Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Lyon reste en course

Olympique Lyonnais 1-1 Real Madrid CF
Alors que le Real Madrid pensait avoir fait le plus dur en ouvrant la marque par Benzema, les Lyonnais ont égalisé par Gomis. La qualification pour les quarts de finale se jouera le 16 mars.

Lyon reste en course
Lyon reste en course ©UEFA.com

Alors que le Real Madrid CF pensait avoir fait le plus dur, en 8e de finale aller de l'UEFA Champions League en ouvrant la marque au stade de Gerland, par Karim Benzema, l'Olympique Lyonnais a égalisé par Bafétimbi Gomis. La qualification pour les quarts de finale se jouera le 16 mars à Bernabéu.

Le Real n'a toujours pas vaincu la malédiction lyonnaise. En sept confrontations d'UEFA Champions League, les Madrilènes n'ont jamais battu Lyon. Le début de match était lyonnais, d'ailleurs. Si Cris et ses partenaires ne parvenaient pas à se montrer dangereux (reprise acrobatique du capitaine de l'OL à côté à la 11e minute, frappe écrasée et à côté de Kim Källström à la 25e), ils répondaient présent pour ce grand rendez-vous.

La suite allait le prouver. Même dans les moments difficiles, les joueurs de Claude Puel faisaient front et procédaient en contres.  A la 34e minute, le déboulé de Michel Bastos côté gauche obligeait Iker Casillas à repousser... dans les pieds de Gomis qui n'en demandait pas tant. Mais l'attaquant lyonnais voyait son tir dévié au-dessus par le gardien espagnol.

Entre-temps, la première tentative cadrée était tout de même à mettre à l'actif du club neuf fois champion d'Europe, en l'occurrence d'Ángel Di María. La frappe de l'Argentin trouvait Hugo Lloris sur sa trajectoire (29e). Le gardien de l'équipe de France intervenait encore, deux minutes plus tard, sur un coup franc de Cristiano Ronaldo.

Après cette première période très équilibrée et accrochée, les choses se décantaient rapidement à la reprise. Le Real prenait la direction des opérations. Dès la 49e minute, Ronaldo, puis Ramos, touchaient les montants du but de Lloris : le poteau sur un coup franc du Portugais, la barre transversale sur une tête de l'Espagnol.

Les Lyonnais se rebiffaient sous l'impulsion d'un Delgado toujours aussi remuant. Mais l'entrée en jeu de Karim Benzema à la place d'Emmanuel Adebayor, du côté des Merengue, a tout changé. Quelques secondes après son apparition, l'attaquant madrilène se faufilait à travers trois défenseurs et trompait Lloris avec beaucoup de réussite (1-0, 65e). Par respect pour son ancien public, Benzema n'esquissait pas le moindre mouvement de joie.

Puel réagissait tout de suite et injectait du sang neuf avec Jérémy Pied et Jimmy Briand en remplacement de Michel Bastos et Delgado. Sur le terrain, les actions lyonnaises manquaient de tranchant pour inquiéter la formation ibérique. C'est pourtant à ce moment-là que l'OL égalisait. Sur une remise de la tête de Cris dans la surface de réparation, Gomis, oublié par l'arrière-garde madrilène au second poteau, reprenait de volée pour tromper Casillas (1-1, 83e). Dans la foulée, les Lyonnais, survoltés, mettaient une grosse pression sur le but du Real. En vain mais avec pas mal de promesses pour le match retour dans trois semaines à Madrid. Là-bas non plus, Lyon n'a jamais perdu. Mais malheureusement pour les Gones, ce sera sans Michel Bastos, suspendu.

Haut