La conférence sur l’assistance vidéo à l’arbitrage favorise le dialogue

Une conférence qui s’est tenue à Nyon a donné à l’UEFA, à ses associations membres et à différentes parties prenantes clés l’occasion d’échanger leurs points de vue concernant le système des arbitres assistants vidéo (VAR), de renforcer le réseautage concernant le déploiement des VAR en Europe et de se pencher sur le développement des meilleures pratiques.

©Sportsfile

L’UEFA et ses 55 associations membres ont renforcé le dialogue dans le domaine de l’arbitrage, le système des arbitres assistants vidéo (VAR) étant l’un des grands thèmes au cœur des discussions.

Une conférence organisée à la Maison du football européen, à Nyon, a réuni l’UEFA et des responsables de l’arbitrage et des compétitions d’associations de tout le continent, des représentants de l’instance dirigeante du football mondial, la FIFA, et du législateur du football, l’IFAB (International Football Association Board), ainsi que des responsables de l’assistance vidéo à l’arbitrage à l’échelle nationale. Le but était de mener des discussions approfondies sur les derniers développements relatifs au système que l’UEFA a commencé à introduire dans différentes compétitions européennes.

Dans le cadre de l’assistance vidéo à l’arbitrage, qui a été incorporée par l’IFAB dans les Lois du Jeu l’année dernière, le VAR, muni d’un casque audio pour communiquer avec l’arbitre, revoit les décisions prises par ce dernier dans certaines situations clés du match à l’aide de séquences vidéo.

Pour en savoir plus sur ce système, rendez-vous ici

L’assistance vidéo à l’arbitrage a été introduite pour la première fois dans une compétition de l’UEFA lors de la phase à élimination directe de l’UEFA Champions League ce printemps. Cette saison, les VAR seront déployés dans la compétition à partir des matches de barrage. Les VAR feront également leur apparition dans l’UEFA Europa League en 2020/21. Le système a été employé cet été lors des phases finales de l’UEFA Nations League et du Championnat d’Europe des moins de 21 ans de l’UEFA ; il sera aussi utilisé pour le match de la Super Coupe de l’UEFA le mois prochain et lors de l’UEFA EURO 2020, dans un an.

La conférence à Nyon avait pour but de faciliter les échanges sur l’assistance vidéo à l’arbitrage, d’encourager le réseautage concernant sa mise en œuvre en Europe et de faire connaître les derniers développements en matière de bonnes pratiques.

Le président de la Commission des arbitres de l’UEFA, Roberto Rosetti, a présenté à cette occasion les principes de l’assistance vidéo à l’arbitrage ainsi que le processus qui a mené à l’introduction de cet outil par l’UEFA.

« Les associations ont fait preuve d’un vif intérêt concernant l’assistance vidéo à l’arbitrage, a-t-il déclaré. Et cette conférence est une façon de se réunir, de partager nos expériences et d’entendre celles d’autres pays. »

Roberto Rosetti a ainsi expliqué les principes qui sous-tendent le système : « Le projet est salutaire pour le football, car nous nous devons de protéger ce sport ». Il a souligné le fait que l’assistance vidéo à l’arbitrage n’avait pas pour vocation de changer le football. « Notre objectif est d’obtenir un maximum d’avantages avec un minimum d’interférences. La prise de décision appartient toujours à l’arbitre, mais les VAR sont prêts à intervenir si la situation l’exige. »

Une formation à l'assistance vidéo à l'arbitrage a été dispensée la saison dernière.
Une formation à l'assistance vidéo à l'arbitrage a été dispensée la saison dernière.©UEFA

Roberto Rosetti a mis en exergue le temps et la diligence nécessaires pour former et préparer les arbitres à endosser le rôle de VAR. La saison passée, l’UEFA a formé un groupe de jeunes arbitres provenant de pays qui n’avaient pas encore introduit l’assistance vidéo à l’arbitrage, et a ensuite pu désigner ces derniers pour la phase finale du Championnat d’Europe des moins de 21 ans de l’UEFA en Italie.

