Ellingham et le rôle des observateurs des arbitres

"Apprendre et savourer", telle est la devise des arbitres à la Coupe des Régions de l'UEFA selon l'observateur des arbitres Ray Ellingham.

Ray Ellingham est désormais observateur mais il est toujours arbitre dans l'âme
©Sportsfile

La Coupe des Régions de l'UEFA est une étape importante pour les arbitres de la compétition, mais Ray Ellingham a confié que les observateurs des arbitres de l'UEFA sont là pour aider et encourager en plus d'évaluer les performances.

"On peut parfois lire de la crainte sur le visage des nouveaux arbitres lorsqu'ils rencontrent les observateurs des arbitres pour la première fois et ils commencent par m'appeler M. Ellingham", a confié l'ancien arbitre en Premier League galloise à UEFA.com. "Je dis toujours : 'Appelle-moi Ray.' C'est leur tournoi, nous sommes simplement ici pour donner des conseils. Il n'y a rien de pire qu'un arbitre se demandant sur le terrain : Où est l'observateur ?"

Les quatre observateurs de la compétition amateur auront leur mot à dire pour nommer le corps arbitral pour la finale de samedi, potentiellement un tremplin vers le haut niveau du football européen, mais "apprendre et savourer" reste la devise d'Ellingham pour les 16 arbitres issus de 15 nations nommés pour la phase finale. "Nous voulons qu'ils savourent la compétition", a-t-il déclaré. "La première réunion peut être assez intimidante, mais cela va beaucoup mieux et nous discutons vraiment désormais."

Officiant tous dans leur élite nationale, les arbitres ont envie de franchir un palier. En atteignant ce niveau, ils ont déjà prouvé leur talent, mais Ellingham, 52 ans, sait qu'ils peuvent encore apprendre énormément de choses des observateurs et des autres arbitres présents. En phase finale, les entraîneurs des arbitres s'assurent qu'ils conservent le bon régime de forme physique, alors que les observateurs organisent des séances pratiques, lors desquelles l'équipe regarde un montage vidéo et discute d'incidents de match qui invitent à réfléchir.

Depuis dimanche, ils regardent également les temps forts de leurs propres performances. "Nous réalisons le montage et les arbitres ont ensuite un débriefing individuel avec leur observateur, nous nous réunissons lorsque nous montrons des vidéos à tout le groupe ; certaines actions sont positives, d'autres des domaines d'apprentissage", a expliqué Ellingham. "Contrôle, respect et gestion humaine sont importants. Cela permet de prendre les bonnes décisions sur les grosses actions pouvant changer le cours d'une rencontre."

L'amitié entre les arbitres est cruciale dans cette expérience d'apprentissage. Beaucoup d'entre eux se sont rencontrés jeudi pour la première fois, mais ils forment déjà un groupe uni. "Ils s'entendent vraiment bien et, après avoir été totalement étrangers à leur arrivée, je suis sûr que de solides amitiés se poursuivront après le tournoi", a ajouté Ellingham, qui est désormais bien établi en tant qu'observateur et expert en préparation physique des arbitres au Pays de Galles.

Les observateurs eux-mêmes jouent un rôle majeur dans cet environnement de soutien ; ils ont beau avoir raccroché le sifflet, Ellingham sait qu'ils n'ont pas perdu leur passion pour la profession. "C'est assez triste", a conclu l'autoproclamé "footballeur nul". "Même quand je regarde un match à la télévision, je crie 'jaune', 'faute', 'hors-jeu'. Tous les observateurs ici sont encore des arbitres dans l'âme ; simplement nos jambes ne sont plus aussi rapides qu'auparavant !"

Haut