Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Briand lucide avant Schalke

Après la claque reçue à Benfica, Jimmy Briand sait que l'Olympique Lyonnais "ne doit pas tendre l'autre joue" dans le Groupe B lors de son déplacement sur le terrain de Schalke, mercredi.

Jimmy Briand et l'Olympique Lyonnais veulent se qualifier à Gelsenkirchen
Jimmy Briand et l'Olympique Lyonnais veulent se qualifier à Gelsenkirchen ©Getty Images

Avant la saison en cours, l'UEFA Champions League était un spectacle que Jimmy Briand regardait avec envie à la télévision.

L'attaquant d'origine parisienne s'est passionné pour l'épreuve reine européenne dans les années 1990, quand le club de sa ville prenait régulièrement part à la compétition. "Je suivais le Paris Saint-Germain à l'époque de George Weah et Rai", explique la nouvelle recrue de l'Olympique Lyonnais. "J'adorais ces matches."

Briand, 25 ans, scrutait avec attention un tout jeune attaquant dans les rangs parisiens. Nicolas Anelka venait en effet de faire ses premiers pas en équipe première et allait rapidement devenir la référence de Briand. "Je l'admire depuis que je suis petit", sourit l'international français (4 sélections), passé comme Anelka par Clairefontaine avant de rejoindre le centre de formation du Stade Rennais FC. "Encore aujourd'hui, j'apprécie ce qu'il réussit à Chelsea. Pour moi, il a tout d'un attaquant de classe mondiale."

L'instant qui a le plus marqué Briand en UEFA Champions League n'est pourtant pas le sacre d'Anelka et du Real Madrid CF en 2000, mais plutôt le retour phénoménal du Liverpool FC à Istanbul, cinq années plus tard. "Quel scénario extraordinaire", s'enthousiasme le Lyonnais. "Une finale pareille, c'est incroyable."

Le retour tonitruant des Anglais contre l'AC Milan a failli inspirer l'OL, en perdition sur la pelouse du SL Benfica (4-0) après l'heure de jeu mais qui a finalement réduit l'écart en marquant trois fois (4-3 au final). "On a joué comme des débutants pendant une heure et Benfica en a profité", analyse Briand.

Avant cette défaite, Briand, recruté 6 M€ par Lyon cet été, avait pleinement participé aux trois victoires lyonnaises dans le Groupe B, inscrivant même son premier but dans l'épreuve lors du succès 2-0 sur Benfica. Mais il a compris à Lisbonne que le moindre relâchement était interdit. "C'est une compétition très relevée", précise Briand. "La moindre erreur se paie cash."

À charge pour les Lyonnais de ne pas en commettre sur le terrain du FC Schalke 04, mercredi. "On a pris une claque à Benfica et il ne faudra pas tendre l'autre jouer à Schalke", prévient-il. "Schalke a besoin de points et ils savent qu'il leur restera un match compliqué à Benfica, alors ils vont nous mettre la pression avec le soutien de leur public." L'OL n'a de son côté besoin que d'un point en deux matches pour s'assurer de disputer les huitièmes de finale au printemps.

Haut