemble de la phase de groupes, je suis satisfait. Nous prendrons le prochain tour comme il vient. Il n'y a pas que Barcelone, il faut aussi se méfier de l'APOEL. On ne doit sous-estimer personne.

Haut