La lutte planétaire du Comité international de la Croix-Rouge contre le COVID-19

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), partenaire humanitaire de longue date de l’UEFA, agit à l’échelle mondiale dans le cadre d’une intervention concertée et ciblée face à la crise du COVID-19. Le large éventail d’actions menées, en ces temps difficiles, par l’organisation humanitaire dans le contexte de sa mission essentielle est examiné dans cet article.

Le CICR fournit des ressources essentielles pour lutter contre le COVID-19.
Le CICR fournit des ressources essentielles pour lutter contre le COVID-19. ©ICRC

« La pandémie de COVID-19 (ou coronavirus) se propage rapidement et constitue une crise de santé publique sans précédent, a déclaré le CICR. Mais c’est également une grave crise humanitaire qui se prépare. »

Partenaire très important de l’UEFA en matière de responsabilité sociale depuis 1997, le CICR déploie ses efforts de différentes manières à travers le monde pour répondre à la crise du COVID-19, reflétant ainsi son engagement à long terme à sauver des vies en fournissant des ressources vitales et en aidant des millions de personnes vulnérables.

©ICRC

Depuis sa création en 1863, le CICR, basé à Genève, aide des personnes du monde entier touchées par des conflits armés ou d’autres formes de violence, en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour protéger la vie et la dignité des personnes et apaiser leurs souffrances.

L’UEFA et le CICR

Vous en saurez plus sur le partenariat du CICR avec l’UEFA en consultant les pages 200 à 203 du Rapport de l’UEFA sur le football et la responsabilité sociale 2018/19.

En 1997, le CICR est devenu le premier partenaire caritatif de l'UEFA, et l'UEFA la première association sportive partenaire du CICR. Le partenariat entre l’UEFA et le CICR nourrit deux objectifs :

- fournir des services de réadaptation à des personnes en situation de handicap physique ; et

- améliorer l'accès des personnes en situation de handicap physique aux activités d’inclusion sociale telles que le sport.

L’UEFA remet chaque année un chèque de EUR 100 000 au CICR en association avec l’Équipe de l’année des utilisateurs d’UEFA.com.

COVID-19 : comment le CICR fait face au coronavirus à l’échelon mondial

©ICRC

Le CICR est en train de procéder à un remaniement de grande ampleur de ses activités d’assistance, une mesure appelée par le besoin de répondre à la propagation rapide du virus COVID-19. Il adapte les mesures existantes sur de nombreux fronts en fonction du contexte actuel de développement mondial du virus.

Le travail du CICR est basé sur l’hypothèse que, si le COVID-19 a déjà évolué en pandémie mondiale, il est encore possible de ralentir sa propagation et de diminuer le nombre de décès en améliorant l’accès à des ressources cruciales..

Ci-dessous, quelques-unes des activités essentielles du CICR à l’heure actuelle.

1) Action du CICR contre le COVID-19 dans les zones de conflit

VIDÉO DU CICR : LE COVID-19 DANS LES PAYS RAVAGÉS PAR LA GUERRE

©ICRC

« Dans les pays ravagés par la guerre, le COVID-19 représente une sérieuse menace pour la population, explique le CICR. Le coronavirus soumet en effet à une pression supplémentaire des systèmes de santé déjà fragilisés par la violence. Des plans de prévention et de riposte au virus doivent être mis en œuvre de toute urgence, avant qu'il ne se propage de manière généralisée dans les pays en proie à un conflit. »

Dans de nombreux pays, le CICR a l'avantage unique de pouvoir accéder à des zones de conflit que d'autres organisations ne peuvent pas atteindre, ce qui lui permet d'aider à lutter contre l'épidémie dans ces régions difficiles d'accès. Le CICR soutient les hôpitaux dans les zones de conflit en leur distribuant des fournitures et du matériel, en leur apportant une aide financière et en formant leur personnel. Il soutient également les travaux d'infrastructure visant à augmenter les capacités d'accueil des hôpitaux, à garantir un approvisionnement stable en eau potable et une bonne gestion des déchets, et à améliorer la fourniture de services médicaux dans son ensemble.

Le CICR s'emploie à renforcer son soutien aux services de santé publique dans les régions en proie aux conflits armés et à la violence. Il a mis au point un plan d'urgence pour garantir la continuité dans les hôpitaux qui ont le plus besoin de son aide dans le monde.

2) Renforcement des pratiques dans les centres de détention

Dans de nombreux lieux de détention dans le monde, le CICR collabore avec les autorités compétentes pour renforcer les pratiques courantes telles que l'examen médical des nouveaux détenus et la mise en place de mesures de prévention – p. ex. des installations pour le lavage des mains – destinées aux détenus, aux visiteurs, aux gardiens et aux fournisseurs.

Il finance également des mesures de désinfection (notamment des fumigations) et distribue du savon et d'autres produits d'hygiène et de nettoyage aux détenus.

3) Rassembler le soutien des gouvernements et de la communauté internationale

©ICRC

« Aujourd’hui, aider les personnes les moins à même de se protéger face aux maladies est un devoir moral et politique, même – voire surtout – quand une crise sanitaire mondiale a des effets paralysants sur les sociétés et les économies, déclare le président du CICR, Peter Maurer. Nous pouvons et devons atténuer les souffrances causées par cette maladie aux personnes les plus vulnérables. J’en appelle aux gouvernements et aux organisations humanitaires comme la mienne pour qu’ils fassent tout leur possible pour venir en aide à ces personnes.

» La communauté internationale doit renforcer son soutien maintenant. Les virus ne connaissent pas de frontières ; il s’agit d’un problème mondial qui ne pourra être résolu que par une action mondiale. »

4) Appel d’urgence de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

En mars, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a lancé un appel à hauteur de CHF 800 millions (soit EUR 758,7 millions) pour aider les communautés les plus vulnérables du monde à enrayer la propagation du COVID-19 et à se remettre de ses effets.

©ICRC

La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge vise à récolter CHF 550 millions (soit EUR 521,6 millions) pour aider les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à, entre autres :

- fournir des soins de santé ;

- communiquer sur les risques ;

- allouer des subventions en espèces aux familles ; et

- atténuer les conséquences pour la population dans les grands foyers d'épidémie.

Le CICR vise à récolter CHF 250 millions (soit EUR 237,1 millions) pour :

- répondre aux besoins dans les contextes de conflit et de violence ;

- soutenir les établissements médicaux et les lieux de détention en vue d'y contenir la propagation ;

- cgarantir aux personnes déplacées et aux prisonniers l'accès aux soins médicaux ; et

- apporter un soutien aux efforts d'intervention des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

5) Lieux d’activité du CICR dans le monde

©ICRC

De l’Afghanistan à El Salvador, du Liban au Mexique : les récents centres de convergence des efforts et des activités du CICR à l’échelle mondiale en réponse à la pandémie de COVID-19 sont présentés ici.

Le CICR s’est engagé à sauver des vies

« Le CICR, en collaboration avec ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, peut faire avancer les choses dans des domaines spécifiques, souligne l’organisation. L'aide humanitaire que nous apportons dans les zones de conflit contribue de manière décisive à sauver des vies pendant cette crise. »