UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Arsenal préserve le suspense

Arsenal FC 2-1 FC Barcelona
Menés à douze minutes de la fin, les Gunners ont fait la décision à l'énergie et prolongent un délicieux suspense.

Andrey Arshavin est entré en cours de match pour offrir la victoire à ses coéquipiers
Andrey Arshavin est entré en cours de match pour offrir la victoire à ses coéquipiers ©Getty Images

Mené à douze minutes de la fin, l'Arsenal FC a fait la décision à l'énergie et prolonge un délicieux suspense, en 8e de finale de l'UEFA Champions League, contre le FC Barcelona.

Les champions 2009 pensaient avoir pris une belle option sur les quarts après le but de David Villa. Mais Robin van Persie et Andrey Arshavin, entré en fin de match, lui ont répondu dans les dernières minutes d'un combat de tous les instants.

Comme un présage, Arsenal était l'équipe qui partait le plus fort avec finalement dans ses rangs Samir Nasri, revenu de blessure pour ce match et auteur d'une excellente rencontre. Mais la première très grosse occasion était pour Lionel Messi, lancé en contre, qui piquait son ballon à côté du but de Wojciech Szczęsny (15e).

Ce coup de semonce déclenchait une bataille digne de celle de l'année dernière en quarts de finale, sauf que, cette fois, le Barça trouvait à qui parler. Le ballon allait d'un but à l'autre. Éric Abidal écartait de la tête un centre parfait de Cesc Fàbregas à destination de Van Persie, puis le Néerlandais décadrait une autre frappe à bout portant. Il allait avoir l'occasion de se racheter.

Ça sentait le K.-O. et il arrivait à la 26e minute sous la forme d'une nouvelle passe au millimètre à ras de terre de Messi pour Villa. Parti à la limite du hors-jeu, le champion du monde n'avait aucun mal à se défaire de Szczęsny (0-1). Barcelone n'était plus inquiété avant la pause et soignait sa possession du ballon. Les petits hommes verts atteignaient dans ce domaine 60% après les 45 premières minutes.

Le rythme baissait à la reprise et la rencontre devenait plus équilibrée. Après que Gérard Piqué obtenait un carton jaune qui le privera du retour, pour une faute sur Nasri, c'était même les Gunners qui devenaient les plus dangereux, obtenant par exemple les deux premiers corners. Mais Barcelone restait alerte à l'image de ce plat du pied de Messi, malheureux au cours ce cette soirée, qui accrochait le petit filet à l'issue une énième action collective (67e).

Arsenal insistait et Arsène Wenger avait la bonne idée de faire entrer Arshavin, puis Niklas Bendtner, pour mettre la pression sur la défense barcelonaise orpheline de Carles Puyol. À 12 minutes de la fin, l'incroyable renversement de situation se produisait. Gaël Clichy servait Van Persie sur la gauche. La frappe de ce dernier, dans un angle impossible, filait pour l'égalisation entre Valdés et son poteau.

Barcelone se devait de réagir mais la belle mécanique "blaugrana" se grippait quand Fàbregas lançait dans le trou Nasri. Le Français temporisait à merveille pour attendre Arshavin, lequel n'avait qu'à placer un tir précis hors de portée de Valdés. En quatre minutes, le sort de la rencontre avait basculé, laissant le suspense quasiment entier avant le retour au Camp Nou le 8 mars.