UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

L'IBSA moteur du football pour aveugles

L'International Blind Sports Federation (IBSA) est un partenaire clé de l'UEFA dans le cadre de sa promotion du football pour tous.

Un match de football pour aveugles en Allemagne
Un match de football pour aveugles en Allemagne ©Kreißl

L'UEFA a établi des partenariats avec un groupe d’organisations soigneusement sélectionnées dans le cadre de son programme "Football for abilities", favorisant l'utilisation du football comme un outil pour élargir l'inclusion des joueurs de tous niveaux, ainsi que des groupes marginalisés ou exclus.

Ce programme complet a donné à chaque organisation participante la possibilité de développer des activités à long terme et définir des objectifs ambitieux - les organisations elles-mêmes ayant aussi joué un rôle en aidant les participants à réaliser leurs rêves sportifs. L’International Blind Sports Federation (IBSA), travaillant pour le compte d’athlètes aveugles ou malvoyants, est un parfait exemple des avantages de ce partenariat.

L’IBSA offre une large palette de disciplines sportives pour les athlètes ayant une déficience visuelle. Dans le secteur du football, il s'agit notamment de deux types de futsal - pour les joueurs totalement aveugles (B1) et pour les athlètes qui sont malvoyants (B2/B3). Les lois du futsal ont été adaptées pour aider les footballeurs aveugles ou malvoyants à profiter au maximum de la chance de jouer et découvrir les joies du football. Le ballon B1 dispose d'un système sonore spécial à l'intérieur, des barrières le long du terrain pour garder la balle en jeu, et les équipes, comprenant quatre joueurs, ont des guides pour les conseiller lors des matchs.

L’UEFA et l’IBSA ont lancé leur partenariat en 2006, lorsque ce dernier recevait le chèque caritatif d’un million de francs suisses de l'UEFA. En conséquence, le projet de développement Futsal Europe de l’IBSA  a organisé des séminaires à travers le continent pour éduquer des centaines d'entraîneurs et d'arbitres sur le futsal aveugle. Ils ont reçu une formation de base pour entraîneurs et arbitres accrédités IBSA sur le travail avec des joueurs aveugles, les tactiques et les règles du jeu.

"Le soutien de l'UEFA a ouvert des portes", explique le coordinateur du projet européen David Stirton. "L'UEFA est un nom qui est reconnu dans le monde entier, l'UEFA a une bonne réputation et son nom nous donne de la crédibilité. Ce soutien nous a aidés dans de nombreux domaines, et nous lui en sommes très reconnaissants."

L’IBSA encourage l'amitié entre athlètes aveugles, et motive les personnes aveugles à pratiquer des activités sportives régulières. Il partage des idées sur le sport de compétition et de loisir pour aveugles, et il planifie, promeut et coordonne des activités internationales stimulant le développement de programmes de sports pour aveugles dans ses pays membres. Sa mission est similaire à celle de l'UEFA, en particulier par la promotion de l'inclusion sociale. "Il peut y avoir un problème de faible estime de soi et manque de confiance en soi chez les personnes ayant un handicap", explique Stirton, "et le sport aide à surmonter cela. Il y a un sentiment de camaraderie lorsque vous faites partie d'une équipe sportive, et que vous avez l'occasion de jouer aux côtés vos amis", poursuit Stirton.

Le sentiment d'accomplissement et de fierté qu'un footballeur aveugle ou malvoyant peut ressentir est approuvé par Alexander Fangmann, capitaine de l'équipe nationale allemande et participant au Championnat du Monde de football aveugle de l'IBSA à Tokyo plus tard cette année.

"J'ai perdu la vue à l'âge de huit ans", explique le joueur de 29 ans. "Avant, je jouais au foot comme tous les enfants. Mais après, je n'ai pas perdu cet enthousiasme pour le football, je suis toujours resté en contact avec ce sport." Alexander achève des études à Tübingen, près de Stuttgart. "J'ai fait une formation de remise en forme, mais pas de sport d'équipe", il se souvient. "J'ai découvert le football aveugle sur Internet, je suis allé à un séminaire au cours de la Coupe du Monde 2006, et tout a commencé à partir de là... Je ne savais pas à quoi m'attendre, si j’allais pouvoir bien jouer avec d'autres personnes aveugles, mais il n'y a eu aucun problème."

Alexander et ses collègues qui ont assisté à ce séminaire sont rentrés chez eux avec une tonne d'idées, dont a résulté un championnat national allemand - et une équipe nationale assez bonne pour être en compétition pour un titre mondial. "Nous sommes naturellement très fiers, c'est une grande réussite", il poursuit. Après avoir surmonté la perte de la vue pour se forger une carrière de footballeur, Alexander n'a pas hésité à dire à ceux qui pourraient être intéressés par ce sport de "l’essayer, tout simplement". Il insiste également sur l'aspect de l'inclusion et de l'amitié : "C’est un sentiment génial de faire partie d’une équipe et de gagner !"

"Le soutien que l'IBSA reçoit de l'UEFA est de loin le soutien le plus important que nous recevons d'une organisation externe", explique David Stirton, démontrant que les projets initiaux mis en place avec l'UEFA portent aujourd'hui leurs fruits. "Après avoir reçu le prix caritatif de l'UEFA, la série de séminaires dans différents pays a été un grand succès - 438 participants venus de 39 pays différents y ont participé."

"Dans beaucoup de pays qui ont assisté à ces séminaires, les entraîneurs et les arbitres sont rentrés chez eux et ont lancé leurs propres programmes locaux - et les pays en développement sont maintenant à un point tel qu'ils sont prêts à mettre en place des équipes nationales et des compétitions internationales. L'UEFA est très désireuse de nous voir travailler au niveau du football de base, alors nous sommes maintenant à la recherche de pays européens émergents dans ce secteur. Nous avons organisé un tournoi de développement pour eux cet été, et nous essayons de les aider à passer au niveau suivant où, on l’espère, ils seront en mesure de prendre part à des compétitions internationales d’ici quelques années."

"Les projets que nous avons mis en place avec l'UEFA peuvent faire office d’exemples et de modèles pour le développement dans d'autres parties du monde", conclut Stirton. "Nous aimerions essayer de reproduire les projets en Afrique, Amérique du Sud et centrale, et dans certaines parties d’Asie. Il y a un énorme potentiel de croissance et de développement".

Le travail de l'IBSA est exemplaire pour faire découvrir aux sportifs les notions de plaisir et de réussite - et l'UEFA est heureuse de voir son partenaire effectuer un travail remarquable dans un des secteurs le plus louables du sport.