« Nous pourrons recourir à ces arbitres pendant la saison de l’UEFA Champions League à venir, et le programme de formation de l’UEFA se poursuivra la saison suivante, de sorte que nous pourrons constituer davantage d’équipes pour les matches de l’UEFA Europa League en 2020/21. »

Roberto Rosetti a expliqué que les travaux se poursuivraient en vue d’améliorer la vitesse des communications entre le VAR et l’arbitre sur le terrain de même que le processus de révision. « Nous sommes convaincus que l’élément crucial est la ligne d’intervention des VAR, à savoir à quel moment leur intervention est requise dans une situation donnée. Des travaux sont en cours pour affiner cette ligne, car le but n’est pas d’avoir trois ou quatre interventions par match. Nous sommes évidemment heureux quand l’arbitre prend la bonne décision. »

Formation des arbitres à l'examen des séquences vidéo
Formation des arbitres à l'examen des séquences vidéo©Sportsfile

« La précision est importante en ce qui concerne le passage en revue des décisions, mais le temps qui y est consacré est également essentiel. Le but est de devenir plus rapides et plus efficaces. »”

Des représentants de quelques-uns des onze pays qui ont déjà introduit les VAR – les Pays-Bas, la Pologne, l’Italie et l’Allemagne – ont présenté des conseils éclairés basés sur leur expérience en matière de gestion, d’investissements financiers et de préparation technique et technologique, et ont offert à leurs homologues d’autres associations leur plein soutien dans le cadre du processus de partage de connaissances.

Le secrétaire général de l’IFAB, Lukas Brud, a prodigué de précieux conseils aux associations européennes sur la mise en œuvre de l’assistance vidéo à l’arbitrage. « Il s’agit d’un projet d’envergure que l’on ne peut mettre en place à brève échéance, a-t-il souligné.

» Il est primordial que vous compreniez le volume de temps nécessaire et les enjeux pour préparer et gérer le projet comme il se doit. Les efforts à fournir sont considérables, et il vous faudra répondre à de nombreuses exigences avant d’obtenir l’approbation de la FIFA et de l’IFAB pour le lancement.

» Vous devrez mettre en place les infrastructures appropriées (Que faire ? Qui désigner ?), considérer les coûts financiers, former les arbitres, et vérifier l’adéquation de la technologie. L’IFAB et la FIFA, ainsi que l’UEFA, de par sa propre expérience, sont prêtes à vous fournir toute l’aide nécessaire dans vos démarches en vue d’obtenir le feu vert officiel pour mettre en œuvre le système. »

Le responsable du département de la FIFA chargé des technologies et de l’innovation dans le football, Johannes Holzmüller, a apporté un éclairage essentiel sur différents aspects tels que les exigences minimales relatives au fonctionnement de l’assistance vidéo à l’arbitrage, les séquences ou la zone de visionnage. Il a également évoqué différents fournisseurs de technologie pour le système et leur sélection, ainsi que les systèmes de communication pour arbitres et les procédures de test, d’évaluation et d’approbation. Il a expliqué les différents éléments d’une solution de VAR centralisée – les opérations se déroulant dans un Centre de commande des matches – et d’une solution décentralisée, dans le cadre de laquelle les opérations ont lieu dans des centres mobiles sur différents sites.

En amont de la conférence, déjà, l’assistance vidéo à l’arbitrage était l’un des thèmes discutés à Nyon lors d’une rencontre entre l’UEFA et les responsables de l’arbitrage d’associations de toute l’Europe, marquant un nouveau départ dans une démarche visant à renforcer le dialogue avec les responsables de l’arbitrage de chaque association membre.

« Il est essentiel que l’UEFA et les associations travaillent main dans la main, soient sur la même longueur d’ondes et parlent le même langage en matière d’arbitrage, a insisté Roberto Rosetti. C’est pourquoi, après cette première séance, ce genre de rassemblement sera récurrent dans nos activités.

» Cette conférence nous a donné l’occasion de présenter les stratégies de l’UEFA, de recueillir des commentaires sur l’arbitrage et des questions techniques de toute l’Europe, de passer en revue la dernière saison et d’aborder les perspectives pour la période à venir, par exemple le parcours vers l’UEFA EURO 2020 et le développement de la nouvelle génération d’arbitres d’élite. »

La performance des arbitres à la fin des compétitions interclubs de l’UEFA a également été saluée lors de la séance. « À notre grande satisfaction, personne n’a trouvé à redire quant à leur travail, s’est enthousiasmé Roberto Rosetti. Et aucune intervention des VAR n’a été nécessaire lors des demi-finales et des finales, grâce aux arbitres de ces matches. »

Haut